Accueil > Axes de recherche > Axe 3 - Éducation et Savoirs au Sud

Axe 3 - Éducation et Savoirs au Sud

JPEG - 140.8 ko

Coordinatrice

HENAFF Nolwen

Problématique de l’axe

Le projet de l’axe est centré sur les inégalités dans l’accès, l’appropriation et la valorisation des savoirs scolaires et académiques. Les recherches s’articulent autour de trois thèmes.

Politiques, stratégies et inégalités éducatives

Le contexte dans lequel évoluent les pays du Sud s’est modifié de manière radicale au cours des dernières décennies. Les progrès de la scolarisation depuis le début des années 1990 ont entraîné un déplacement du questionnement sur les inégalités de l’accès à l’éducation à l’accès aux savoirs, la qualité de l’éducation émergeant comme un thème de recherche, même si les problèmes liés au développement quantitatif de l’éducation demeurent nombreux. Centrales dans une perspective d’éducation pour tous, les questions liées aux inégalités éducatives sont d’autant plus importantes que l’éducation s’est vue attribuer un rôle de premier plan dans les programmes de lutte contre la pauvreté. L’élargissement des possibilités offertes à ceux dont le niveau d’éducation et de formation est élevé souligne a contrario le risque de marginalisation pour ceux qui quittent trop tôt le système éducatif. Les travaux sur ces questions dans les pays du Sud demeurent rares. Au-delà des interrogations sur les origines et la nature des inégalités éducatives, il s’agit d’analyser la capacité des individus et groupes sociaux à maintenir ou creuser les écarts à leur profit, et de la capacité des États à réduire ces écarts.

Circulation des savoirs et formation des élites

L’accès au statut d’élite sur la base de savoirs particuliers pose la question des inégalités en termes de possibilités d’appropriation, de maîtrise et de valorisation sociale, économique et politique des savoirs. Les élites détiennent des capitaux qui leur permettent de s’inscrire dans des espaces spécifiques d’appropriation et de valorisation. Ces capitaux permettent à des fractions d’élite d’accéder aux pôles nationaux et internationaux de production et de valorisation des savoirs, et de participer – voire de contrôler – les circulations des savoirs socialement valorisés. En cela, les élites académiques et scientifiques constituent un prisme particulièrement éclairant pour l’étude des usages sociopolitiques des savoirs.

Production et usage des savoirs scientifiques et techniques

Les savoirs scientifiques sont à la fois une source et un enjeu de l’action politique et, de ce fait, déterminent des choix sociétaux et des orientations du développement économique et social. Les relations entre savoirs issus des institutions scientifiques et usagers sont au centre des préoccupations politiques et du développement scientifique. Les conditions dans lesquelles sont véhiculés les savoirs, le rôle des institutions académiques et universitaires qui abritent chercheurs deviennent des enjeux qui déterminent les conditions sociales d’appropriation et de socialisation des innovations. De plus, les politiques de recherche, la mise en œuvre des collaborations scientifiques, à la fois internationales et entre les acteurs nationaux, prennent un sens tout particulier dans le développement. Le déroulement des controverses scientifiques, la mise en œuvre des connaissances locales, les rapports entre sciences et sociétés, sciences et démocratie, sciences et savoirs traditionnels sont au cœur des travaux sur ce thème.

Chercheurs, Enseignants-Chercheurs, Ingénieurs



Doctorants


Post-doctorants


Assistants contractuels


Chercheurs associés


Terrains de l’axe


Projets de recherche