« Faire l’incroyable ». Parole aux enfants dits microbes

28 novembre 2019
17h30-20h
« Faire l’incroyable ». Parole aux enfants dits microbes
Le Ceped fait son cinéma...
@ Université Paris Descartes, salle des Conférences R229 (2e étage)

45 rue des Saints Pères
75006 Paris

Francis Akindès présentera le film qu’il a écrit et réalisé « Faire l’incroyable ». Parole aux enfants dits microbes..

La présentation sera suivie d’un débat avec Richard Banégas (Ceri / Sciences Po)

Résumé
A Abidjan, le phénomène des enfants dits Microbes a débuté après la crise post-électorale de 2010. Ces enfants dont l’âge se situe entre 10 et 18 ans et parfois au-delà, s’illustrent par des vols précédés d’une agression à l’arme blanche d’une rare violence. Un mode opératoire jamais connu auparavant. Ce film documentaire donne la parole aux microbes qui racontent leurs histoires de vie, évoquent les raisons de leur basculement dans la violence, les modes opératoires des gangs auxquels ils appartiennent. Ils livrent également leurs perceptions de la société dans laquelle ils sont devenus des parias ainsi que des pouvoirs publics, et parlent de leurs aspirations, de leur propre avenir mais aussi de leurs angoisses et de leurs attentes vis-à-vis de la société.

Francis Akindès est sociologue, professeur à la Chaire Unesco de Bioéthique. Université Alassane Ouattara (Bouaké – Côte d’Ivoire). Depuis plusieurs années, il étudie les phénomènes de violences chez les jeunes d’Abidjan, la capitale économique.

Richard Banègas est professeur à Sciences Po et chercheur au Centre de recherches internationales (Ceri). Depuis le début des années 2000, ses recherches en Côte d’Ivoire ont porté notamment sur les mobilisations sociales, les enjeux de citoyenneté et l’engagement des jeunes urbains dans la violence.

Un film écrit et réalisé par Francis Akindès
Durée du film 38’ - © Chaire Unesco de Bioéthique, 2017

Bande annonce du film

Le Ceped fait son cinéma...

Depuis longtemps, le cinéma ou la vidéo sont des moyens utilisés par les chercheurs pour rendre compte des phénomènes qu’ils observent sur le terrain afin de proposer un autre type de diffusion des recherches. Si la réalisation des documentaires prend une ampleur très forte en anthropologie, toutes les sciences sociales sont concernées par ce nouveau médium. S’agit-il de mieux capter le réel ? Peut-on considérer un documentaire au même titre qu’un ouvrage scientifique ? La position de la caméra ou le montage vidéo implique-t-il un regard spécifique sur le terrain ? En quoi une la caméra pose-t-elle des problèmes dans la relation aux personnes ? Les notions de subjectivité, d’intersubjectivité ou encore de co-construction sont par exemple en jeu dans les débats actuels autour du documentaire.

Le Ceped a initié depuis 2013 un cycle de projections de films documentaires suivies de débats.

La projection du film en présence du réalisateur et/ ou d’un conseiller scientifique du film sera suivi d’un débat introduit par un discutant.

]