Accueil > Formation > Doctorant au Ceped > Thèses en cours > Médecins Sans Frontières (MSF) : heurs et malheurs du personnel (...)

Médecins Sans Frontières (MSF) : heurs et malheurs du personnel international

Thèse de Sociologie préparée par Ludovic JOXE à l’Université Paris Descartes sous la direction de Fred EBOKO

Résumé du projet de thèse

Sur les terrains dédiés à l’action humanitaire, les travailleurs expatriés de Médecins Sans Frontières (MSF) sont confrontés au double prisme des enjeux de l’action humanitaire d’urgence et de leur évolution professionnelle (Magone, Neuman, et Weissman 2011). Dans ce contexte, certains évoquent un malaise, une frustration ou une incompréhension liée à la stratégie de l’organisation et leur mission de terrain. Ils peuvent alors rompre leur contrat et anticiper leur retour de mission. Si cette catégorie de travailleurs ne représente pas l’ensemble des expatriés chez MSF, elle constitue l’expérience à l’origine de cette thèse. Basé sur une cinquantaine d’entretiens et une observation participante lors de neuf missions humanitaires avec MSF (Colombie, Ethiopie, Congo-Brazzaville, Centrafrique, Guinée, Ukraine, Tanzanie, Niger et Haïti), mon travail montre que les expatriés que j’appelle « professionnels » sont moins susceptibles d’être frustrés. Ils attendent un salaire, une évolution de carrière que MSF offre effectivement. A l’inverse, les expatriés que j’appelle « engagés » y sont plus disposés. Ils espèrent que MSF ait un impact politique, sauve des vies, et soit efficace. Or des « zones d’incertitude » entourent les espoirs des « engagés », et des marges de manœuvre et de réinterprétation sont laissées aussi bien aux autorités politiques locales, qu’aux responsables MSF sur le terrain ou au siège de l’organisation. Je montre alors comment la frustration est liée à l’incertitude, au pouvoir sur cette incertitude et au contrôle de l’information (Crozier 1963 ; Crozier et Friedberg 1977). Ma recherche tente de faire converger différents courants de la sociologie : les parcours de vie, la sociologie des organisations, la sociologie des émotions, la sociologie du travail et de la gestion (Boussard 2008). Elle fait aussi dialoguer la démarche dispositionnalo-contextualiste de Lahire (Lahire 2011, 2012) avec la théorie des systèmes sociaux de Luhmann (Luhmann 1984 ; Luhmann, Sosoe, et Bouchard 2006). Je réinvestis le lien historique de la sociologie entre l’individu émotif et le groupe social (Durkheim 2013). J’intègre dans ma recherche les africains, asiatiques, et sud-américains, représentant aujourd’hui 30% des expatriés MSF et peu étudiés jusqu’à présent, mettant au goût du jour les travaux de Siméant et Dauvin (Dauvin et Siméant 2002). Cette recherche questionne enfin l’importance donnée récemment aux « risques psychosociaux » dans le secteur professionnel (Loriol 2003, 2010 ; Dejours 2008 ; Chakor 2010).

Mots-Clés

Humanitaire, MSF, Valeurs, Parcours de vie, Individu, Organisation

Zone géographique

France, République centrafricaine, Guinée, Ukraine

Calendrier

Thèse commencée en octobre 2013