> Membres > Doctorants du Ceped

Doctorants du Ceped

MONTAZ Léo

Discipline de la thèse  : Ethnologie

Axe de recherche au Ceped  : Axe 2 - Migration, Pouvoir, Développement

Affectation géographique et adresse de laboratoire d’accueil  :

CEPED
45 rue des Saints-Pères
75006, Paris - FRANCE

Téléphone : +33 676613546

Courriel : leomontaz chez me.com

Directeur de thèse : Olivier LESERVOISIER

École doctorale : ED 180

Titre de la thèse

Le retour à la terre des jeunes Bété en Côte d’ivoire – Mutation des arènes politiques locales et gestions des confits fonciers

Publications récentes


  • Montaz Léo (2015) « Le retour à la terre des jeunes Bété en Côte d'Ivoire. Jeunesse et rhétorique de l'autochtonie dans les négociations foncières en zone forestière ivoirienne » (communication orale), présenté à JDD 7 du LPED "Les usages du sol : conflit, concertation, conservation", Marseille. http://www.lped.org.


  • Montaz, Léo (2015) Jeunesse et autochtonie en zone forestière ivoirienne. Le retour à la terre des jeunes Bété dans la région de Gagnoa, Vol., numéro 9. (Cahier du Pôle Foncier). ISBN : 979-10-92582-08-6. http://www.pole-foncier.fr/documents/themes/politiques-foncieres/item/jeunesse-et-autochtonie-en-zone-forestiere-ivoirienne-le-retour-a-la-terre-des-jeunes-bete-dans-la-region-de-gagnoa.html.
  • Montaz, Léo (2015) « Considérer la jeunesse comme catégorie sociale et groupe stratégique : un exemple ivoirien » (Communication orale), présenté à ECAS 2015: 6th European Conference on African Studies, Paris.
    Résumé : Cette communication vise à donner une piste heuristique pour l’analyse de la « jeunesse » . Plutôt que de débattre sur la difficile délimitation de cette catégorie, nous souhaitons proposer une possibilité de l’appréhender à la fois dans ses dimensions sociales, culturelles, matérielles (la « culture jeune ») et à la fois comme un groupe social en « jeu » avec d’autres. Pour cela, nous considérons la jeunesse comme une catégorie sociale particulière, que l’on pourrait rapprocher des « catégories de l’altérité », mais aussi comme un « groupe stratégique » au sens d’Olivier de Sardan, c’est à dire un groupe en jeu dans un « champ » au sens bourdieusien. En analysant les attitudes et les interactions des jeunes ruraux ivoiriens pour l’accès à la terre dans un contexte conflictuel avec des étrangers et des aînés, nous souhaitons montrer comment cette démarche permet d’éviter certains écueils dans l’utilisation de la catégorie jeune. Elle permet à la fois d’enrichir le débat sur la « révolution générationnelle » de la jeunesse africaine et de préciser les aspects divers et contradictoires de la « catégorie jeune ». Nous analyserons les relations des jeunes dans le « champ foncier » selon trois axes : intragénérationnel, intergénérationnel et intercommunautaire. Nous mettrons en rapport ces relations entretenues localement avec des mobilisations plus larges dites « générationnelles ». Enfin, nous montrerons l’impact de la « culture jeune » sur ces relations.
--- Exporter la sélection au format