Accueil > Projets de Recherche > Axe 3 - Education et savoirs au Sud > MobElites - Observatoire International sur les Mobilités Académiques

Axe 3 - Education et savoirs au Sud

MobElites - Observatoire International sur les Mobilités Académiques

Responsables scientifiques

Partenariat

  • EHESS (Paris, France)
  • UAM (Universidad Nacional Autonoma, Mexique)
  • Universidad Politécnica de Valencia / INGENIO (Espagne)
  • University of East Anglia(Royaume-Uni)
  • Université de Ziguinchor (Sénégal)
  • Université libanaise (Liban)

Membres du CEPED participant au projet

Membres externes participant au projet

  • Jaime Aragon (doctorant, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3)
  • Anne-Catherine Wagner (Professeur, Université Paris 1, EHESS)
  • Domingo Garcia (Maître de conférence Université de Lille 3)
  • Alina Toader, (Post-doctorante, Université de Neuchâtel)
  • Mélanie Jolivet (Chargée d’études, INED)
  • Sorana Toma, (Enseignante-chercheure, ENSAE)
  • Mamdou Pathé Barry (Doctorant, Université de Neuchâtel)
  • Antonina Levatino (Post-doctorante, INED)

Résumé

Pourquoi un observatoire ?

La littérature récente montre une transformation profonde des dynamiques de mobilités étudiantes et scientifiques, en particulier des pays non hégémoniques. Au demeurant, les connaissances produites restent insuffisantes et très éclatées. On connaît assez mal par exemple la façon dont les institutions supérieures organisent, encouragent ou freinent et restreignent cette mobilité, en particulier dans les pays non hégémoniques. Manquent, également, des études sur l’offre de formation, sur la demande sociale des filières et des cursus à forte composante internationale ou encore sur les modalités de fonctionnement et les modes de supervision exercés sur les “doubles diplômes” et les titres franchisés. Enfin, font notoirement défaut les analyses sur les “impacts” de la mobilité étudiante :
-  sur la circulation et la production des savoirs, vers et dans ces pays ;
-  donc sur la structuration des champs scientifiques des pays non hégémoniques (notamment sur la constitution de collectifs de recherche) ;
-  ou encore sur les trajectoires professionnelles et sociales de celles et ceux qui sont allés se former à l’étranger, en particulier celles et ceux qui (ré)intègrent le corps de l’enseignement supérieur et de la recherche.

Les mobilités académiques (étudiantes et scientifiques) des pays non hégémoniques conduisent par conséquent à s’interroger sur les conditions et modes d’appropriation et de circulation des savoirs, sur le rôle des mobilités dans les processus de transformation des “champs de savoirs”, en particulier le champ scientifique de ces pays, et sur le processus de différenciation sociale par les savoirs, en l’occurrence sur la formation des élites de ces pays. Tels sont les questionnements centraux de l’observatoire MobElites.

L’observatoire Mobélites se donne ainsi pour objectifs scientifiques de :

-  décrire, qualifier, analyser les mobilités étudiantes et scientifiques des pays non hégémoniques : caractériser les populations académiques mobiles, le cadre et les conditions institutionnelles (politiques et dispositifs de coopération et d’échanges notamment) et sociales de ces mobilités, les dimensions (flux, pôles de savoirs) de ces dernières.
-  Il s’agit également d’analyser les impacts de ces mobilités sur :
o les processus : de circulation de savoirs entre pays hégémoniques et non hégémoniques, de légitimation de savoirs exogènes, enfin de construction/production de savoirs scientifiques dans les pays non hégémoniques ;
o la structuration des champs scientifiques dans ces pays ;
o le processus de différenciation sociale et la formation des élites, en particulier dans le domaine scientifique ;
o le déroulement des carrières.

L’observatoire a aussi des objectifs “pratiques” :

-  offrir une plate-forme pour faciliter les échanges entre les chercheurs et les étudiants travaillant sur les mobilités étudiantes et scientifiques (à travers le site web ; une veille scientifique ; des ateliers de travail et de formation ; des séminaires épistémologiques/méthodologiques) ;
-  se constituer comme un laboratoire expérimental pour la production et l’analyse de données sur les mobilités étudiantes et scientifiques des pays non hégémoniques ; il s’agit, notamment, de s’interroger sur les méthodologies pour appréhender, lire et analyser les mobilités étudiantes et scientifiques dans le contexte de la division internationale du travail scientifique ;
-  offrir un appareil conceptuel et méthodologique qui puisse servir à des études comparatives ;
-  construire et alimenter des bases de données sur les mobilités et flux étudiants et scientifiques : quantitatives (bases sur les mobilités, les systèmes de recherche…) et qualitatives (dispositifs de coopération, réformes et politiques) ;
-  construire une base de références bibliographiques thématique et commentée sur les mobilités étudiantes et scientifiques ;
-  soutenir des projets de publications (numéros de revues, documents de travail, ouvrages collectifs)

