> Projets de Recherche > Axe 2 - Migration, pouvoir, développement

OYAMAR - Evolution de l’impact anthropique sur le littoral guyanais et les grands estuaires (Maroni et Oyapock) : compréhension du fonctionnement des milieux pour une meilleure gestion de l’aménagement du territoire, de l’environnement et des ressources

Axe 1 - Axe 2 - Migration, Pouvoir, Développement

Responsables scientifiques

  • Antoine Gardel, UMR LEEISA, CNRS-Guyane
  • PIANTONI Frédéric (CEPED), responsable de l’axe 2 / Impact de la démographie (migrations et croissance naturelle) sur les milieux estuariens frontaliers

Partenariats

Partenariat avec convention

Partenariat sans convention

  • Université d’Amsterdam

Membres du CEPED participant au projet

Membres extérieurs au CEPED participant au projet

  • Palisse, MCF Anthropologie, UMR LEEISA CNRS, université de Guyane,
  • Simona Vezzoli, MCF Science Politique, Université d’Amsterdam,
  • Damien Davy (IGR, Anthropologue, UMR LEEISA, CNRS)

Financement

  • Europe, Collectivité Territoriale de Guyane.

Résumé

Le projet s’articule autour de 3 grands axes de recherche et d’un axe transversal visant à valoriser les résultats scientifiques au bénéfice du territoire et à assurer un transfert de connaissances et de technologies. La complémentarité de ces trois axes nous permettra d’avoir une vision intégrée des dynamiques humaines, environnementales et économiques de ces espaces pour une meilleure gestion et un meilleur développement de ceux-ci. Les connaissances acquises dans les 3 axes se nourriront mutuellement. Par exemple, les connaissances fondamentales acquises dans l’axe 1 (dynamique de la mangrove, des plages sableuses) alimenteront les réflexions sur les services écosystémiques abordées dans l’axe 3.

L’axe 1 portant sur le fonctionnement hydro-sédimentaire côtier et estuarien se situe dans le secteur émergent à fort potentiel de la SRI-SI intitulé Gestion et surveillance de l’environnement par la télédétection dans les domaines cruciaux de l’évaluation et la gestion du stock de carbone par les mangroves et les eaux côtières et de la surveillance de l’environnement des ressources halieutiques mais également, problématique cruciale pour la Guyane, dans la prédiction des mouvements sédimentaires (bancs de vases, érosion des plages, bancs de sable/vase dans les estuaires).

L’axe 2 intitulé Impact de la démographie (migrations et croissance naturelle) sur les milieux estuariens frontaliers s’inscrit également dans le secteur de la Gestion et surveillance de l’environnement par la télédétection en lien avec la cartographie et l’aménagement du territoire concernant notamment l’urbanisation et les diverses pratiques agricoles. En effet, nous tacherons de mieux comprendre les interactions entre les habitants de ces zones estuariennes avec leurs environnements. Et, dans le rapport d’étude final nous proposerons un atlas cartographique des deux estuaires transfrontaliers portant sur les interactions Hommes/Milieux en décrivant notamment le maillage du territoire par les différents types d’habitats et les différents types d’impacts sur l’environnement.

L’axe 3 intitulé « économie des ressources et services écosystémiques » se situe pleinement dans le l’axe prioritaire identifié par la SRI-SI « Valorisation des ressources marines et ressources primaires dans le cadre de services écosystémiques » mais également dans celui portant sur l’écotourisme lié au littoral et aux spécificités culturelles riches des deux estuaires.

L’axe transversal « transfert de technologie et de connaissance » permettra de valoriser et de mieux assurer le transfert des résultats de recherche vers les différentes structures comme Guyane SIG et l’AUDEG. Toutes les données géo-référencées et leurs métadonnées seront partagées avec ces partenaires afin d’être accessible au plus grand nombre grâce à leurs plateformes SIG en ligne.

Le transfert de connaissance vers le grand public sera organisé en lien avec le PNRG avec sa Maison de la Réserve de la Mana, le CIAPS de Saint-Laurent du Maroni, les communes et le Rectorat de Guyane notamment.
Un comité de pilotage annuel composé des communes ainsi que des représentants des services compétents des collectivités locales et des services déconcentrés de l’Etat permettra une gestion participative de cette recherche action ambitieuse. Ce projet est porté par des chercheurs et des équipes déjà largement investies en Guyane et spécialisées dans ces trois axes de recherches. L’équipe Ecosystèmes littoraux du CNRS Guyane, coordonné par A. Gardel, fédère des recherches pluridisciplinaires menées sur le littoral sous influence de l’Amazone depuis plus de 15 ans. L’Observatoire Hommes-Milieux Oyapock du CNRS, dont le responsable est D. Davy, travaille depuis sept ans sur les interactions Hommes-Milieux dans le bassin de l’Oyapock, dans l’Ouest, F. Piantoni s’intéresse aux mobilités et aux problématiques urbaines depuis plus de 15 ans. L’IFREMER Guyane, dirigé par F. Blanchard, en collaboration avec l’équipe d’économistes de l’environnement de N. Sanz de l’UG mènent depuis de nombreuses années des recherches sur les ressources halieutiques en lien avec l’économie des ressources.

Mots-Clés
Guyane française, impact démographique, ressources, aménagement, développement.

Terrains de recherche :
Zone 1 : Guyane française, Saint-Laurent du Maroni-Apatou-Mana, Estuaire frontalier du fleuve Maroni
Zone 2 : Guyane française, Saint-Georges de l’Oyapock, Estuaire frontalier du fleuve Oyapock

Calendrier
Début et fin du projet : sept 2017-sept. 2020.

Contact

Email : PIANTONI Frédéric frederic.piantoni chez univ-reims.fr
Site web : http://www.guyane.cnrs.fr/spip.php?...