ÉÉRAO (Étudiants étrangers et renouveau académique en Afrique de l’Ouest)

Axe de recherche Axe 3 - Éducation et Savoirs au Sud

Responsable scientifique

Membres extérieurs au Ceped participant au projet

  • SY Harouna, FASTEF, UCAD

Partenariats avec convention

  • Faculté des sciences et techniques de l’éducation et de la formation, Sénégal · http://fastef.ucad.sn/

Résumé

Depuis une vingtaine d’années, des universités privées sont créées à un rythme croissant en Afrique de l’Ouest, redessinant ainsi les contours des cartes académiques dans la plupart des pays. Ces établissements d’enseignement supérieur coopèrent pour une large part avec les États, surtout pour le recrutement de leurs étudiants, sans compter le fait qu’une bonne partie du personnel d’encadrement provient des institutions universitaires publiques. Un autre fait accompagne ces transformations : les pays de cette partie de l’Afrique redeviennent attractifs pour les étudiants en provenance de l’Afrique centrale, voire du Nord. De plus d’intenses mobilités pour études sont enregistrées entre pays membres de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest-CEDEAO- ou constitutifs de l’Union monétaire et économique ouest-africaine (UEMOA). Le projet ÉÉRAO interroge précisément les transformations en cours des systèmes académiques ouest-africains à l’aune de l’accélération du mouvement de privatisation de l’enseignement supérieur et de l’intensification des mobilités pour études. Il questionne en outre la place et le rôle de l’enseignement supérieur public dans cette nouvelle configuration des champs universitaires nationaux et sous régionaux.

Mots-Clés

Enseignement supérieur, mobilités pour études, privatisation, marchandisation, internationalisation.

Terrains de recherche

Sénégal, Burkina-Faso, Bénin, Côte-d’Ivoire et Ghana.

Calendrier

2017-2021

Contact

courriel : hamidou.dia chez ird.fr

Thèmes