AIRE – Améliorer l’Identification des détresses Respiratoires de l’Enfant

Axe de recherche : Axe 1 - Santé, vulnérabilités et relations de genre au Sud

Responsable scientifique

Valery RIDDE, Ceped

Partenariats dans les pays de recherche

• INSERM, France, https://www.inserm.fr/
• PAC-CI, Côte d’Ivoire, http://www.pac-ci.org/
• ONG ALIMA (The Alliance For International Medical Action), https://www.alima-ngo.org/fr/
• ONG Solthis (Solidarité Thérapeutique et Initiatives pour la Santé), https://www.solthis.org/fr/
• ONG Terre des hommes, https://www.tdh.ch/fr

Membre du CEPED participant au projet

Valéry RIDDE, responsable du volet de recherche sur les processus

Membres extérieurs au CEPED participant au projet

LOUART Sarah, Université de Lille, Clersé
Émilie ROBERT, ICARES, et SHERPA research team, CSSS (Health and Social Services Centre) de la Montagne
Valériane LEROY, INSERM
Laura CATALA, INSERM
Anthony COUSIEN, INSERM
Gildas Boris HEDIBLE, INSERM
Renaud BECQUET, INSERM
Valérie BRIAND, IRD/INSERM
Désiré DAHOUROU, IRSS/INSERM
Sophie DESMONDE, INSERM

Financement

Unitaid

Résumé

Malgré les progrès réalisés dans la gestion de la santé infantile dans le monde, et alors que l’une des ambitions de l’Objectif de Développement Durable (ODD 3) est d’éliminer d’ici à 2030 les décès évitables de nouveau-nés et d’enfants de moins de 5 ans, cette cible est loin d’être atteinte en Afrique subsaharienne.
Une part importante des décès évitables de ces enfants est liée à la mauvaise identification des cas de maladies graves au niveau des centres de santé primaires (CSP), ce qui empêche leur référencement vers des centres de soins hospitaliers et nuit à une prise en charge efficace.
L’hypoxémie (diminution de la concentration d’oxygène dans le sang) est une complication potentiellement mortelle et un symptôme qui permettrait de diagnostiquer les cas de nombreuses maladies graves telles que le paludisme ou les pneumonies graves. Les oxymètres de pouls (OPs) sont des outils simples, peu coûteux, non invasifs et précis qui permettraient de détecter efficacement les cas sévères d’hypoxémie chez les enfants et ainsi d’appuyer leur référencement vers un niveau plus élevé de la pyramide sanitaire.
Pourtant, ces outils sont très peu disponibles dans les pays à faible et moyen revenu. Il a néanmoins été prouvé que ces OPs pouvaient être utilisés efficacement dans les hôpitaux africains, mais leur intégration au niveau des CSP n’a pas encore été explorée.

L’objectif global du projet AIRE (Améliorer l’Identification des détresses Respiratoires de l’Enfant) est de réduire la mortalité néonatale et infantile en équipant les CSP des districts d’intervention en OPs (intégration de ces outils dans les guides de Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfant, PCIME) et en sensibilisant les communautés à obtenir des soins en temps opportun.
Entre juillet 2019 et décembre 2022, le projet AIRE sera mis en œuvre par ALIMA, en partenariat avec Solthis et Terre des hommes dans quatre pays : Burkina Faso, Guinée, Mali et Niger. Le projet testera l’intégration d’OPs aux guides de Prise en Charge Intégrée des Maladies de l’Enfant (PCIME) dans deux districts sanitaires de chaque pays, fournissant des OPs dans 202 CSP identifiés.

Un des objectifs principaux du projet est de fournir des données probantes sur l’utilisation des OPs au niveau des CSP en Afrique de l’Ouest. Une recherche à trois volets sera donc menée tout au long du projet. Un premier volet sera mené par l’INSERM et consistera notamment à évaluer l’impact de l’utilisation des OPs sur l’augmentation du taux de référence hospitalière des enfants et sur l’amélioration de la détection des cas de maladies graves. Un deuxième volet, porté également par l’INSERM, visera à évaluer le rapport coût-efficacité de l’intégration des OPs à la PCIME en comparaison des standards de diagnostics pré-intervention. Enfin, un troisième volet de la recherche sera porté par le CEPED et visera à mener une évaluation des processus.

Cette évaluation des processus s’appuiera sur une démarche méthodologique d’évaluation fondée sur des théories et aura recours à des méthodes mixtes. Les objectifs de ce volet de la recherche seront notamment de mesurer le degré d’acceptabilité des innovations introduites par le projet pour les mères d’enfants et les professionnels de santé ; de mesurer la fidélité d’implantation des activités du projet AIRE ; et d’étudier comment la mise en œuvre du projet AIRE s’organise et quels sont les défis liés à l’implémentation. De plus, face à la complexité de cette intervention, les chercheur.e.s vont mobiliser une approche de type réaliste pour étudier les contextes dans lesquels l’intervention s’inscrit, les mécanismes qu’elle déclenche et les effets qui en résultent, afin de tenter de comprendre comment le projet AIRE fonctionne, pour qui, dans quels contextes spécifiques et pourquoi.

Mots-Clés : Innovation, santé, Afrique de l’ouest, étude réaliste

Zones géographiques

  • Burkina Faso, districts sanitaires de Dédougou et de Boromo
  • Guinée, districts sanitaires de Matoto et Télimélé
  • Mali, districts sanitaires de Dioila et de Markala
  • Niger, districts sanitaires de Niamey IV et de Dosso

Calendrier
2019 – 2022

Contact
valery.ridde chez ird.fr

Thèmes