Accueil > Projets de Recherche > Axe 2 - Migration, pouvoir, développement > Mineurs migrants, droits de l’homme et étrangement

Axe 2 - Migration, pouvoir, développement

Mineurs migrants, droits de l’homme et étrangement

Responsables scientifiques

  • Ines de LA VILLE (PR, laboratoire CEREGE)
  • Nelly Robin, CR (HDR), CEPED

Partenariat

  • MIGRINTER (CNRS), UMR 7301, université de Poitiers, France. www.mshs.univ-poitiers.fr/migrinter
  • FoReLL, Formes et représentations en linguistique et littérature (EA 3816), UFR lettres et langues de l’Université de Poitiers
  • CEREGE, CEntre de REcherche en sciences de GEstion (EA1722), Université de Poitiers.

Financement

  • MSHS, Poitiers

Résumé

En Afrique subsaharienne, la migration des mineurs est souvent abordée sous l’angle de la domesticité ou sous celui de la prostitution pour les jeunes filles, deux formes d’esclavage moderne. La majorité de ces travaux étudient les phénomènes migratoires soit en amont de la migration (milieu d’origine), soit en aval (milieu d’arrivée). Le parti pris de ce projet est quelque peu différent. Il s’agit de se départir d’une approche associée à des situations extrêmes, et d’aborder la migration des mineurs sous le signe de l’autonomie et de l’émancipation, sans exclure la prise en compte des risques et des dangers auxquels est exposée toute population migrante. De plus, en Afrique de l’Ouest, la frontière entre les pays se dissout souvent face aux pratiques des acteurs et à la tolérance des Etats membres de la CEDEAO. Dès lors, la dichotomie entre migration interne et migration internationale est toute relative. Les circulations nouvelles qui parcourent l’espace de la CEDEAO, et le Sahel en particulier, participent à un renouvellement des dynamiques migratoires ouest-africaines ; les mineurs y sont étroitement associées. Leurs expériences migratoires soulignent l’importance du statut qui leur est accordé à chacune des étapes du parcours ; il détermine tout à la fois les pratiques des acteurs et les termes de leur protection.
Nous avons donc choisi de considérer la migration des mineur(e)s dans une dynamique de continuité ; chacune des étapes du parcours, qu’elle soit synonyme d’émigration, d’immigration ou de transit, constitue un lieu d’observation privilégié de l’expérience migratoire, là où se nouent et se dénouent les enjeux de la migration. Cette double approche permet d’interroger l’influence de la législation (nationale, régionale et internationale) et des pratiques associées sur l’expérience migratoire des jeunes migrant(e)s ; l’« expérience migratoire » est entendue ici comme la mobilisation des « savoir migrer ».

Mots-Clés

Mineurs, Dynamiques Migratoires, Expérience migratoire, Étrangement, Droits de l’Homme, Droits des migrants, CEDEAO.

Zone géographique

Afrique de l’Ouest, Maghreb, Europe

Calendrier

décembre 2013-2016.

Contact

nelly.robin chez orange.fr