Soutenance de thèse

Vendredi 8 juin 14:00-17:00

Soutenance de thèse de Laura Rahm

  • Laura Rahm soutient sa thèse de sociologie politique et démographie , « GIRLS WANTED : L’influence de la politique publique sur la sélection sexuelle en Corée du Sud, en Inde et au Vietnam », réalisée sous la direction de menée sous la direction de Christophe Z. Guilmoto.
  • Le jury est composé de :
  • Andrea DEN BOER, Senior Lecturer in International Relations, Université du Kent ;
  • Christophe Z. GUILMOTO, Démographe et Directeur de Recherche, IRD [Directeur de thèse] ;
  • Jutta JOACHIM, Assistant Professor in Political Science, Université Radboud ;
  • Ito PENG, Professor of Sociology and Comparative Policy, Université de Toronto [Rapporteure] ;
  • T.V. SEKHER, Professor in Social Demography and Population Policies, IIPS Mumbai [Rapporteure] ;
  • Jacques VÉRON, Démographe et Directeur de Recherche, INED.

Résumé :

Plus de 130 millions de femmes sont portées disparues dans le monde pour cause de sélection en fonction du genre. Depuis les années 1980, plusieurs pays asiatiques ont adopté des politiques pour contrer cette forme de discrimination. Bien que les politiques publiques soient souvent promues comme une solution, on sait peu de choses sur ces politiques et leur influence sur les déséquilibres de sexe à la naissance. Cette recherche vise à comprendre le déroulement des politiques publiques en divers contextes socioculturels. Quels sont les intentions, les instruments et les impacts des politiques publiques contre la sélection sexuelle dans différents pays asiatiques ?? L’Inde, le Vietnam et la Corée du Sud ont été choisis dans le cadre du Most Different Systems Design pour représenter la diversité des pays dans leur réponse à la masculinisation démographique. La comparaison de politiques similaires en différents pays fournit une expérience naturelle pour évaluer leur influence sur la sélection prénatale du sexe. Nous présentons de nouvelles recherches empiriques, menées en Corée du Sud, en Inde et au Vietnam entre 2014 et 2015 et basées sur des entretiens d’experts, ainsi que des analyses statistiques pour comparer les zones avant et après l’intervention politique.

Cette thèse montre que les trois pays partagent des instruments politiques similaires, notamment des interdictions légales, des campagnes de sensibilisation, des plaidoyers, des incitations et des lois sur l’égalité des sexes pour renforcer le rôle des femmes dans la société. Cependant, les intentions politiques variaient d’un pays à l’autre : renforcer les droits des femmes en Inde, promouvoir une structure de population équilibrée au Vietnam, protéger les droits du fœtus en Corée du Sud. En termes d’impact, les politiques eurent une efficacité limitée. La collaboration internationale pour lutter contre la sélection du sexe a facilité le transfert de politiques et de connaissances transnationales, où les enseignements tirés des expériences sont partagés entre les pays. Cette atmosphère a contribué à une convergence croissante des politiques. Néanmoins, les gouvernements interprètent ces politiques en fonction de leurs propres intentions et stratégies de mise en œuvre. Nos résultats apportent ainsi une contribution à un domaine peu étudié. Bien plus, ils permettent une meilleure compréhension de l’interaction complexe entre dynamiques locale et mondiale dans la lutte contre la sélection sexuelle.

Lieu : Sorbonne, Galerie Gerson, salle de réunion F.673

Adresse :
54 rue Saint Jacques,
75005 Paris
escalier G2, 1er étage

<<   Rendez-Vous précédent       |       Rendez-Vous suivant   >>