Accueil > Formation > Doctorant au Ceped > Thèses soutenues > Les entrepreneurs libanais de Sao Paulo, une sortie de la minorité (...)

2012

Les entrepreneurs libanais de Sao Paulo, une sortie de la minorité intermédiaire

Elsa EL HACHEM

Thèse de Sociologie soutenue par Elsa EL HACHEM sous la direction de Denys CUCHE à l’université Paris Descartes le 26 novembre 2012.

contact elsalhm chez gmail.com

Résumé de la thèse

L’étude se propose d’analyser le passage du statut de « minorité intermédiaire » des entrepreneurs libanais de Sao Paulo (où ils se concentrent) à leur intégration.

L’immigration masculine libanaise au Brésil et notamment à Sao Paulo - soit là où elle s’est concentrée - s’est particulièrement accentuée à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle. La plupart des immigrés ont commencé par être vendeurs ambulants avant de s’établir, d’abord, dans le « commerce » et plus tard, pour certains, dans l’ « industrie ». Quant à leurs descendants, ils ont investi différents secteurs d’activité et, aujourd’hui, les « Libanais » de Sao Paulo sont perçus comme un groupe qui a réussi et qui a du pouvoir.

La place de la « collectivité » libanaise dans la société brésilienne, au cours d’une bonne première partie du XXe siècle, pourrait être assimilée à celle d’une "minorité intermédiaire", par "minorité intermédiaire" étant entendu, selon le propos de Laurence Roulleau-Berger (2007) reprenant la définition d’Edna Bonacich (1973) : « un groupe qui s’appuie sur un réseau transfrontalier pour investir des positions institutionnalisées dans des niches économiques.Ce groupe parvient initialement à se glisser entre les classes inférieures et supérieures tout en restant extérieur à la hiérarchie induite par là - et ce en vertu de sa qualité d’étranger ».

Mais aujourd’hui, la réalité paraît avoir considérablement changé et les « Libanais » semblent avoir réussi leur pleine intégration. Avec 5 à 10% (selon les sources) des députés du Brésil en 2005 s’identifiant comme descendants de Libanais, à l’heure où le total des « Libanais » ne représente pas plus que 6% de la population globale du pays, leur présence significative dans la sphère politique est en effet une illustration éclatante de cet état de fait.

Mots-Clés

Migrations internationales, minorités intermédiaires, diasporas, intégration.

Zone géographique

Brésil, Sao Paulo.

Publications relatives à la thèse