Accueil > Projets de Recherche > Axe 2 - Migration, pouvoir, développement > Sociologie de l’engagement au Proche-Orient (Palestine/ Jordanie/ (...)

Axe 2 - Migration, pouvoir, développement

Sociologie de l’engagement au Proche-Orient (Palestine/ Jordanie/ Liban)

Responsable scientifique

Partenariat

  • IFPO
  • Cette recherche a été intégrée à deux programmes collectifs : l’ANR dirigée par A. Signoles (Université de Galatasaraï) et J. Husseini (Institut français du Proche-Orient-Amman) « La construction nationale palestinienne entre formation de l’Etat et vie diasporique » (2005/2010) et l’ANR de F. Mermier et S. Mervin (IFPO-Beyrouth) « Construire le politique : leadership et sociétés partisanes. » (2008-2009).

Résumé

Ce programme de recherche analyse les parcours politiques et les positionnements des militants au Proche-Orient, de l’islamisme à la gauche arabe. Les différentes étapes de l’engagement sont étudiées sur la longue durée, de l’adhésion aux éventuelles circulations, reconversions ou ruptures. Le rapport aux idéologies, la façon dont les militants s’orientent vers l’une ou l’autre et dont elles peuvent ensuite s’incarner pour eux est aussi pris en compte. Une attention particulière est portée au militantisme en régime autoritaire au rôle de la répression et à la recherche d’arènes alternatives de mobilisation lorsque les partis politiques sont sous contrôle. L’analyse de ces trajectoires militantes utilise différentes échelles : du niveau national où se joue le rapport au régime, à l’impact de l’évolution internationale des modes d’action politiques, en passant par les circulations idéologiques régionales. Les nouvelles formes de mobilisation liées aux récents soulèvements arabes sont ainsi contextualisées ; l’art contestataire y fait l’objet d’une attention particulière. À travers cette restitution des parcours de militants de longue durée s’éclairent ainsi, de l’intérieur, les évolutions contemporaines du militantisme dans le monde arabe.

Mots-Clés

Militantisme, engagement, trajectoires mouvements sociaux, mobilisations, syndicalisme, ONG, arts contestataires.

Zone géographique

Palestine, Jordanie, Liban.

Calendrier

2006 - 2015.

Contact

penelope.larzilliere chez ird.fr

Résultats et valorisation

  • Séminaire 2015-2016 à l’EHESS : Contestation et engagement politique : corps, émotions, convictions

Publications

2013


  • Larzillière Pénélope (2013) La Jordanie contestataire. Militants islamistes, nationalistes et communistes, Paris : Actes Sud, 248 p. (Sindbad). http://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/la-jordanie-contestataire.
    Résumé : La vague de contestation dans le monde arabe n’a pas épargné le petit royaume de Jordanie. Cette étude, fondée sur une enquête de terrain, analyse pour la première fois les forces politiques en présence, leurs ancrages, leurs motivations sociales et idéologiques, et les différentes formes de militantisme, anciennes et nouvelles. Si la Jordanie est officiellement une monarchie constitutionnelle, la constitution promulguée en 1952 puis amendée plusieurs fois accorde en fait les pleins pouvoirs au roi. L’“ouverture” démocratique n’a pas empêché la création d’un cadre légal coercitif, limitant l’expression et la participation politiques. Les services de sécurité restent omniprésents et la répression – bien que moins systématique − perdure. L’apparente stabilité du régime est basée sur de complexes et changeants processus autoritaires qui sont mis en place de manière différenciée selon les arènes politiques et sociales. Pour autant, l’opposition existe et des voies alternatives de contestation ont émergé, comme on l’a vu lors des manifestations populaires de 2011. L’enquête de terrain de plusieurs années menée par l’auteur lui a permis de reconstituer les trajectoires de militants de différentes tendances : islamistes, nationalistes et communistes. Hormis les islamistes qui ont toujours été légalement autorisés, mais parfois réprimés, les opposants sont passés d’un militantisme totalement clandestin à une scène publique très contrôlée. À travers leurs parcours, apparaissent les conditions générales du militantisme politique face à un régime répressif, mais aussi le sens donné par chaque individu à son engagement et à l’idéologie qui le sous-tend.
  • Larzillière Pénélope et Petric Boris, ss la dir. de (2013) « Dossier : Révolutions, contestations, indignations », Socio, 2 (décembre), 7-228 p.

