Accueil > Projets de Recherche > Axe 2 - Migration, pouvoir, développement > Pratiques d’aide sociale, (des)ordres politiques et sociétés en conflit. (...)

Axe 2 - Migration, pouvoir, développement

Pratiques d’aide sociale, (des)ordres politiques et sociétés en conflit. Associations de bienfaisance et rapport au politique de la Tunisie à la Syrie.

Responsables scientifiques

Résumé
En quoi et comment les pratiques d’aide sociale et leur articulation avec le politique sont transformées dans les sociétés en conflit et en proie aux désordres politiques ? C’est à cette question que s’attaque ce projet de recherche pour le développement qui s’inscrit dans une réflexion plus générale sur les modalités de l’action collective, les mécanismes de protection et solidarité sociale et les transformations politiques dans un monde arabe en recomposition. Cette réflexion s’articule avec les objectifs du CEPED et, plus particulièrement, avec son deuxième axe Migration, pouvoir, développement.
Pour répondre à cette question je propose de mener une étude localisée du rapport au politique au sein des associations de bienfaisance tunisiennes (en Tunisie) et syriennes en exil (en Turquie et au Liban) qui travaillent dans les domaines éducatif et de la santé.

Je pars de trois hypothèses :
1- les ruptures biographiques provoquées par les crises que connaissent la Tunisie et la Syrie depuis 2011 produisent une politisation souvent non assumée, voire rejetée, des acteurs sociaux et une action sociale vécue comme du militantisme
2- loin de s’affaiblir, les associations de bienfaisance se multiplient de façon concurrentielle, voire conflictuelle, mais aussi se politisent après plusieurs décennies d’autoritarisme ayant conduit à leur atrophie
3- si la bienfaisance est fortement investie en temps de crise par les figures notabiliaires, et contribue à renforcer leur capital social, les bénéficiaires ne sont pas toujours capables d’identifier les aides avec des individus ou de groupes précis.
En somme, si les désordres politiques sont générateurs de nouveaux engagements et pratiques d’aide sociale, ils favorisent aussi leur politisation.
Dans cette ligne, trois axes de recherche structureront mes réflexions :
a) Trajectoires et subjectivités
b) Allégeances partisanes et rapports aux institutions politiques
c) Interactions entre associations et bénéficiaires.

Pour tester mes hypothèses je choisis une approche comparative « par contraste » qui me permet de faire dialoguer deux sociétés aux trajectoires socio-historiques différentes qui traversent une conjoncture spécifique (processus révolutionnaire aboutissant en Tunisie à des conflits sociaux et politiques successifs et en Syrie à une guerre).
Quatre sites d’observation seront privilégiés. D’une part, à Kairouan et à Siliana, deux localités tunisiennes qui sont considérées respectivement comme un fief de l’islam politique et comme un foyer de mobilisation sociale de la gauche, et qui sont situées à la croisée de nombreuses problématiques de développement économique, de mutation des espaces et de redéfinition des identités. Les associations travaillent ici à l’intérieur du territoire national. D’autre part, pour le cas syrien, à Beyrouth, où de nouvelles initiatives d’aide sociale sont mises en œuvre par et pour les réfugiés syriens, et à Gaziantep, ville turque devenue capitale de l’opposition politique syrienne et base des opérations humanitaires destinées aux populations se trouvant à l’intérieur du pays. Les associations travaillent ici depuis et dans l’exil, où habite désormais près d’un quart de la population syrienne.
Ce projet répond clairement aux missions de l’IRD. Il cherche à mettre en lumière, à partir de données empiriques originales, ce que les moments de crise génèrent comme modes d’aide sociale et dynamiques d’engagement et de politisation dans les recompositions des sociétés du Sud. Ces dernières s’inscrivent par ailleurs dans un contexte international en quête de nouveaux modèles de protection sociale et de formes de redistribution.

Mots-Clés
Pratiques d’aide sociale, (des)ordres politiques et sociétés en conflit. Associations de bienfaisance et rapport au politique.

Zone géographique
Tunisie (Kairouan, Siliana, Tunis) ; pour le volet syrien de ma recherche : Turquie (Gaziantep) et Liban (Beyrouth)

Calendrier
Octobre 2017 - 2022

Contact
ruiz chez mmsh.univ-aix.fr