> Projets de Recherche > Axe 1 - Santé et Genre

RESISTE European network to improve prevention of cervical cancer in women refractory to cervical cancer screening

impact analysis of socio-economic disparities across several european and non-european countries

Axe 1 - Axe 1 - Santé, vulnérabilités et relations de Genre au Sud

Responsables scientifiques

Partenariats dans le(s) pays de recherche

Partenariats avec convention

Membres du CEPED participant au projet

Membres extérieurs au CEPED participant au projet

  • Emmanuel Bonnet, RESILIENCE
  • Martine Audibert, CERDI, Université de Clermont-Ferrand

Financement

  • ANR

Résumé

Le cancer du col de l’utérus est un des cancers les plus marqués par les inégalités sociales, notamment pour la mortalité. Les femmes en situation socioéconomique défavorisée, migrante ou vivant dans un environnement défavorable associent à la fois le plus de facteurs de risque et une moins bonne adhésion aux mesures de prévention : vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) et réalisation d’examens de dépistage (frottis cervico-utérin, FCU). C’est aussi dans cette sous-population qu’apparaissent la majorité des cancers du col. Les pays à faible revenus et les départements français d’outre-mer sont particulièrement concernés par ce problème.
Le réseau européen RESISTE que nous avons créé vise à développer une intervention combinant plusieurs actions pour lever graduellement les principaux freins au dépistage du cancer du col chez les femmes socialement défavorisées et non suivies. Cette intervention est basée sur : (i) l’auto-prélèvement à domicile pour un test HPV ; (ii) l’implication des professionnels de santé de premier recours (médecin généraliste, gynécologue et sage-femme) ; (iii) la navigation en santé et une incitation économique pour la réalisation d’un FCU chez les femmes HPV positives.
Une phase pilote sera réalisée dans la ville des Ulis en France (91940) où vivent une proportion importante de femmes migrantes et/ou socialement défavorisées. Les objectifs de ce projet sont : 1) de construire cette intervention ; et 2) d’évaluer la faisabilité, l’acceptabilité du point de vue des professionnels et des femmes et le coût d’extension du programme. Une autre étude pilote sera réalisée dans un quartier défavorisé de Ouagadougou au Burkina Faso en partenariat avec Médecins du Monde pour tester la faisabilité d’un dépistage primaire basé sur l’auto-prélèvement HPV. Les résultats de ces études viendront compléter l’évaluation d’impact qui sera réalisée dans plusieurs départements français dont deux DOM (La Réunion et la Martinique), pour laquelle une demande de financement sera déposée au programme INNOVARC (Projet PREPS 2018). Une recherche translationnelle collaborative entre des chercheurs européens du réseau RESISTE et des chercheurs latino-américains est également en cours de développement et fera l’objet d’une demande de financement à la commission européenne dans le cadre du programme SC1-BHC-18-2018 : Translational collaborative cancer research between Europe and the Community of Latin American and Caribbean States (CELAC).

Mots-Clés
Cancer du col de l’utérus, prévention, promotion de la santé, inégalités de santé, migration.

Terrains de recherche :
Europe, Afrique sub-saharienne, Amérique latine

Calendrier
Début du projet : 2017 - Fin du projet : indéterminée.

Contact

email : DUMONT Alexandre alexandre.dumont@ird.fr