Accueil > Formation > Doctorant au Ceped > Thèses en cours > Contextualisation de la violence structurelle et de l’extrémisme dans le nord (...)

Contextualisation de la violence structurelle et de l’extrémisme dans le nord du Nigeria : le cas du Nord-Ouest et du Centre-Nord depuis 2009.

Thèse de Science Politique préparée par Akinola OLOJO sous la direction de Marc-Antoine PÉROUSE de MONTCLOS à l’université Paris Descartes.

Résumé du projet de thèse

Cette recherche porte sur une analyse approfondie de la violence structurelle et de l’extrémisme dans les régions Nord-Ouest et Centre-Nord du Nigeria. Partant du contexte spécifique de la crise de Boko Haram depuis 2009, elle vise à interroger les raisons sous-jacentes pour lesquelles la violence structurelle et l’extrémisme ne suffisent pas comme facteurs explicatifs de la violence physique dans les régions précitées. L’importance de cette étude réside dans le fait que l’extrémisme s’est rarement traduit sous la forme de violence physique causée par des individus ou des groupes dans les zones Nord-Ouest et Centre-Nord du pays, et ceci, en dépit des éléments qui définissent le paysage socioéconomique et religieux des États fédérés situées dans ces zones. Plus précisément, ce sont ces mêmes éléments fondamentaux qui caractérisent également les dynamiques socioéconomiques et religieuses des États du Nord-Est. Même si une attention particulière est accordée aux régions Nord-Ouest et Centre-Nord, cette thèse tentera de tirer des enseignements de l’analyse des dynamiques de conflit au Nord-Est. En effet, un travail de recherche sérieux sur les régions Nord-Ouest et Centre-Nord tirera certainement profit des comparaisons avec le Nord-Est, qui est évidemment l’épicentre de la crise.
Les questions centrales qui suivent, ont été à la base de ce projet de recherche. Premièrement, dans quelles proportions les expressions clés tels que la violence structurelle (privation économique, pauvreté) et la religion agissent-ils en tant que moteurs de la violence dans le Nord-Ouest et le Centre-Nord en comparaison avec le Nord-Est du Nigeria ? Deuxièmement, quels sont les facteurs permettant d’expliquer pourquoi l’extrémisme et la radicalisation ont plus souvent mué en violence dans le Nord-Est, depuis 2009, par rapport au Nord-Ouest et au Centre-Nord ? Troisièmement, y a t-il des facteurs, acteurs ou événements externes permettant d’expliquer les nuances internes ou les manifestations différenciées de violence dans les différentes régions du Nord ? Pour finir, comment expliquer l’incapacité des autorités nigérianes à gérer la crise du nord du pays et quel a été, jusque là, le bilan des institutions aussi bien au niveau local que national ? L’importance de la présente étude est soulignée par le caractère inédit de son objet d’étude qu’est la crise qui sévit actuellement dans le Nord du Nigeria. Alors que certains de ses aspects ne sont pas totalement nouveaux, la crise est marquée par la recrudescence du nombre d’attaques-suicides. La présence effective de combattants étrangers, provenant des pays voisins renforce l’hypothèse de sa dimension transnationale. Par conséquent, et sans s’écarter de son objet initial – l’analyse des nuances internes au Nord-Ouest et au Centre-Nord du Nigeria –, la présente recherche s’appuiera sur les enseignements de la crise du Sahel, afin de problématiser les ramifications externes présumées de la crise Boko Haram. Ce faisant, l’étude s’attachera à mettre en évidence les implications potentiellement graves de l’incompréhension et la mauvaise gestion des réponses anti-insurrectionnelles.

Résumé en anglais

This study presents the case for a thorough analysis of structural violence and extremism in the northwest and northcentral zones of Nigeria. Using the specific context of the Boko Haram crisis since 2009, it sets out to interrogate the undercurrents which account for why structural violence and extremism fall short of attaining full potency as factors instigating physical violence in the aforementioned zones. This study’s significance is highlighted by the fact that extremism has found very little expression in the form of physical violence caused by individuals or groups in the northwestern and northcentral zones. This is in spite of factors which define the socioeconomic and religious landscape of states within the aforementioned zones. More notably, these are the same critical factors which also characterise the socioeconomic and religious dynamics of states within the northeast. Although particular focus is on the northwest and northcentral zones, this research will attempt to draw upon analysis of the conflict dynamics in the northeast. Indeed, any useful investigation of the northwest and northcentral zones will certainly benefit from comparisons with the northeast, which of course is the epicentre of the crisis.

The following are some of the central questions at the core of this study : First, to what extents do key patterns of structural violence (economic deprivation, poverty) and religion act as drivers of violence in the northwest and northcentral zones in comparison with the northeast of Nigeria ? Second, in contrast with the northwest and northcentral zones, what factors explain why extremism and radicalisation have transcended more frequently to violence in the northeast since 2009 ? Third, are there external factors, actors and events that help to explain the internal nuances or different manifestations of violence in the various northern zones ? Fourth, why has the Nigerian leadership been unable to address the crisis in northern Nigeria, and what role has institutional leadership at the local and national levels played in addressing the challenge so far ? An additional significance of this study is underscored by the unprecedented nature of the current crisis in northern Nigeria. While aspects of it are not entirely new, the crisis is illustrated by the rising incidence of suicide attacks. The increasing evidence of foreign fighters from neighbouring countries is further suggestive of a possible transnational dimension to the crisis. Therefore, while this study does not depart from its projected analysis of the internal nuances within northwest and northcentral Nigeria, it will draw on emerging cutting-edge evidence from the crisis in the Sahel to problematise the often assumed external ramifications of the Boko Haram crisis. This way, the study will endeavour to highlight the potentially serious implications of misunderstanding and mismanaging counter-insurgency responses.

Mots-Clés

Violence structurelle et physique, extrémisme et radicalisation, le nord du Nigeria, pauvreté, Boko Haram, religion.

Zone géographique

Nigéria, Régions du Nord-Ouest et du Centre-Nord.

Calendrier

Début : Septembre 2013
Fin du projet : Août 2016
Date prévue de soutenance : Fin 2016