Accueil > Projets de Recherche > Axe1 - Santé et Genre > Gouvernance et sida en Afrique : comprendre et renforcer l’action des (...)

Axe1 - Santé et Genre

Gouvernance et sida en Afrique : comprendre et renforcer l’action des instances de coordination nationale du Fonds mondial (CCM). Une approche comparée Sénégal, Côte d’Ivoire Cameroun

Responsables scientifiques

Partenariat

  • Institut Africain de la Gouvernance, Dakar, Sénégal. (IAG : www.iag-agi.org )
  • Université Cheikh Anta Diop (UCAD), Sénégal. Département de sociologie.
  • Université de Ziguinchor, Sénégal. Département de sociologie.
  • Le programme franco ivoirien sur le VIH/sida et les maladies transmissibles (PAC-CI/ ANRS) coordonne la recherche au niveau ivoirien.
  • Fondation Paul Ango Ela de géopolitique en Afrique (FPAE), Yaoundé, Cameroun (www.fpae.net)
  • UMR 912 SESSTIM Marseille (IRD INSERM Aix Marseille Université)
  • Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
  • ONG Solthis, Paris
  • Dispositif d’Appui Technique pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre de l’ONUSIDA (DAT-OC - ONUSIDA

Membres du CEPED participant au projet

Financement

  • Agence nationale de recherches sur le sida et les hépatites virales (ANRS, Paris)
  • Programme Pilote Régional (PPR) de l’IRD « Politiques publiques, sociétés et mondialisation en Afrique subsaharienne » (POLMAF, Axe Santé).

Résumé

Contexte : La mobilisation internationale contre le VIH/sida associe des acteurs hétérogènes, pris dans des dynamiques encore incertaines, entre montée en puissance des programmes de traitement, redéfinition des priorités de la lutte et fragilité des financements. Comprendre et orienter l’action publique dans un paysage politique d’une telle complexité pose un défi aux sciences sociales.
Les instances de coordination nationale du Fonds mondial (CCM – Country Coordinating Mechanisms) représentent des archétypes de la gouvernance du sida en Afrique, et sont un point d’entrée pour saisir les enjeux des politiques sanitaires au Sud à l’heure de la « santé mondiale » (global health). Ce projet propose de mener une recherche-action fondée sur l’analyse comparée de l’action des CCM dans trois pays africains soutenus par le Fonds mondial (le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Cameroun), dans un contexte de mise en œuvre du Nouveau Modèle de Financement du Fonds mondial.
Objectif principal : Décrire comment le travail de concertation et de négociation entre les acteurs des CCM est le produit et le révélateur des trajectoires politiques spécifiques des différents Etats africains. Cette étude permettra de proposer un cadre théorique général pour analyser comment l’Afrique subsaharienne est gouvernée dans le cadre des politiques de la « santé mondiale », en posant la construction de l’action publique au sein d’une matrice qui comprend les représentants des organisations internationales (OI), des partenaires bilatéraux, des représentants des organisations de la société civile (OSC) dont les représentants des patients, des partenaires privés et, bien-sûr publics.
Objectifs secondaires : Comparer et transmettre, au fur et à mesure de la recherche, les éléments issus de cette comparaison aux acteurs impliqués dans la gouvernance des CCM. 
Hypothèses : La comparaison du Sénégal, de la Côte d’Ivoire et du Cameroun permet de contraster trois configurations très différentes des politiques de lutte, allant de la « participation active » à l’« adhésion passive » aux recommandations internationales. Les spécificités nationales du fonctionnement des CCM ne reflètent que partiellement les niveaux de dépendance à l’aide financière internationale (Sénégal : 75% ; Côte d’Ivoire : 93% ; Cameroun : 74%), mais sont plutôt marqués par des trajectoires politiques, économiques et épidémiologiques différenciées, qui orientent l’ethos du pouvoir (la manière de gouverner) dans chaque pays : la régulation des forces au sein des CCM dépend de ces trajectoires étatiques, que les CCM peuvent, en retour, influencer, tant sur le plan opérationnel que sur le plan de la démocratisation de la gouvernance elle même.
Méthodes : Le projet s’appuie sur les approches qualitatives de la sociologie comparée de l’action publique et de l’anthropologie politique. Il est fondé sur des enquêtes menées par observation participante au sein des CCM du Sénégal, de Côte d’Ivoire et du Sénégal, incluant des entretiens semi-directifs et répétés avec des représentants de chaque catégorie d’acteurs présents au CMM (Organisations internationales, partenaires bilatéraux, associations, représentants du gouvernement, secteur privé, consultants, etc.) ; des restitutions participatives au sein de chaque CCM et des restitutions participatives croisées réunissant des représentants des trois CCM.
Résultats attendus
Ce projet montrera l’importance de la prise en compte de la spécificité et de l’historicité des trajectoires politiques locales pour comprendre et orienter la gouvernance du sida en Afrique. Sur un plan fondamental, il permettra d’expérimenter un cadre théorique innovant en science politique transposable par sa généralité à d’autres questions liées à la « santé mondiale ». Sur un plan opérationnel, il offrira une base de réflexion et de dialogue au sein et entre les CCM des pays africains.

Mots-Clés :

Sida, Afrique, Fonds mondial

Zone géographique

Zone 1 (Sénégal, Dakar), zone 2 (Côte d’Ivoire, Abidjan), zone 3 (Cameroun, Yaoundé).

Calendrier

Début et fin du projet, peut être plus précis selon les cas.
(2014-2016)

Contact
email : fred.eboko chez ird.fr

Résultats et valorisation

Publications