Accueil > Formation > Doctorant au Ceped > Thèses soutenues > L’impact de la maladie sur les trajectoires de vie des migrants subsahariens (...)

L’impact de la maladie sur les trajectoires de vie des migrants subsahariens en France : le cas du VIH/sida et de l’hépatite B

Thèse de santé publique soutenue par Anne GOSSELIN sous la direction d’Annabel DESGREES DU LOU et d’Eva LELIEVRE à l’université Paris V Descartes le 23 septembre 2016.

Cette thèse s’inscrit dans le cadre du projet de recherche PARCOURS, Parcours de vie, VIH/sida et hépatite B chez les migrants originaires d’Afrique subsaharienne vivant en Ile de France.

Résumé du projet de thèse

Cette recherche doctorale s’inscrit dans le projet ANRS PARCOURS « Parcours de vie, VIH et hépatite B chez les migrants subsahariens vivant en Ile-de-France » et vise, à travers l’approche biographique quantitative, à analyser l’impact du VIH/sida et de l’hépatite B sur les trajectoires de vie des migrants venus d’Afrique subsaharienne.
Les migrants d’Afrique subsaharienne paient un lourd tribut au VIH/sida et à l’hépatite B en France, puisqu’ils représentaient en 2009 33% des découvertes de séropositivité au VIH et 40% des patients pris en charge pour une hépatite B chronique. L’impact et les conséquences de ces maladies dans la vie des personnes touchées dépendent de leur contexte de vie au moment de l’arrivée de la maladie, du type de maladie (hépatite B ou VIH/sida) mais aussi des éléments de leur vie avant la maladie. Il importe de mieux comprendre les raisons pour lesquelles l’arrivée de la maladie déstructure la vie de certaines personnes alors que d’autres personnes pourront faire face, intégrer la maladie sans bouleversements majeurs ou réorganiser leur vie avec cette nouvelle donne. Dans le cas de vies marquées par la migration, l’impact de la maladie est fortement lié aux conditions et circonstances de cette migration et ces deux phénomènes doivent être analysés en référence l’un à l’autre.
Cette thèse a pour objectif de comprendre la place de la maladie dans les trajectoires de vie de migrants venus d’Afrique subsaharienne dans une perspective holistique, c’est-à-dire qui prend en compte les différents éléments structurants de la trajectoire, qu’ils soient résidentiels (dont la migration), familiaux, professionnels, administratifs etc. On souhaite analyser si la maladie modifie ou pas la trajectoire de vie, par rapport aux autres éléments qui structurent cette trajectoire. On souhaite comparer les situations entre les deux maladies, VIH et hépatite B ; nous faisons l’hypothèse que les remodelages à l’oeuvre lors de l’arrivée d’une hépatite B sont différents de ceux qui interviennent lors de l’arrivée d’un VIH/sida, du fait d’une moindre stigmatisation sociale de l’hépatite B que du VIH/sida, et de la possibilité de vacciner et donc de protéger l’entourage pour l’hépatite B. Enfin on souhaite analyser les facteurs qui expliquent les différences entre les trajectoires, aussi bien dans le contexte vécu par la personne au moment de l’annonce de la maladie que dans son histoire de vie.
L’enquête PARCOURS a permis de collecter de façon quantitative les histoires de vie de 2420 migrants subsahariens en Ile-de-France, 920 vivant avec le VIH, 750 vivant avec une hépatite B et 750 n’ayant aucune de ces infections. Les parcours de vie de ces personnes ont été recueillis au moyen d’un questionnaire biographique qui renseigne les éléments structurants de la trajectoire de vie (professionnels, familiaux, conjugaux, résidentiels, etc…). Le traitement quantitatif des données ainsi recueillies permettra de dégager des typologies de trajectoires au moyen de méthodes de classification. On caractérisera ainsi les remodelages biographiques autour de l’arrivée de la maladie, et on comparera le moment, la nature, et l’intensité de ces remodelages biographiques entre VIH et hépatite B. On analysera ensuite les facteurs de ces remodelages, aussi bien dans le contexte vécu par la personne au moment de l’arrivée de la maladie que dans son histoire de vie, au moyen de la modélisation statistique.
La recherche ici proposée devrait ainsi permettre de mettre au jour des éléments nouveaux sur l’impact de la maladie dans des vies marquées par la migration. Notamment, elle devrait permettre d’éclairer la notion de résilience depuis la perspective des sciences sociales pour montrer comment les parcours des personnes influent sur leur attitude face au VIH/sida et à l’hépatite B.

Mots-Clés

VIH/sida ; hépatite B ; trajectoires biographiques ; Afrique subsaharienne ; résilience.

Zone géographique

Ile-de-France.