COVID-19 et VIH. Mobilisation, reconfiguration des soins et affects des acteurs du VIH/sida face au COVID-19 à Maurice et Madagascar : patients, soignants et acteurs associatifs

Responsables scientifiques

Partenariats

Membres du CEPED participant au projet

Membres extérieurs au CEPED participant au projet

  • ROSTOM Guffran (PILS, Maurice)

Financement

Agence Nationale de Recherches sur le VIH et les hépatites virales (ANRS)

Résumé

L’épidémie de COVID-19 a amené les Etats à prendre des mesures exceptionnelles, notamment la mobilisation des professionnels et des services de santé pour prendre en charge les personnes atteintes, et l’adoption de mesures visant à limiter la propagation du virus (confinement, couvre-feu, distanciation sociale...). Un tel contexte est susceptible de bouleverser la continuité des soins pour les personnes souffrant de maladies chroniques, ainsi que l’organisation des soins et des activités des équipes chargées de leur prise en charge sociale et médicale.
Dans cette recherche, nous nous intéressons plus particulièrement aux acteurs du VIH/sida : personnes vivant avec le VIH (PvVIH), soignant.e.s et membres d’associations communautaires. La recherche se déroulera dans deux pays voisins situés dans le sud-ouest de l’océan Indien : Maurice et Madagascar. Ces pays connaissent des situations contrastées du point de vue de leur développement économique et de leur système de santé. Cependant, les PvVIH de ces deux pays rencontrent des difficultés communes pour maintenir leur suivi médical et leur traitement antirétroviral, notamment en raison de la stigmatisation persistante à l’égard des PvVIH.

Objectif

L’objectif général de ce projet est double :

  1. Il vise à produire des connaissances concernant les effets de la crise sanitaire du COVID-19 sur les acteurs du VIH : PvVIH, institutions de soins et associations communautaires, pendant et après la crise du COVID-19, à Maurice et à Madagascar. Il s’agit notamment de documenter les représentations du COVID-19 chez ces différents acteurs et leurs effets sur les conduites et les affects. Source de peur pour les soignants, les acteurs de terrain et les patients, l’épidémie de COVID-19 peut être à l’origine d’une reconfiguration du rapport aux soins et des relations soignants-soignés.
  2. Ce projet a pour objectif de transférer les connaissances auprès des décideurs, des acteurs de santé, et des acteurs associatifs afin d’orienter les stratégies nationales en termes de maintien des soins des PVVIH en contexte épidémique et d’amélioration des conditions de travail des professionnels impliqués. Les livrables de cet objectif de “transfert de connaissance” seront constitués de deux notes de politique, une pour chaque pays, élaborées avec l’appui d’un.e expert.e en “transfert de connaissance” qui accompagnera l’équipe tout au long du projet.

Méthodologie

Dans chaque pays, nous réaliserons des entretiens semi-directifs individuels avec :

  • 40 patients : 20 hommes et 20 femmes, de classe d’âge et de catégories sociales diversifiées, y compris des PvVIH ayant eu le COVID-19 (ou pensant l’avoir eu)
  • 20 professionnels de santé impliqués dans la prise en charge des PvVIH
  • 20 membres d’associations communautaires de PvVIH

Le protocole d’étude, les canevas d’entretien, les notices d’information et formulaires de consentement éclairé seront les mêmes dans les deux pays, ce qui permettra de conduire des analyses comparatives.

Mots-Clés

COVID-19, VIH, suivi social et médical, océan Indien, approche anthropologique

Zones géographiques

Maurice, Madagascar

Calendrier

Juin 2020 - Décembre 2021

Contacts

Thèmes