Composition de l’observatoire

Hébergé au Ceped, coordonné par Étienne Gérard (IRD, Paris) et Lama Kabbanji (IRD, Paris/Beyrouth), l’observatoire est pluridisciplinaire et international. Il regroupe des chercheurs de diverses institutions d’enseignement supérieur et de recherche françaises (IRD, Paris 1, Lille), mexicaines (UAM, DIE/CINVESTAV...), libanaises (Université libanaise, Lebanese American University), sénégalaise (Université de Ziguinchor). Il est en lien avec des réseaux de chercheurs spécialistes des questions d’éducation, d’internationalisation de l’enseignement supérieur, de formation des élites, de migrations internationales. Ses membres participent à des actions d’encadrement d’étudiants sur les questions centrales de l’observatoire.

Fonctionnement de l’observatoire

Les membres de l’observatoire en définissent communément les orientations, les perspectives et opérations de recherche. Ils s’associent dans la construction de projet, dans des réponses à appel d’offres ou dans la recherche de financements.

Mots-Clés

Mobilités étudiantes Sud-Nord , trajectoires , réseaux académiques et scientifiques , circulation des savoirs, politiques de mobilité, formation des élites.

Zone géographique

Canada – Colombie – Espagne – États-Unis - France – Inde - Liban – Mali – Mexique - Royaume-Uni – Sénégal

Contact

etienne.gerard chez ird.fr
lama.kabbanji chez ird.fr

Résultats et valorisation

Publications

2013


  • Gérard Etienne (2013) « Dynamiques de formation internationale et production d’élites académiques au Mexique », Revue d'anthropologie des connaissances, 7 (1), p. 317-344. DOI : 10.3917/rac.018.0317.
    Mots-clés : aires scientifiques disciplinaires, élites scientifiques, hiérarchies, Mexique, pôles de mobilité et de formation, pôles de savoirs, Système national de recherche (SNI).
  • Gérard Etienne et Cornu Jean-François (2013) « Dynamiques de mobilité étudiante Sud-Nord : une approche par les pôles internationaux de formation de l’“élite” scientifique mexicaine », Cahiers québecois de démographie, 42 (2), p. 241-272.
    Résumé : Cet article aborde la question des dynamiques de mobilité étudiante Sud-Nord en s’appuyant sur les trajectoires de formation de l’élite scientifique mexicaine du Système national des chercheurs (SNI), des années 1970 à 2000. Il explore les pôles étrangers de formation vers lesquels se sont dirigés les actuels chercheurs de ce système, les variations disciplinaires et temporelles de ces pôles, ainsi que les transformations caractéristiques de leur hiérarchie dans l’espace international de la formation. Il montre ainsi que la circulation des étudiants est très largement conditionnée par le degré d’attraction et de spécialisation des différents pôles internationaux de formation. L’analyse se concentre enfin sur l’hypothèse que les dynamiques de mobilité étudiantes sont le produit conjoint de la division internationale du marché de la formation, de réseaux scientifiques et de « chaînes de savoirs » entre communautés scientifiques et institutions de formation mexicaines et étrangères et enfin d’un processus de légitimation, au Mexique et à l’étranger, des savoirs et pôles de formation.
    Mots-clés : Mexique - Elites scientifiques - Trajectoires de formation - Circulation - Pôles de formation -Marché international de la formation.

2011


  • Gérard Etienne (2011) « International Student Mobility: A Factor for Social Change? Reflections on the Mobility of Mexican Students to France », Observatory on Academic and Scientific Mobility. http://www.iesalc.unesco.org.ve/index.php?option=com_content&view=article&id=2738:la-movilidad-estudiantil-internacional-iun-factor-de-transformacion-social-reflexiones-sobre-la-movilidad-estudiantil-mexicana-hacia-francia&catid=194&Itemid=746⟨=en.

  • Gérard Etienne (2011) « La movilidad estudiantil internacional: ¿un factor de transformación social? Reflexiones sobre la movilidad estudiantil mexicana hacia Francia », Observatorio sobre movilidades Académicas Y Cientificas. http://www.iesalc.unesco.org.ve/index.php?option=com_content&view=article&id=2738:la-movilidad-estudiantil-internacional-iun-factor-de-transformacion-social-reflexiones-sobre-la-movilidad-estudiantil-mexicana-hacia-francia&catid=194&Itemid=746⟨=es.
--- Exporter la sélection au format