Accueil > Formation > Doctorant au Ceped > Thèses soutenues > Evolution of Inequalities in access to secondary schooling in (...)

2014

Evolution of Inequalities in access to secondary schooling in Uganda

Christian KAKUBA

Thèse de démographie soutenue par KAKUBA Christian le 24 novembre 2014 sous la direction de PILON Marc à l’université Paris Descartes.

Contact : kakubachrist chez yahoo.com

Résumé du projet de thèse

Alors que l’accès à l’éducation est au cœur du développement, le fait qu’une éducation soutenue et de qualité soit un facteur critique pour l’émancipation d’individus et de sociétés entières ne fait plus l’objet de débats. En effet, la myriade d’avantages liés à une éducation de masse soutenue et de qualité présuppose qu’elle soit à la portée de tous, comme il est décrit dans l’objectif 2 du document sur l’Education pour tous et les buts 2 et 3 des Objectifs du millénaire pour le développement. L’Ouganda étant l’un des premiers pays d’Afrique Subsaharienne à introduire l’éducation primaire et secondaire universelle, respectivement en 1997 et 2007, cette thèse s’attache à comprendre jusqu’à quel point ces politiques de démocratisation de l’éducation ont permis de réduire les inégalités d’accès à l’école secondaire. Ce travail utilise principalement les données des enquêtes nationales de ménages de 2005/2006 et 2009/2010 qui procurent des informations sur le profil éducatif des membres du ménage ainsi que d’autres caractéristiques qui selon les études préalables influent sur les parcours scolaires. Par le moyen de modèles multivariés pertinents, il a été possible de décrire l’évolution des inégalités d’accès à l’école secondaire, de transition du primaire au secondaire, et d’accès aux internats, ce pour l’ensemble des enfants de 13 à 24 ans. L’universalisation de l’éducation au niveau primaire comme secondaire n’a ni pu améliorer l’achèvement du cycle primaire ni réduire les inégalités d’accès au secondaire. En effet, achever le cycle primaire et accéder au secondaire demeurent principalement la prérogative d’enfants issus de milieux socio-économiques privilégiés, de zones urbaines et de la région centrale. Lorsque le chef de ménage n’est pas lui-même allé au secondaire, ou que le ménage se situe en deçà du 25e percentile de revenus, lorsqu’il est en milieu rural, ou situé dans l’Est, l’Ouest ou le Nord du pays, ses jeunes membres demeurent largement exclus du cycle secondaire. En outre, alors que les internats (dont certains sont des écoles publiques) sont connus pour offrir une éducation de meilleure qualité qui permettrait la mobilité sociale pour les enfants défavorisés, ils sont généralement inaccessibles aux pauvres selon la politique sur les internats ce qui accroît les inégalités d’accès à l’enseignement secondaire de qualité. Alors que les inégalités d’accès au niveau secondaire pour tous les enfants persistent, la transition du primaire au secondaire, pour les enfants de milieux socio-économiques les moins aisés, semble plus difficile dans le passé récent qu’auparavant, ce qui implique que la plupart des enfants qui se trouvaient dans un cercle vicieux du désavantage, très probablement y demeureront.

Abstract

While access to basic education is at the heart of development, the fact that sustained and meaningful education is critical for emancipation of the individual and entire society is no longer a matter of debate. Indeed, the myriad of advantages associated with sustained and quality mass education presuppose that it should be enjoyed by all as espoused in Education for All Goal 2 and Millennium Development Goals 2 and 3. Since Uganda was one of the first countries in Sub-Saharan Africa to introduce universal primary and secondary education in 1997 and 2007 respectively, this study endeavored to understand the extent to which the said democratization of education has eclipsed inequalities in accessing secondary schooling. This study largely used Uganda National Household Survey data for 2005/6 and 2009/10 that had information on schooling profiles of the household population and other characteristics that have been found to explain schooling outcome differentials. Through appropriate multivariate models, it was possible to map the evolution of inequalities in accessing secondary schooling for all children aged 13-24, making a transition for the ones that completed primary and accessing boarding facilities. Universalizing education at both levels has failed both to enhance completion of primary and dampen inequalities in accessing secondary schooling. Indeed, completion of primary and transition to secondary remain a prerogative of largely children from better socio-economic backgrounds, urban areas and the central region. Children in households below the 25th top percentile of household income, those in the rural, East, West and North, and those under household heads with less than secondary education, remain largely excluded from secondary schooling. Besides, whereas boarding schools (some of which are government schools) are known to offer better quality education that would enable social mobility for disadvantaged children, they are largely inaccessible to the poor as a matter of policy and this exacerbates inequalities in accessing quality secondary schooling. While inequalities in accessing secondary education for all eligible children have largely persisted, making a transition by children from poorer socio-economic backgrounds seems to be more difficult in the recent past than before implying that most children previously entangled in a vicious cycle of disadvantage, are most likely to remain so.

Mots-Clés

Évolution, Accès, inégalités, secondaire, internats, mobilité sociale, politiques publiques.

Zone géographique

Ouganda, Afrique de l’Est

Téléchargement

http://thesesenligne.parisdescartes.fr/Rechercher-une-these/thesedetail?id_these=753