> Formation > Doctorant au Ceped > Thèses en cours

La trajectoire migratoire des entrepreneurs Chinois en Algérie (Alger)

Thèse de sociologie préparée par Louiza AIT OUALI sous la direction de Jean Baptiste MEYER à l’Université Paris Descartes.

Axe de recherche au Ceped : Axe 2 - Migration, Pouvoir, Développement

Résumé du projet de thèse
L’Algérie, est traditionnellement un pays d’émigration principalement vers la France (en dépit de l’ordonnance de 1973 arrêtant l’émigration légale), est-elle capable d’adopter les Chinois venus dans le cadre de différents contrats d’investissement économique ?

Il faut le rappeler qu’à la fin de la décennie noire, les entreprises occidentales ont déjà quitté l’Algérie pour raison d’insécurité.

À cette époque le premier projet confié aux Chinois était la réalisation de l’Hôtel Sheraton à ville d’Alger. Deux cents Chinois furent recrutés pour l’exécution de ce projet sans avoir eu recours à la main d’œuvre-locale.

L’Algérie s’est depuis lancée dans de gros projets économiques avec des firmes étrangères, principalement chinoises. Dont l’intérêt a poussé l’Algérie à signer une convention fiscale a avec la Chine au début de Novembre 2006 qui consiste à renforcer les relations diplomatiques et économiques entre les deux pays.

Ces derniers se sont mis d’accord sur la facilité des procédures judiciaires traitant des volets civil et commercial.

Plusieurs projets sont alors délégués aux Chinois notamment dans le domaine de l’hydraulique et des Travaux Publics.

Les échanges commerciaux ont rapproché les populations chinoises et algériennes qui ont appris à communiquer entre elles malgré leurs différences.

En effet l’entrepreneur chinois se trouve confronté dans la société algérienne à plusieurs obstacles dans son interaction avec les institutions où la langue utilisée est l’arabe ou le français.

Comment les Chinois arrivent-t-ils à préserver leur identité culturelle et sociale dans la société algérienne ? Comment arrivent-t-ils à développer leurs business ?

Cette recherche vise à mieux comprendre l’impact des liens forts ou faibles sur les choix socio- économiques des entrepreneurs chinois à Bab-Ezzouar à l’est d’Alger et comment se construit, se mobilise et s’entretient le réseau personnel des entrepreneurs chinois dans ce quartier (à Bab Ezzouar).

Mots-clés :
Chinois, Algérie, culture, migration chinoise, intégration, liens forts, liens faibles, trajectoires, mobilité, investissement ,réseaux sociaux, concurrence , commerce, Algérie

Zone géographie
Maghreb, Algérie

Calendrier
Début de la thèse : 2017
Date prévue de soutenance : 2020