Publications des membres du Ceped

2012

  • Robin Nelly et Ndiaye Mandiogou (2012) Jeunes filles et mobilités en Afrique de l’Ouest. De la migration à la circulation .., Recherche, USA : Population Council, 30 p.
    Résumé : migration des jeunes filles est souvent abordée sous l’angle de la domesticité ou sous celui de la prostitution, deux formes d’esclavage moderne. La majorité de ces travaux étudient les phénomènes migratoires soit en amont de la migration (milieu d’origine), soit en aval (milieu d’arrivée). Le parti pris de cette étude est quelque peu différent. Il s’agit de se départir d’une approche genrée et associée à des situations extrêmes, et d’aborder la migration des jeunes filles sous le signe de l’autonomie et de l’émancipation, sans exclure la prise en compte des risques et des dangers auxquels est exposée toute population migrante. De plus, en Afrique de l’Ouest , la frontière entre les pays se dissout souvent face aux pratiques des acteurs et à la tolérance des Etats membres de la CEDEAO . Dès lors, la dichotomie entre migration interne et migration internationale est toute relative. Les circulations nouvelles qui parcourent l’espace de la CEDEAO, et le Sahel en particulier, participent à ce renouvellement des dynamiques migratoires ouest-africaines ; les jeunes filles y sont étroitement associées. Leurs expériences migratoires soulignent l’importance du statut qui leur est accordé à chacune des étapes du parcours ; il détermine tout à la fois les pratiques des acteurs et les termes de leur protection. Nous avons donc choisi de considérer « la migration des jeunes filles » dans une dynamique de continuité, sans introduire de distinction formelle entre migration interne et migration internationale ; chacune des étapes du parcours, qu’elle soit synonyme d’émigration, d’immigration ou de transit, constitue un lieu d’observation privilégié de l’expérience migratoire, là où se nouent et se dénouent les enjeux de la migration. L’objectif est :  d’abord, d’identifier les déterminants de la migration des jeunes filles et de prendre en compte les stratégies des acteurs pour comprendre les logiques et les enjeux de leurs mobilités. • ensuite, de mettre en lumière le ou les statuts que le droit confère/ou devrait conférer à ces jeunes migrantes, en fonction de leur position migratoire et des ressources qu’elles mobilisent ou des contraintes qu’elles subissent ; • enfin, de définir la protection à laquelle elles peuvent prétendre en tant que migrantes.
    Mots-clés : migrations, jeunes filles, mineurs, afrique de l'ouest, trafic, traite.

