Défis et contraintes du travail d’enquête en prison : le cas de Boko Haram au Niger et au Cameroun

5 décembre 2018
15h-17h
Défis et contraintes du travail d’enquête en prison : le cas de Boko Haram au Niger et au Cameroun
Séminaires de l’axe 2
@ Salle de réunion du CEPED

45 rue des Saints Pères
75015 Paris

Le thème de ce séminaire est «  Défis et contraintes du travail d’enquête en prison : le cas de Boko Haram au Niger et au Cameroun . Ce séminaire sera animé par Marc-Antoine Pérouse de Monclos avec deux présentations.

  • Giulia Melotti, doctorante Ceped : Conducting research in Niger’s prisons : between ethical and methodological challenges et
  • Dr. Aimé Raoul Sumo Tayo (Enseignant-chercheur, Université de Yaoundé 1), Comprendre Boko Haram à partir des prisons : enjeux et contraintes méthodologiques de la recherche sur le terrorisme en milieu carcéral au Cameroun

Résumé :
Conducting research in Niger’s prisons : between ethical and methodological challenges
Between January and October 2015, following the Boko Haram attacks to Bosso and Diffa, Niger authorities arrested and detained approximately 1200 individuals on terrorism-related charges. The total national prison population counted around 8500 at the time, and “terrorist suspects” were held in only three prisons in the country : Diffa, Kollo, Koutoukalé. The perception and experiences of these detainees are crucial to a law in action approach to the study of counter-terrorism reform in Niger, as well as to investigate dynamics of punishment or reconciliation. The seminar will provide the opportunity to explore the challenges encountered in the process of interviewing the individuals detained in relation to terrorism from multiple perspectives, including : access, methodology, ethics, security, credibility.

Comprendre Boko Haram à partir des prisons : enjeux et contraintes méthodologiques de la recherche sur le terrorisme en milieu carcéral au Cameroun
La présente communication traite des enjeux et contraintes méthodologiques de la recherche sur Boko Haram dans les prisons camerounaises. Pour ce faire, elle relève les limites des études qui s’appuient exclusivement sur les récits des familles, les vidéos, textes et discours programmatiques et montre que la recherche en prison peut permettre de sortir de la lecture très déformée des causes et des modalités de l’insurrection de « Boko Haram » au Cameroun. Pour que cette approche soit fonctionnelle, cette contribution revient sur les écueils méthodologiques et éthiques auxquelles l’auteur a été confronté dans sa trajectoire de recherche dans les prisons de Maroua, Mora et Yaoundé-Nkondengui.

]