Accueil > Projets de Recherche > Axe1 - Santé et Genre > Devenir et recomposition de la « médecine traditionnelle » en Côte d’Ivoire (...)

Axe1 - Santé et Genre

Devenir et recomposition de la « médecine traditionnelle » en Côte d’Ivoire 2015-2018

RESPONSABLE SCIENTIFIQUE

Partenariat

  • Programme de Promotion de la Médecine traditionnelle de Côte d’Ivoire (Ministère de la santé et de la lutte contre le sida), Directeur Dr. Kroa)

RÉSUMÉ

L’OMS (2002) estime que 80 % de la population africaine a recours à la « médecine traditionnelle » pour ses besoins de santé primaire. En Côte d’Ivoire l’adoption par l’Assemblée Nationale le 16 juillet 2015 de la loi relative à l’exercice et à l’organisation de la médecine et pharmacopée traditionnelles est une invitation à l’intégration dans le système de santé, d’une médecine traditionnelle dont la qualité, la sécurité et l’efficacité doivent être contrôlées. Le Programme national de promotion de la médecine traditionnelle (ministère de la santé et de la lutte contre le sida) entend jouer ce rôle de régulation qui représente un enjeu crucial en termes de santé publique. A la différence des anthropologues qui dans les années 1980-1990, se sont attachés à critiquer le « mythe de la médecine traditionnelle » en Afrique, il convient de s’intéresser aux processus de recompositions – assemblage et désassemblage – des savoirs et des pratiques (et objets) thérapeutiques dits traditionnels dans leur articulation avec la médecine conventionnelle.
Dans cette perspective, trois axes de recherche sont privilégiés :
- Le premier vise à étudier l’évolution des relations entre biomédecine et médecine africaine (« indigénat ») en Côte d’Ivoire afin de comprendre comment ces deux médecines ont pu coexister pendant des décennies pour finalement exister l’une dans l’autre.
- Le deuxième porte sur les différents enjeux (sociaux, sanitaires et politiques) de l’institutionnalisation de la « médecine traditionnelle » et de sa régulation à différentes échelles d’analyse (locale, nationale, sous régionale et globale).
- Enfin le troisième axe s’intéresse à deux lieux où s’exerce et se recompose la « médecine traditionnelle » : l’Unité de Médecine traditionnelle CHU de Treichville (Abidjan) et les formations organisées pour les membres de la Fédération des Tradipraticiens de Santé et des Naturothérapeutes de Côte d’Ivoire. * Programmes terminés : ANR-AMP

MOTS-CLÉS

Stérilité, Guérison, Entrepreneuriat

ZONE GÉOGRAPHIQUE

Côte d’Ivoire

CALENDRIER

2015-2018

CONTACT

veronique.duchesne chez ceped.org