Accueil > Formation > Doctorant au Ceped > Thèses en cours > Comment repenser le dépistage du Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH) à (...)

Comment repenser le dépistage du Virus de l’Immunodéficience Humaine (VIH) à l’aune du traitement universel dans un contexte d’épidémie mixte et de raréfaction des moyens financiers ? Le cas de la Côte d’Ivoire

Thèse de Démographie préparée par Maxime INGHELS sous la direction de Annabel DESGREES DU LOU à l’université Paris Descartes.

Résumé du projet de thèse

Le présent projet s’inscrit dans la continuité des récentes études en faveur d’une initiation précoce du traitement antirétroviral pour les Personnes vivant avec le VIH (PvVIH), tant pour son bénéfice individuel (en réduisant les risques de morbidité et de mortalité liés au VIH) que pour son bénéfice collectif (en limitant le risque de transmission du virus). Il ne peut y avoir de traitement précoce sans dépistage précoce des personnes infectées. Or, aujourd’hui encore, une majorité des PvVIH sont diagnostiquées à un stade avancé de l’infection, notamment en Afrique subsaharienne. Alors que les Nations Unies ont pour objectif que, d’ici 2020, 90 % des personnes infectées par le VIH soient diagnostiquées et connaissent leur statut, on estime aujourd’hui que ce taux n’est que de 45 % en Afrique subsaharienne.
Avec 3,7 % de sa population adulte infectée, la Côte d’Ivoire reste le pays d’Afrique de l’Ouest le plus sévèrement touché par l’épidémie à VIH. Son épidémie, dite mixte, est caractérisée par des prévalences élevées au sein des populations dites clés (Hommes ayant des rapports Sexuels avec d’autres Hommes – HSH et professionnelles du sexe en particulier) et une prévalence moyenne en population générale.

La spécificité de cette épidémie cumulée au contexte de raréfaction des financements dédiés au dépistage fait qu’il est essentiel d’identifier les stratégies de dépistage qui permettront à la fois la couverture et la répétition du test parmi les populations les plus exposées tout en maintenant une offre de dépistage qui soit accessible et suffisante en population générale.
Ce projet de thèse, inscrit dans un programme de recherche plus large sur la demande et l’offre de dépistage du VIH et des hépatites virales en Côte d’Ivoire (DOD-CI), a pour ambition d’améliorer la compréhension des freins et facilitateurs au dépistage du VIH, afin d’orienter l’action pour tendre vers un dépistage universel des personnes infectées en Côte d’Ivoire. Cette recherche, basée sur quatre études transversales réalisées dans le contexte ivoirien, permettra d’identifier les barrières d’accès et les opportunités manquées de dépistage en population générale et auprès d’une population dite « clé » (HSH) ainsi que les opportunités manquées de diagnostic chez les PvVIH.

Les résultats de cette recherche contribueront à l’amélioration des recommandations et politiques publiques de dépistage du VIH en vue d’atteindre le premier « 90 » de l’objectif 90-90-90 fixé par l’ONUSIDA.

Mots-Clés
Dépistage ; infection à VIH ; population générale ; HSH.

Zone géographique
Côte d’ivoire

Calendrier
• Septembre 2016 – septembre 2019.