Accueil > Publications & Ressources > Éditions du CEPED (1988-2011) > La Chronique > Structures familiales et mobilité : Un regard anthropologique depuis le haut (...)

2009 • 59

Structures familiales et mobilité : Un regard anthropologique depuis le haut atlas Marocain

Béatrice Lecestre-Rollier

Le CEPED, en collaboration avec l’ORMES (Observatoire Régional des Migrations − Espaces et Sociétés), a organisé du 27 au 29 octobre 2008 un séminaire international intitulé Les migrations marocaines, nouvelles pratiques, nouvelles approches, à l’Université Ibn Zohr d’Agadir. Financé par l’AFD, cet atelier avait pour objectif d’établir un bilan des recherches conduites au Maroc sur les déterminants et les conséquences des migrations internationales. Outre les institutions impliquées dans la recherche et l’enseignement supérieur, des acteurs institutionnels nationaux et internationaux, des représentants du monde associatif ont été invités. Ils ont souligné la diversité des problématiques et des approches mobilisées, la pluralité des disciplines impliquées et la nécessité de croiser les regards. Les acteurs institutionnels et associatifs ont exprimé le souhait de disposer de données statistiques précises et actualisées quant aux flux, aux stocks et aux profils des migrants afin d’orienter leurs actions en matière de développement.
Si ce travail de mesure est indispensable, la complexification de la situation migratoire du Maroc au cours des dernières années − ce pays passant de la situation d’un pays d’émigration à celle d’un pays de transit et d’immigration avec l’installation de retraités et l’accueil de réfugiés − implique un approfondissement des analyses conduites en sciences sociales. Le travail de recherche,mené par Béatrice Lecestre-Rollier dans le Haut Atlas et présenté lors de ce séminaire, constitue un exemple éclairant de l’apport de l’anthropologie à la compréhension des déterminants des migrations internationales. Il montre que l’analyse des dynamiques migratoires ne peut faire l’économie d’une étude approfondie de la société d’origine prise dans sa totalité et sa complexité et qu’elle permet de relativiser les explications causales strictement économiques des départs en émigration.

Chronique 59 en Français
Chronique 59 en Français
PDF - 174.8 ko