MAKASI, une recherche participative et interventionnelle pour améliorer l’empowerment en santé sexuelle des immigrés d’Afrique subsaharienne en Ile-de-France

Axe de recherche : Axe 1 - Santé, vulnérabilités et relations de genre au Sud

Responsable scientifique

Chercheurs du Ceped participant au projet

Site Web du projet

Partenariats

Financement

Résumé

Contexte
Les personnes originaires d’Afrique subsaharienne sont le deuxième groupe le plus touché par l’épidémie de VIH en France. L’étude ANRS Parcours a montré qu’une partie des infections VIH survenait en France, en lien avec la précarité et les difficultés structurelles rencontrées lors de l’installation. Ces difficultés sont partagées par les immigrés originaires des Caraïbes non françaises (essentiellement Haïtiens en Ile de France). De nombreux acteurs œuvrent pour faciliter l’accès aux services de santé pour ces immigrés et des programmes d’information sont déployés à leur intention, toutefois l’intégration de pratiques de prévention ou de soins nécessite plus que le simple apport de connaissances ou des réponses médicalisées. Il apparaît nécessaire d’agir sur l’empowerment, afin d’apporter des ressources aux individus et aux communautés pour améliorer leur pouvoir d’agir dans le contexte complexe et nouveau du pays d’accueil.
Des associations et des chercheurs s’associent pour mener une recherche interventionnelle intitulée MAKASI : « Mobilisation des Afro-Karibéens pour l’Appui à la Santé et l’Installation ». Elle vise à renforcer l’empowerment en santé sexuelle des immigrés, afin qu’ils s’approprient et mettent en œuvre les moyens de prévention et de soins pour réduire leur exposition aux risques sexuels.

Objectifs
La phase pilote de cette recherche (AO 2017-1) a permis de construire une intervention d’empowerment qui consiste en un entretien individuel unique basé sur les principes de l’entretien motivationnel, articulé à une orientation active vers les services sociaux ou de santé correspondant aux besoins mis à jour pendant l’entretien, éventuellement avec accompagnement lorsque nécessaire. Notre hypothèse est que cette intervention va renforcer chez les immigrés quatre dimensions de l’empowerment en santé sexuelle : la capacité à exprimer leurs besoins, les compétences en santé sexuelle (connaissances, accès aux services), l’estime de soi (autonomie, santé mentale, capacité de négociation), la conscience de l’exposition au VIH et aux IST. La recherche proposée vise à mesurer l’efficacité de l’intervention sur ces quatre dimensions, ainsi que d’en réaliser une évaluation des processus et de l’efficience (coût-efficacité).

Méthodes
L’intervention est délivrée au sein des unités mobiles d’Afrique Avenir qui propose sur des lieux de passage fréquentés par des populations africaines et caribéennes (marchés, gares…) une sensibilisation à la santé sexuelle. Elle est proposée à toute personne originaire d’Afrique subsaharienne ou des caraïbes non françaises et déclarant des situations sexuelles qui peuvent les exposer au VIH ou aux IST, ou des situations de précarité sociale ou des difficultés d’accès aux services de santé.
L’évaluation mobilise une approche par les méthodes mixtes intégrées, avec un volet quantitatif d’évaluation d’impact et une recherche qualitative sur les processus, menés en parallèle, afin d’établir, en intégrant ces données, l’attribution causale des effets de l’intervention.
La mesure d’impact se fera par la comparaison d’indicateurs caractérisant les 4 dimensions de l’empowerment en santé sexuelle citées ci-dessus, entre un bras où l’intervention est immédiate, et un bras où cette intervention est différée de 3 mois (bras contrôle) (n=600 par bras). La comparaison sur ce qui se passe dans les trois premiers mois permettra de mesurer l’effet à court terme de l’intervention. Toutes les personnes seront suivies six mois pour observer l’évolution des indicateurs à moyen terme.
Parallèlement sera menée une évaluation qualitative des processus de l’intervention (pertinence et pérennité), basée sur une approche ethnographique de l’intervention et du parcours des participants, ainsi qu’une collecte des coûts pour mesure de son efficience (coût-efficacité).

Perspectives
Ce projet permettra de montrer l’efficacité et l’efficience d’une intervention innovante pour une réduction de l’exposition aux risques en santé sexuelle chez les immigrés venant d’Afrique sub-saharienne et des Caraïbes, et mettra en évidence les conditions de sa reproduction ou de son extension. Il s’inscrit en articulation étroite avec l’initiative vers Paris sans Sida qui développe les dimensions collectives de l’empowerment via différentes approches dans les communautés concernées.

Mots-Clés

immigrés subsahariens, intervention, empowerment, santé sexuelle.

Zone géographique

Ile de France

Calendrier

Avril 2017- Décembre 2022

Contact

annabel.desgrees chez ird.fr
anne.gosselin chez ceped.org

Publications

2018

2017



  • Taeron Corinne, Mbiribindi Romain, Derche Nicolas et Desgrées du Loû Annabel (2017) « Empowerment in sexual health for Sub-Saharan migrants in Paris: results from a community-based study », European Journal of Public Health, 27 (suppl_3) (novembre 1). DOI : 10.1093/eurpub/ckx189.268. http://academic.oup.com/eurpub/article/doi/10.1093/eurpub/ckx189.268/4557036.
    Résumé : Background In Europe, immigrants represent 34% of new HIV diagnoses (ECDC 2014). Several studies recently showed that between a third and half of HIV-positive immigrants in Europe acquired HIV post migration, in relation with social hardship experiences (Fakoya et al. 2015; Desgrées du Loû et al. 2016). Hence there is a strong need for efficient interventions to reduce Sub-Saharan immigrants’ social and sanitary vulnerability. The aim of our study is to design and evaluate the feasibility of a community-based intervention for Sub-Saharan immigrants’ empowerment in sexual health in Paris greater area. Methods Two community-based organizations (Arcat and Afrique Avenir) and three research teams conduct the pilot research together. The research is led in 2017-2018 and consists in participant observation in the two organizations, common workshops about existing interventions, and peers’ implication. Interviews are also led with key informers of the community. Results Preliminary results show that a community-based multicomponent intervention is feasible and could reduce Sub-Saharan immigrants’ vulnerability. Different interventions are designed for different “risk profiles”: i) vulnerability grid and rapid referral for recently arrived, vulnerable persons – women in particular and ii) gender-sensitive, specifically-tailored prevention sessions for men who have a low perception of their risk. Conclusions A package of interventions designed to reduce social and sanitary vulnerability in order to reduce sexual health is feasible among Sub-Saharan immigrants’ in Paris greater area. Key elements are implication of community-based organizations and peers. Further evaluation is needed to really measure the impact of this intervention.
--- Exporter la sélection au format

Thèmes