2012


  • Larzillière Pénélope (2012) « Political Commitment under an Authoritarian Regime: Professional Associations and Islamist Movement as Alternative Arenas in Jordan », International Journal for Conflict and Violence, 6 (1), p. 11-25. http://www.ijcv.org/index.php/ijcv/article/view/186/pdf_47.
    Résumé : How does political commitment develop when actors are confronted with authoritarian processes? Under a liberal authoritarian regime, even the creation of democraticinstitutions may mean authoritarian stabilization (contradicting classical transition theories) rather than open an arena for political protest. However, alternativecontentious arenas may appear, where resourceful organizations can be partially transformed into a basis for protest with challenging frames of reference. In the Jordaniancase, the professional associations (in contravention of corporatism theory) and the Islamist social movement have thus gained oppositional capacity. However,apart from repression, their own economic and social roles, and their integration in the regime frame and limit the kind of political commitment they can lead. Ambivalencearises between challenging and integrated positions and when alternative arenas become so integrated in the regime that they lose their contentious role, radicalizationprocesses appear. Both cases underline the versatility of political arenas and their relational characteristics. These political arenas are also the places wherealternative ideologies are produced. At that level, the Islamist movement has a very specific position as a hegemonic ideological producer with no hegemonic powerand position. The case thus supports an analytical separation between power position and ideology and confirms the need for less state-centred definition of ideology.


  • Larzillière Pénélope (2012) « Sociologie de l’engagement à partir du Proche-Orient », in Les Palestiniens entre État et diaspora. Le temps des incertitudes, éd. par Jalal Al Husseini et Aude Signoles, Paris : Karthala, IISMM-EHESS, p. 179-188 et 299-301. (Terres et Gens d'Islam). ISBN : 978-2811105181. http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/68/37/03/PDF/4_socio_de_l_engagement_article_larzilliA_re.pdf.


  • Larzillière Pénélope (2012) « Nationalisme, communisme ou islamisme ? Idéologie et engagement en Jordanie », in Les Palestiniens entre État et diaspora. Le temps des incertitudes, éd. par Jalal Al Husseini et Aude Signoles, Paris : Karthala ; IISMM, p. 189-210. (Terres et Gens d'Islam). ISBN : 978-2811105181. http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/72/36/65/PDF/article_larzilliere_2012.pdf.

2011


  • Larzillière Pénélope (2011) « Analyser les attentats-suicides : rationalité, genre et contextualisation », Les Champs de Mars, 22, p. 85-108. http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/68/37/79/PDF/Attentat-suicide_et_rationalitA_Larzilliere_champs_de_mars.pdf.

  • Larzillière Pénélope (2011) « Table ronde : révolutions arabes : leurs enjeux, leur avenir », Humanitaire, 29, p. 14-33. http://humanitaire.revues.org/index930.html.
    Résumé : Table ronde organisée le 18 mai 2011, animée par Pénélope Larzillière, sociologue, chargée de recherche à l’Institut de recherche pour le développement (IRD)Avec :Khadija Mohsen Finan, politologue, maître de conférences et chercheur à l'Institut Europe/Maghreb/Méditerranée de l’Université Paris VIIILatifa Tayah-Gueneau, responsable de programme à l'Institut Panos Paris (IPP)Ali Bensaad, géographe, maître de conférences à l'université de Provence et enseignant-chercheur à l'Institut de recherche et d'études sur le monde arabe et musulman (Iremam)Djawad Guerroudj, médecin, Médecins du Monde (MdM)Karim Pakzad, chercheur associé à l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS)Rachid Lahlou, président du Secours islamique France (SIF)
    Mots-clés : Égypte, Enjeux humanitaires, Islam, Libye, Moyen-Orient, Syrie, Tunisie, Yemen.
  • Larzillière Pénélope (2011) « Opération martyre », Marianne-L’Histoire, Hors Série (août-septembre), p. 72.


  • Larzillière Pénélope (2011) « Contestation et autoritarisme libéral en Jordanie », Mouvements, 66, p. 104-109. DOI : 10.3917/mouv.066.0104. http://hal.ird.fr/docs/00/65/42/62/PDF/contestation_Jordanie_mouvements_version_auteur.pdf.
    Résumé : Les révoltes dans le monde arabe ont produit un mouvement de soutien en Jordanie. On y retrouve les principaux vecteurs de l’opposition : les syndicats professionnels, le mouvement islamiste des Frères musulmans, la gauche aussi malgré son impact plus faible. Mais la mobilisation est également portée par de nouveaux acteurs comme les jeunes. Face au régime jordanien, libéral économiquement et autoritaire politiquement, la contestation prend de l’ampleur. Le répertoire d’action du sit-in est conservé, mais, en plus de mesures économiques et sociales, la mise en place d’une véritable monarchie constitutionnelle est maintenant revendiquée. Dans cette mobilisation, les processus d’identification à des mouvements régionaux remettent en cause les limites structurelles de l’opposition en Jordanie.

  • Larzillière Pénélope et Durand Cédric (2011) « Table ronde : La gauche et les révolutions arabes », Contretemps. http://www.contretemps.eu/interventions/table-ronde-%E2%80%93-gauche-r%C3%A9volutions-arabes.

2010

2009

2008

--- Exporter la sélection au format