Accueil > Actualités > Vient de paraître > Trajectoires féminines et mobilisation d’exilées à Bogotá : des destins (...)

Vient de paraître

Trajectoires féminines et mobilisation d’exilées à Bogotá : des destins déplacés aux futurs éclairés

vendredi 20 septembre 2013

Auteur : Gerbier-Aublanc Marjorie

Le déplacement forcé en Colombie touche une majorité de femmes et d’enfants qui, pour fuir un conflit armé ravageant leurs campagnes natales, se réfugient dans l’anonymat des périphéries urbaines. Ce travail de recherche, réalisé auprès d’une association de femmes déplacées à Bogotá, s’attache à souligner la manière dont une organisation sociale destinée à faire face à l’exil peut se convertir en espace d’interactions au sein duquel les femmes redéfinissent leur position dans la société. L’étude du collectif Yo Mujer (Moi Femme) et des trajectoires individuelles de ses membres révèle un processus d’insertion urbaine singulier. Ainsi, l’expérience du déplacement est à envisager au-delà de la migration forcée. On découvre des femmes qui, dotées de mémoire et de valeurs sociales acquises lors des différentes étapes de socialisation, de victimes deviennent des sujets actifs, et qui aspirent à maîtriser le cours de leur vie et à être elles-mêmes. « Déplacés », ces destins le sont donc au-delà de la dimension géographique du terme et laissent place à de nouvelles perspectives, à des « futurs éclairés » reposant sur la (re)connaissance de soi, des autres, de ses droits

Voir en ligne : la publication en ligne

<<   Actu précédente       |       Actu suivante   >>