Accueil > Projets de Recherche > Axe1 - Santé et Genre > AMP • Stérilité et recours à l’assistance médicale à la procréation dans le (...)

Axe1 - Santé et Genre

AMP • Stérilité et recours à l’assistance médicale à la procréation dans le contexte de la mondialisation (Douala, Paris, Prétoria)

Responsables scientifiques

Équipes de recherche

  • CEPED
    • BONNET Doris, Coordinatrice générale du projet AMP / Enquête auprès des patients d’une clinique au Cameroun.
    • DUCHESNE Véronique, Responsable Enquêtes site Paris (hôpital des Bluets)
  • CEAN
    • Frédéric LE MARCIS : Responsable Enquêtes site Afrique du Sud (Pretoria) (Anthropologue, Maître de Conférences Habilité à Diriger des Recherches, université Victor Segalen - Bordeaux II)
    • Rehana Ebrahim VALLY : Responsable site Afrique du Sud (Pretoria) (Anthropologue, Professeur, University of Pretoria)
    • Nina BOTHA : Appui aux enquêtes sur l’aspect biosocialité (Pretoria) (Doctorante en anthropologie, Junior lecturer anthropologie-archéologie, University of Pretoria)
  • CREM
    • Emmanuelle SIMON : Coordinatrice Enquêtes web, Expertise en communication des questions de santé (Anthropologue, Ingénieur de recherche, université Paul Verlaine - Metz)
    • Luc MASSOU : Enquêtes web, Expertise en analyse sémiotique des sites web [Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, université Paul Verlaine - Metz]
    • Brigitte SIMMONOT : Enquêtes web, Expertise en analyse des recherches d’information (Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, université Paul Verlaine - Metz)
  • CEMAf

Financement

Résumé

Cette recherche porte sur un objet encore non exploré en Afrique : l’étude du recours aux biotechnologies dans le cas de l’assistance médicale à la procréation (AMP). Dans un nombre croissant de villes africaines, des cliniques privées prennent aujourd’hui en charge les couples inféconds des classes moyennes. A défaut de pouvoir bénéficier de traitements locaux, nombre de femmes et d’hommes d’Afrique subsaharienne se déplacent vers d’autres pays du Sud ou vers les pays occidentaux. Ce phénomène de mobilité sanitaire est lié à l’intensification des rapports internationaux désignés par le phénomène de la mondialisation, et nous cherchons à situer la place de la santé de la reproduction à l’intérieur de ce phénomène.

A partir d’études de cas menées dans deux villes africaines -Douala et Prétoria- ainsi qu’à Paris, notre recherche aborde :
1) Le transfert de la technologie de l’AMP du Nord vers le Sud, sa réception et son appropriation ;
2) L’inscription des pratiques thérapeutiques AMP dans l’offre locale de prise en charge de l’infertilité ;
3) L’impact de cette nouvelle technologie sur les représentations de la procréation, de la famille et sur les rapports de genre ;
4) Le rôle du web dans la diffusion de cette technologie sur le continent africain et dans les mobilités et migrations sanitaires.

La démarche du projet, compréhensive et pluridisciplinaire, se déploie à partir de l’anthropologie sociale critique, de la sociologie de la connaissance et des sciences de l’information et de la communication.

Mots-Clés

Stérilité, infécondité, assistance médicale à procréation, relations de genre, mondialisation, sciences de l’information et de la communication.

Zone géographique

Afrique subsaharienne, Afrique du Sud, Paris-Ile de France.

Calendrier

janvier 2011 - 36 mois.

Contact

doris.bonnet chez ird.fr

http://amp.hypotheses.org/