Accueil > Projets de Recherche > Axe 2 - Migration, pouvoir, développement > Migrations internationales et santé mentale

Axe 2 - Migration, pouvoir, développement

Migrations internationales et santé mentale

Responsables scientifiques

Membres du CEPED participant au projet

Résumé

Cette recherche s’inscrit dans le prolongement des travaux effectués dans le cadre de l’ANR MIPRIMO. Il s’agit d’étudier dans le cas de la société sénégalaise comment la transition sanitaire s’effectue du point de vue de la santé psychique : de quelle manière l’institution et les thérapies psychiatriques sont-elles perçues par les malades et leurs familles dans ces sociétés ? Comment les questionnements psychologiques, et notamment la question de la depression, du mal être, s’articulent-ils avec les processus d’émancipation et d’individuation à l’œuvre dans les dynamiques familiales et sociales ? Est-il possible d’identifier des savoirs et des pratiques dits « traditionnels » relatifs à l’équilibre psychique de l’individu et des temporalités où celui-ci est reconnu comme étant légitimement et temporairement fragile (période postpartum, sevrage, itinéraire migratoire, “grand fatiguement”) ? Comment la maladie mentale révèle-t-elle les dimensions implicites du contrat migratoire en affectant les capacités du migrant à répondre aux multiples investissements (financiers, matériels, symboliques, affectifs, sociaux) et sollicitations dont il est l’objet ? Le migrant malade est-il un malade “ordinaire” ou sa place particulière dans la société sénégalaise lui confère-t-elle certains avantages en terme d’accès aux services de santé ? Comment s’assumer et vivre comme malade dans un cadre sociétal où les individus et les familles sont tenus d’affirmer honneur, réussite, de porter leur patronyme -notamment à travers l’éthique du tekki- en reprimand l’expression de la souffrance et en intériorisant la honte. Il s’agit par conséquent d’examiner en confrontant notamment les discours des malades, des personnels de santé et de la famille, comment le diagnostic de la maladie mentale est posé, par quels acteurs, dans quels contextes, et comment il contribue à reconfigurer l’organisation familiale en interrogeant le statut du malade. Des observations sont également conduites dans plusieurs services psychiatriques.
L’histoire coloniale et néocoloniale du Sénégal (psychiatrie coloniale, psychiatrie culturelle, ethnopsychiatrie, urbanisation, développement des mobilités et des migrations, de l’éducation) montre comment les migrations internationales contribuent à bouleverser l’ordre social à travers la circulation et la mise en concurrence d’univers normatifs pluriels. Cette démarche implique de conjuguer des approches quantitatives et ethnographiques. Certains acteurs sénégalais (Ministère de la santé, Directeur de la cellule santé mentale, OMI, association de migrants à Thiaroye) souhaitent développer une collaboration afin mettre en place une enquête sociodémographique sur la santé psychique avec un focus particulier sur les migrants. Me situant dans les perspectives développées par M. Gauchet, A. Ehrenberg, L. Murat, il s’agit de considérer la santé mentale comme un puissant révélateur du changement social en interaction avec une matrice du changement : les migrations internationales.

Mots-Clés

Migrations internationales, santé mentale, transition sanitaire, anthropologie de la santé

Zone géographique

Sénégal, Afrique de l’Ouest

Calendrier

2013-2016

Contact

veronique.petit chez ceped.org

Résultats et valorisation

Séminaire MIGRINTER « quelles sources et méthodes pour la recherche sur les migrations ? » : présentation de Véronique Petit : « Migrations internationales et santé mentale : enquêter dans les services psychiatriques au Sénégal.

Colloque ANR MIPRIMO, La mise en récits et en images des migrations transafricaines : « La migration face à la santé mentale au Sénégal : récits, discours et imaginaires » Véronique Petit, Giulia Pizzolato et Mouhamed Ly, Paris, Université Paris Descartes. 12-14 décembre 2013.

Colloque migrations internationales et développement dans les Afriques centrale et de l’Ouest, université de Dschang-MIGRINTER, Véronique Petit : « (sur)investir sur le migrant :

Publications