2011

  • Ndiaye Mandiogou et Robin Nelly (2011) « L’expérience migratoire des Mineures à l'épreuve d'un conflit entre statut international et droit positif » (communication orale), présenté à Girls in Migration Collateral victims or actors of a world in motion?, Bruxelles.
    Résumé : Le travail exposé ici et la réflexion qui l’accompagne sont nés de deux recherches que nous avons initiées séparément mais menées simultanément en Afrique de l’Ouest : • une enquête auprès de Mineurs en transit au Sénégal, au Mali au Niger, en Algérie ou au Maroc et qui ont pour projet de rejoindre l’Union Européenne ; 266 biographies migratoires et récits de vie ont été recueillis de 2009 à 2010 ; • une analyse juridique des textes internationaux, régionaux et nationaux qui régissent les migrations internationales, à l’intérieur et aux frontières de l’espace de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), depuis les Indépendances. Ce travail vise à identifier les conflits potentiels entre les normes internationales, régionales et nationales et leur influence sur les parcours et les projets migratoires . Cette double approche permet d’interroger l’influence du « fait juridique » sur « l’expérience migratoire » des jeunes filles ; l’« expérience migratoire » est entendue ici comme la mobilisation des « savoir migrer », économiques, politiques et sociaux, tout au long du parcours et à chacune des étapes de la migration.
    Mots-clés : migrations internationales,jeunes filles, Afrique de l'Ouest, mineures isolées, droit international.
  • Robin Nelly, Ndiaye Mandiogou et Marie Claude Valentin (2011) Programme OMAE, « Observatoire des migrations internationales ouest-africaines au service d'une coopération renouvelée entre l'Afrqiue de l'Ouest et l'UE, Programme européen, Bruxelles : EuropAid, 68 p.
    Résumé : L’exigence d’une mesure des migrations internationales dans les pays du sud est une préoccupation grandissante de la communauté scientifique, des autorités politiques et administratives des Etats, comme des instances internationales. Pour y répondre, en Afrique de l’Ouest , on ne dispose pour l’essentiel que des estimations issues des recensements de populations qui en réalité ne sont conçus ni pour ce type d’évaluation ni pour une analyse fine des mouvements migratoires, tout particulièrement dans les pays du Sud. Néanmoins, faute de données plus pertinentes, les recensements demeurent en Afrique de l’ouest une des principales sources d’information sur ce sujet. C’est dire combien pour satisfaire les besoins en cette matière, les données censitaires méritent d’être complétées par des enquêtes traitant spécifiquement des migrations internationales autant que par la valorisation des données nationales, souvent méconnues et inexploitées dont la qualité est sous-estimée. C’est l’objectif que s’est fixé le Programme OMAE avec le projet de création d’un Observatoire des migrations internationales ouest-africaines au service d’une coopération renouvelée entre l’Afrique de l’Ouest et l’Union Européenne ». Il s’agit de concevoir et de promouvoir un outil scientifique nouveau susceptible d’améliorer la connaissance des mobilités et d’aider la Communauté Economique des Etats d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et ses Etats-membres dans la définition de politiques publiques respectueuses à la fois des enjeux de souveraineté nationale et du droit des migrants. Un outil susceptible d’aider ces Etats à réguler, organiser et faciliter les migrations, en fonction de leurs potentiels de développement et en assurant une complémentarité des circulations Sud-Sud/Sud-Nord/Nord-Sud Conquérir une autonomie de négociation avec les pays du nord ? La question de départ était : de quels outils disposent les pays du sud pour réfléchir aux enjeux des migrations et renforcer leur pouvoir de décision face aux orientations de politiques publiques qu’on tente de leur imposer de l’extérieur. L’injonction implicite des pays d’immigration en cette matière peut se résumer ainsi : «Les indicateurs nous les détenons et nous allons vous indiquer ce que vous devez faire ». Aux uns la sophistication des moyens de connaissance, aux autres l’absence de données sur leurs propres réalités, avec pourtant obligation pour ces derniers de mettre en œuvre une politique décidée sans eux. L’ambition du programme OMAE était de refuser cette subordination a priori. Dans le cas particulier de la CEDEAO, le souhait était que ces questions politiques majeures intéressant chacun des Etats-membres, puissent être d’abord discutées par leurs instances politiques, avant d’en débattre - sur un pied d’égalité - avec celles du Nord. Non avec l’a priori d’une opposition systématique ni avec la volonté d’affirmer que la vérité des uns ne saurait, par principe, être celle des autres. Mais, plus positivement, pour soumettre à une discussion critique rationnelle les sujets et propositions en débat, en vérifiant la pertinence des thèses et analyses avancées, des suggestions formulées ou des programmes d’action proposés. Cela aussi fait partie du débat démocratique. C’est aussi cela l’esprit de ce programme. D’autant que comme le rappelle F.Heran « Il n’est guère possible de limiter l’analyse au seul point de vue du pays d’accueil, tant il est vrai que la politique migratoire de ce dernier retentit sur les comportements migratoires du pays d’origine ». L’expérience d’informatisation des administrations compétentes en ces matières, conduite au Sénégal, montre qu’il est possible de relever ce défi qui vise à produire, au sein d’un observatoire scientifique, une information statistique inédite susceptible d’éclairer les processus migratoires dans l’espace de la sous région. Conçu comme un Système d’Information Décisionnel (SID), la pertinence de ce nouvel outil sera illustrée par l’analyse de données frontalières ou judiciaires contextualisées, complétées ou affinées par des résultats d’enquêtes qualitatives. L’objectif ici n’est pas de fournir une estimation quantitative des migrations et de leurs effets mais de comprendre les processus qui les sous-tendent et la relation qui se noue entre le droit, les migrations et les évolutions de la société considérée.
    Mots-clés : AFRIQUE DE L'OUEST, bases de données, corpus juridique, migrations, observatoire, POLITIQUE MIGRATOIRE, trafic, traite, union européenne.

