Accueil > Formation > Doctorant au Ceped > Thèses soutenues > Les femmes chefs de ménages au Cameroun : Vulnérabilité, autonomie ou nouvelle (...)

2011

Les femmes chefs de ménages au Cameroun : Vulnérabilité, autonomie ou nouvelle organisation familiale ?

Saïd KOÏSSE

Thèse de Sociologie soutenue par Saïd KOÏSSE le 25 novembre 2011 sous la direction de Jean COPANS à l’Université Paris-Descartes.

Contact : koissesaid chez hotmail.com

Résumé

Depuis les années 70 on assiste en Afrique, à l’augmentation du phénomène de femmes chefs de ménage. Trois principales hypothèses ont été avancées pour expliquer la croissance des taux de femmes chefs de ménage dans les pays du Sud. Les premières recherches ont orienté leurs travaux autour du concept de féminisation de la pauvreté, établissant un lien entre l’augmentation de la proportion des ménages ayant à leur tête une femme, et la participation de plus en plus accrue des femmes aux activités du secteur informel peu rentables. Pour certains chercheurs cette croissance traduit au contraire l’autonomisation et l’empowerment des femmes qui remettent en questions des relations de genre qui leur sont défavorables. Pour d’autres enfin, ce phénomène constitue l’émergence de nouveaux types de ménages, de nouvelles organisations familiales centrées sur le noyau mère-enfants. Notre recherche sur les femmes chefs de ménage au Cameroun montre la nécessité des trois approches. Le concept de vulnérabilité féminine (terme préféré dans cette recherche à la place de la féminisation de la pauvreté) est nécessaire lorsqu’on analyse les conditions de vie des ménages sous responsabilité féminine dans le contexte de pauvreté de l’extrême nord du Cameroun. L’approche genre est incontournable pour mettre à jour les mécanismes qui conduisent les femmes dans cette région du pays à être des chefs de ménage autonomes pour certaines, (et) ou vulnérables pour d’autres. Enfin la question du glissement vers de nouveaux modèles familiaux mérite d’être posée, quand on constate que de plus en plus de femmes accèdent à ce statut de manière définitive, quand on constate qu’elles accueillent dans leur ménage leurs filles divorcées reproduisant le même schéma qu’elles, ou leurs fils avec femme et enfants.

Mots-Clés

Ménage, Famille, Genre, Cameroun, Kousséri, Cameroun, Maroua.

Publications relatives à la thèse

<biblio|recente|auteur=KOÏSSE, Saïd