Accueil > Axes de recherche > Axe 1 - Santé et Genre

Axe 1 - Santé et Genre

JPEG - 134.6 ko

Coordinateurs

GUILMOTO Christophe Z et LOENZIEN Myriam de

Problématique de l’équipe

Les populations au prisme de la santé et du genre

Les chercheurs de cette équipe considèrent les questions de santé et de genre comme des marqueurs clés des questions de population et développement. L’évolution des conditions de santé et de l’équité de genre conditionne en retour le développement économique, l’amélioration du bien-être et le renforcement du capital humain des sociétés du sud et constitue un des aspects sociodémographiques les plus marquants des transformations qui les traversent.

Deux thèmes principaux ont émergé des travaux conduits par les membres de l’équipe et leurs partenaires depuis 2008. Il s’agit des thématiques de l’épidémie de sida et des nouvelles technologies reproductives, qui ont été l’objet de plusieurs programmes de recherche dans les années récentes et ont donné lieu à de nombreuses publications et travaux universitaires. Les travaux en cours indiquent vont très largement continuer à orienter les activités de l’équipe durant les années à venir. Ces deux thèmes s’insèrent dans un champ de recherche évolue rapidement en raison des avancées de la recherche dans ces domaines. Ainsi, la question de la diffusion du VIH s’est orientée désormais vers la prévention et le traitement de la maladie, mettant en avant la complexité des contextes sociaux et familiaux qui conditionnement les comportements. Les inégalités de genre sont souvent identifiées comme un déterminant primaire de la prise de risque, et notamment les rapports de genre qui interviennent à toutes les étapes de la maladie et font partie de l’approche de la prévention. De même, les questions traditionnelles de fécondité et de reproduction se trouvent à présent confrontées à l’émergence (ou à la réémergence) de nouvelles pathologies et à l’apparition des technologies moderne de la reproduction, ainsi qu’à leur diversification et dissémination rapide au-delà des pays du nord. Ce changement bouscule l’ordre traditionnel de la reproduction et de la parenté, mettant au jour de nouvelles stratégies familiales parmi les femmes et les couples.

L’approche des sciences sociales, principalement de la démographie et de l’anthropologie au sein de notre équipe, s’avère cruciale pour mettre au jour les ressorts sociaux spécifiques aux comportements sanitaires et reproductifs des populations du sud, visant à nourrir l’information et le débat sur les politiques publiques de santé. Cette approche repose avant tout sur des méthodologies qualitatives et quantitatives, comme le suivi longitudinal, l’analyse spatiale ou les enquêtes qualitatives. Mais elle visera en outre à mettre l’accent sur des concepts et notions propres à nos disciplines et que les travaux en cours ont déjà commencé à interroger, notamment par l’attention portée aux questions de genre par les chercheurs de l’équipe. Un aspect important de notre démarche est d’élargir les points de vue et de multiplier les terrains d’enquête (Madagascar, Côte d’Ivoire, Vietnam, Afrique du sud, Thaïlande, Mexique etc.), en intégrant également des pays plus développés qui traversent des situations similaires. Les pays du sud ne sont plus aujourd’hui enclavés comme dans le passé : la circulation des personnes, des idées, des techniques, mais aussi des virus, y est intense et elle les relie désormais plus étroitement aux pays industrialisés.

Chercheurs, Enseignants-Chercheurs, Ingénieurs



Doctorants


Post-doctorants


Assistants contractuels


Chercheurs associés


Terrains de l’axe


Projets de recherche