2010

  • Ndiaye Mandiogou et Robin Nelly (2010) « L’entrée de la migration dans le champ pénal ou la production d’un contresens juridique » (communication orale), présenté à Liberté de circulation en Afrique de l’Ouest. Défis et enjeux pour la CEDEAO et l’UE, Paris.
    Résumé : Les migrations internationales en Afrique de l’Ouest sont aujourd’hui profondément marquées par l’externalisation du contrôle des frontières de l’espace Schengen aux frontières de la CEDEAO. L’analyse des données judiciaires du Sénégal, élément essentiel du système migratoire ouest-africain, permet d’apprécier l’incidence d’une telle évolution sur l’usage du droit par les autorités locales comme sur les pratiques des migrants. La communication intitulée « l’entrée de la migration dans le champ pénal ou la production d’un contresens juridique » aborde cette question en prenant pour exemple l’émigration par voie maritime depuis les côtes du Sénégal vers les Iles Canaries et la réponse pénale des autorités sénégalaises compétentes, elles-mêmes soumises à la pression des pays européens et des instances internationales.
    Mots-clés : migrations internationales, bases de données, Afrique de l'Ouest, Sénégal, Politiques migratoires, pénal.
  • Ndiaye Mandiogou et Robin Nelly (2010) « Les migrations internationales en Afrique de l'Ouest. Une dynamique de régionalisation renouvelée », Hommes et Migrations, 1286-1287 (juillet), p. 48-60.
    Résumé : L’Afrique de l’Ouest constitue un champmigratoiremondialisé, c’est-à-dire non seulement connecté aumonde par lesmigrations internationales,mais pratiqué aussi par des réseaux qui parcourent le monde entier. Si cette densité des circulations prend sa source historique à l’échelle régionale, les espaces de lamigration sont, aujourd’hui, en pleine recomposition. Soumis aux aléas des conflits, aux exigences économiques omniprésentes et aux difficultés qui touchent l’émigration hors du continent africain, lesmigrants ajustent sans cesse leurs trajectoires et définissent de nouveaux itinéraires.
    Mots-clés : AFRIQUE DE L'OUEST, migrations, regionalisation.

  • Robin Nelly et Ndiaye Mandiogou (2010) Les migrations internationales en Afrique de l’Ouest : Une dynamique de régionalisation articulée à la mondialisation, IMI Working Papers (10-23), Oxford : International Migration Institute, 48 p. http://www.imi.ox.ac.uk/pdfs/imi-working-papers/wp23-ndiaye-robin/view.
    Résumé : En Afrique de l’ouest, les migrations internationales animent, aujourd’hui, une dynamique de régionalisation aux réticularités multiples qui sans perdre leur ancrage local se rattachent à la mondialisation des circulations migratoires contemporaines. Le phénomène de mondialisation n’y est donc pas univoque et ne se substitue pas au processus de régionalisation ; au contraire l’un et l’autre s’articulent de plus en plus par des routes, des espaces de vie provisoires, des pratiques et des acteurs nouveaux. L’objectif de cette étude est donc d’apprécier l’évolution des processus migratoires en Afrique de l’Ouest, de la période coloniale au XXIe siècle, et les recompositions spatiales induites, de comprendre la diversification et la montée en puissance des acteurs qui animent les dynamiques actuelles et d’interroger le droit qui tente d’opposer à une « surabondance » de catégories sociales, à des migrants aux profils de plus en plus flexibles, une norme juridique unique.
    Mots-clés : African migrations.

2009

  • Ndiaye Mandiogou et Robin Nelly (2009) « Migrants criminalized while making the journey : the example of recent emigration by sea from the coast of Senegal », in Regional challenges of West African migration : African and European perspectives, éd. par Marie Trémolières, Paris : OCDE, p. 175-195. (West African Studies).

  • Ndiaye Mandiogou et Robin Nelly (2009) « Le migrant criminalisé, le temps d'une traversée : l'exemple de l'émigration récente par voie maritime depuis les côtes sénégalaises », in Les enjeux régionaux des migrations ouest-africaines : perspectives africaines et européennes, éd. par Marie Trémolières, Paris (FRA) ; Paris : OCDE ; CSAO, p. 185-206. (Cahiers de l'Afrique de l'Ouest). http://hal.ird.fr/ird-00499350/fr/.
    Mots-clés : ACCORD INTERNATIONAL, CLANDESTIN, CONTROLE MIGRATOIRE, CRIMINALISATION, DROITS DE L'HOMME, Emigration, ETRANGER, ETUDE DE CAS, IMMIGRATION CLANDESTINE, JUSTICE, LEGISLATION, Maroc, Mauritanie, MIGRANT, REPRESSION, SENEGAL, TRAVAILLEUR MIGRANT.
  • Robin Nelly, Ndiaye Mandiogou et Marie Claude Valentin (2009) « Construction des routes migratoires et formes de transit en Afrique de l’ouest et au Maghreb » (communication orale), présenté à Atelier interrégional sur la migration des mineurs migrants non accompagnés, Casablanca.
    Résumé : Les routes et les modes de migrer entre l'Afrique de l'Ouest et l'UE via le Maghreb
    Mots-clés : migrations, afrique de l'ouest, mineurs isolés.
--- Exporter la sélection au format