Accueil > Projets de Recherche > Axe 3 - Education et savoirs au Sud > Mondialisation et écologisation des pratiques paysannes (MEPPA):Vers une (...)

Axe 3 - Education et savoirs au Sud

Mondialisation et écologisation des pratiques paysannes (MEPPA):Vers une reconfiguration des savoirs sur la nature ?

RESPONSABLES SCIENTIFIQUES

PARTICIPANTS AU PROJET

  • Susana Carolina Guzman Rosas (Post-doctorante,SECITI-DF, Ville de Mexico)
  • Rodrigo Castañeda Valle (doctorant Ceped)

PARTENARIAT

  • Rebeca de Gortaria Rabiela (IIS-UNAM, Mexique)
  • Maria José Santos (IIS-UNAM, Mexique)
  • 2015-2018, Savoirs locaux, environnement et globalisation : Evolution des unités de production agricoles familiales au Mexique (SENGLO) (co-coord. Rebeca de Gortaria Rabiela (UNAM, Mexique), convention de recherche & financement IRD/UNAM (2015-2017 : PROGRAMA DE APOYO A PROYECTOS DE INVESTIGACIÓN E INNOVACIÓN TECNOLÓGICA PAPIIT Clave : IN301915)

FINANCEMENT

  • 2015-2017 : PROGRAMA DE APOYO A PROYECTOS DE INVESTIGACIÓN E INNOVACIÓN TECNOLÓGICA PAPIIT Clave : IN301915

RÉSUMÉ

L’objectif de ce programme est d’analyser les rapports entre l’émergence de nouveaux acteurs et la recomposition des savoirs dans un contexte de nouveaux enjeux et de nouveaux défis pour l’agriculture paysanne au Mexique depuis les années 1980.

Contexte et problème
Depuis les années 1980, la libéralisation de l’économie mexicaine et son intégration au marché international puis plus tard, l’entrée dans l’OCDE et la signature des accords de libre échange (ALENA) avec les Etats Unis et le Canada ont fait abandonner au gouvernement mexicain l’économie protectionniste de substitution aux importations qui avait été à la base de son économie depuis les années 1940 (Privatisation d’organismes d’encadrement et de régulation chargés des filières agricoles sectorielles : CONASUPO, Compañía Nacional de Subsistencias Populares, INMECAFE, Instituto Mexicano del Cafe, etc.). Ce changement a eu un fort impact sur l’agriculture nationale impulsant des cultures plus intensives et destinées à l’exportation, ce qui a provoqué une augmentation des importations agricoles - le Mexique est devenu le troisième importateur mondial de céréales, juste derrière le Japon et l’Union Européenne - une surexploitation des ressources naturelles et une dégradation de l’environnement. Beaucoup de petits agriculteurs ont abandonné leurs terres renforçant pour une partie importante la migration aux Etats-Unis. D’autres ont remplacé leurs cultures « traditionnelles » par des cultures plus rentables et/ou durables pour répondre aux demandes du marché (international, bio, slow food, etc.).
Dans un contexte influencé aussi par la valorisation des savoirs autochtones et paysans (Accords de San Andrés, 1994 ; Réforme de la constitution mexicaine et nouveau Plan de Développement Durable en 2000), associations civiles (ONG), prestadores de servicios profesionales (PSP) (« techniciens privés »), certificateurs, fondations privées, mouvements de défenses paysannes, mouvements de défense identitaire « indigenas y afrodescendientes » se sont aussi engagés auprès de ces petits agriculteurs dans des projets de développement rural proposant et/ou appuyant un (des ?) modèle(s) de développement agricole alternatifs. Ces nouveaux acteurs parlent et agissent de plus en plus au nom de la récupération de savoirs techniques ancestraux pour un usage durable et équitable des éléments naturels destinés à l’alimentation. De multiples et divers lieux de savoirs (C. Jacob, ‎ 2007), dispositifs (normes et réseaux) et agencements d’acteurs (M.Foucault, 1969, 1975 ; G. Deleuze, 1989) émergent ; ce qui interroge les modalités de la recomposition des savoirs sur la nature liés aux pratiques paysannes en contexte situé. En effet ces modalités consistent en un jeu continu de circulation, de mise en relation et de traduction à travers des confrontations et des échanges de savoirs. Elles aboutissent à de « ré-appropriations créatrices » (E. Glissant, 1990) ou des « dissidences créatrices » (A. Nandy, 1980, 1987). Elles participent ainsi à la construction de nouvelles normes et de réseaux d’acteurs divers et multiples agissant à différentes échelles. Et les produits qui résultent sont à priori imprévisibles.

Proposition et études de cas :
Leurs connaissances passent par l’analyse des dynamiques en jeu à la fois dans les pratiques et dans les imaginaires collectifs des acteurs en présence. Au Mexique, le modèle Campesino a Campesino (Oaxaca, Puebla et Veracruz) et le Programa Agua para Siempre (Tehuacan, Mixteca Poblana, Puebla) en constitueront nos études de cas illustratifs sur trois niveaux d’analyse :
1. Les processus de reconnaissance et de légitimation du gouvernement mexicain pour valoriser les « savoirs autochtones et paysans » dans leur capacité à résoudre la question de la « sécurité alimentaire et nutritionnelle » et « la protection de l’environnement ».
2. L’identification et la caractérisation des nouveaux acteurs pour comprendre les savoirs qu’ils construisent et ce à travers leurs discours et leurs trajectoires.
3. La mise en relation des petits producteurs agricoles et des nouveaux acteurs et la construction des lieux de savoirs qui en résultent : situer les rencontres et les interactions dans l’espace géographique et dans les dynamiques historiques pour saisir les lieux de savoirs en construction.

La méthodologie s’appuie sur les compétences complémentaires des quatre chercheurs impliqués (historienne, sociologue et anthropologues), pour construire une relation entre les études sociales des sciences, la sociologie de l’environnement, l’anthropologie et la littérature caribéenne à partir d’un travail de terrain basé à la fois sur des enquêtes historiques et sociologiques qualitatives et des observations participatives sur un échantillon d’études de cas sélectionnés à partir de critères rigoureusement construits.

G. Deleuze, (1989), Qu’est-ce qu’un dispositif ?, in Michel Foucault philosophe. Rencontre internationale. Paris, 9, 10, 11 janvier 1988, Paris, Seuil, pp. 185-195.

M. Foucault (1975), Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975.

M. Foucault, L’Archéologie du savoir, Gallimard, 1969, p. 264

E. Glissant, La Poétique de la Relation, 1990)

C. Jacob, Les lieux de savoirs, Lieux de savoir : Espaces et Communautés, t. 1, Paris, Albin Michel,‎ 2007, 1282 p

A. Nandy (1987), Traditions, Tyranny and Utopias. Delhi : Oxford University Press, 1987, p160

A. Nandy (1980), Alternative Sciences. New Delhi : Allied Publishers, 1980

Zone géographique

Mexique

Calendrier

Début du programme : 2015
fin du programme : 2018

Contact
KLEICHE-DRAY Mina

Mots clés

Circulation des savoirs
Mexique
Ressources naturelles
Agriculture
Savoirs paysans
Savoirs autochtones
Normes, discours,
Sciences & Technologies
Gouvernance
Rapports nord/Sud
Inégalités
Développement durable
Développement locale
Monde Rural
Environnement
IRD
Amérique Latine