Accueil > Publications & Ressources > Working Papers du CEPED > Recent trends concerning the accessibility of African population censuses (...)

2009 • 04

Recent trends concerning the accessibility of African population censuses to the academic community A user’s perspective

Valérie Golaz, Françoise Gubry, Francis Gendreau

Résumé

Il existe un nombre important de recensements réalisés en Afrique au cours du dernier demi‐siècle. Alors que les données de recensement demeurent peu exploitées, mal connues et difficiles d’accès, différents projets sont en cours, qui ont pour objectif commun de rendre ces données accessibles et en cela, de favoriser leur valorisation. Cette communication a pour objectif de dresser un panorama de l’avancée de la mise à disposition des données censitaires concernant l’Afrique de l’Ouest. Trois niveaux d’informations seront distingués. Tout d’abord, l’accès aux métadonnées est un enjeu majeur pour une bonne utilisation des données et permet une analyse secondaire des premiers résultats produits par les Instituts de statistique. Certains projets, comme IPUMS‐International, mettent à disposition les micro‐données et les métadonnées de recensement de certains pays, en travaillant à l’harmonisation des variables fournies et à la construction de variables supplémentaires similaires pour tous les pays. Cependant, dans l’état actuel de ce projet, la spatialisation de l’information a été perdue pour des raisons de maintien de l’anonymat. Enfin, l’accès aux micro‐données s’étend aussi, en fonction des modalités de la politique de diffusion adoptée dans chaque pays, ce qui permet alors des analyses approfondies, éventuellement spatialisées, correspondant aux besoins des chercheurs. Cette mise à disposition est complétée dans certains cas par la possibilité d’effectuer en ligne sur les sites des Instituts de statistiques les traitements les plus simples grâce au logiciel Redatam, ce qui correspond à la demande publique la plus courante. Mais indépendamment des efforts de documentation des variables disponibles, les définitions sous‐jacentes aux opérations de recensement conditionnent entièrement les résultats obtenus, comme par exemple la définition de l’urbain mais aussi celle du ménage, et elles restent très variables selon l’État et l’époque. Ainsi, afin de favoriser dans le futur la valorisation des recensements africains, il s’avère plus que jamais nécessaire que les États prennent conscience de ce problème et s’accordent sur une harmonisation minimale qui permette de développer des analyses comparatives sans perdre les spécificités locales.

Working Paper 4
Working Paper 4
PDF - 601.5 ko