Publications des membres du Ceped

2020


  • Meyer Jean-Baptiste, Pilon Marc et Ravalihasy Andrainolo (2020) Les effectifs étudiants en Afrique au XXIe siècle : évolution passée et exercice de prospective, Working Papers du CEPED (48), Paris : Ceped, 31 p. https://www.ceped.org/wp.
    Résumé : L’enseignement supérieur africain reste peu développé comparé aux autres régions du monde. Les taux d’inscription étudiante demeurent moins élevés, dans un contexte où la jeunesse du continent s’accroît considérablement et rapidement. Les objectifs du développement durable (ODD) des Nation unies ainsi que l’agenda 2063 de l’Union Africaine (UA) préconisent sans équi-voque une tendance à rattraper les niveaux mondiaux en la matière. Ce document de travail entend fournir des repères quanti-tatifs quant à ces développements escomptés. Il relève dans un premier temps les travaux analysant l’évolution quantitative de la population passant par l’enseignement supérieur, leurs méthodes, leurs conclusions et leurs anticipations. Puis l’analyse s’attache à décrire le contexte africain et le recueil de données le concernant. Enfin, des projections rigoureuses des effectifs étudiants sur les deux horizons (ODD et UA) sont établies.

2019


  • Cordazzo Philippe, Kobiané Jean-François et Pilon Marc (2019) « Trajectoires étudiantes à l’université de Ouagadougou », in Parcours étudiants, éd. par Philippe Cordazzo, Paris : INED, p. 75-94. (Grandes enquêtes). ISBN : 978-2-7332-8008-9.
    Résumé : A partir de la base informatisée des dossiers d’inscription des étudiants de l’Université Ouaga 1 Pr Jospeh Ki Zerbo (Burkina Faso), l’analyse inédite d’une telle base s’intéresse aux trajectoires de formation, observées sur une durée de six ans, de trois promotions d’étudiants entrés en 1ère année d’université en 2000, 2001 ou 2002, et inscrits dans les filières de niveau maîtrise ; promotions qui furent parmi les premières concernées par une refondation de l’Université effective pour l’année universitaire 2000/2001 (après une crise ayant donné lieu à une année blanche en 1999-2000). Les analyses réalisées, en recourant à l’appariement optimal (ou analyse des séquences), mettent en évidence des trajectoires types dans les parcours des étudiants entrés à l’Université de Ouagadougou entre 2000 et 2002 : deux trajectoires de non réussite, deux trajectoires de réussite où les étudiants obtiennent leur licence de manière différée et deux autres trajectoires de réussite concernent des étudiants ayant obtenu leur licence en trois ans.

  • Pilon Marc, Cissé I et Compaoré M (2019) « L’éducation privée confessionnelle au Burkina Faso », in Rencontres religieuses et dynamiques sociales au Burkina Faso, Dakar : Amalion, p. 197-224. ISBN : 2-35926-083-9.
  • Pilon Marc, Degorce Alice et Langewiesch Katrin (2019) « Les enjeux des chiffres : la démographie des religions au Burkina Faso », in Rencontres religieuses et dynamiques sociales au Burkina Faso, Amalion, Dakar, p. 165-196.


  • Pilon Marc, Delaunay Valérie, Marcoux Richard, Coulibaly Aminata et Dieme Binta (2019) « Essai de mesure et d’analyse de la présence de domestiques dans les ménages en Afrique subsaharienne », Politique africaine, n°154 (2), p. 121. DOI : 10.3917/polaf.154.0121. http://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2019-2-page-121.htm?ref=doi.
    Résumé : Alors que le travail domestique en Afrique, assuré par des personnes extérieures à la famille, fait l’objet d’un intérêt croissant, la mesure de son ampleur et l’analyse de ses caractéristiques se heurtent à un manque de données adéquates. L’article propose un inventaire critique des sources de données permettant de saisir les situations de domesticité. À partir des données disponibles, il synthétise et compare entre pays les niveaux de prévalence du phénomène, mais en se limitant aux seul·e·s domestiques hébergé·e·s par leur ménage employeur, avec une analyse comparative plus approfondie entre Bamako et Dakar.


  • Pilon Marc, Guillaume Agnès et Pilecco Flavia B. (2019) « La question des inégalités en matière d’éducation et de santé vue par les institutions internationales: des mots aux mesures », in Inégalités en perspectives, éd. par Etienne Gérard et Nolwen Henaff, PARIS, France : Editions des archives contemporaines, p. 11-33. ISBN : 10.17184/eac.1616 - ISBN : 91782813002310. http://eac.ac/articles/1617.
    Résumé : L’éducation et la santé, les deux composantes des services sociaux de base, occupent une place importante dans l’agenda international du développement, notamment depuis l’adoption en 2000 des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), prolongée par celle des Objectifs du développement durable en 2015, au sein desquels la réduction des inégalités constitue une préoccupation majeure. S’est progressivement instituée une véritable gouvernance mondiale, dans laquelle la mesure (au sens de quantification) joue un rôle central à travers la mise en place et le suivi d’une multitude d’indicateurs, notamment en ce qui concerne cette question des inégalités. Les nombreux rapports et textes internationaux produisent des normes internationales qui tendent à s’imposer aux différents acteurs, à devenir « la référence ». À partir de ces documents et supports (rapports mondiaux de suivi de l’éducation pour tous, rapports sur l’État de la santé dans le monde, sites Internet…), l’article interroge à la fois le discours international sur les inégalités et la mesure de celles-ci. En matière d’inégalités, de quoi parle-t-on précisément ? Quels sont les termes employés ? Comment ont-ils évolué au cours du temps ? Enfin, que mesure-t-on réellement (et ne mesure-t-on pas) ?


  • Thivent V., Guérin Isabelle, Roubaud François, Guilmoto Christophe Z., Razafindrakoto Mireille, Pilon Marc, Léglise Isabelle, Le Meur Pierre-Yves, Ouattara Fatoumata, Seignobos Christian, Chauveau Jean-Pierre, Léonard Eric, Guillaud Dominique, Froment Alain, Robin Nelly, Agier Michel, Bava Sophie, Desgrées du Loû Annabel, Gubert Flore, Delaporte Eric, Jourdain Gonzague, Dumont Alexandre, Trèche Serge, Berger Jacques, Traissac Pierre, Delaunay Valérie, Robert Vincent, Darriet Frédéric, Sokhna Cheikh, Cot Michel, Peeters Martine, Leroy Eric, Desclaux Alice, Hougard Jean-Marc, Paugy Didier, Boussinesq Michel, Solano Philippe, Missé Dorothée, Gouagna Louis-Clément, Lemesre Jean-Loup, Banuls Anne-Laure, Menkes Christophe, Mangeas Morgan, Sultan Benjamin, Condom Thomas, Gosset Marielle, Janicot Serge, Nocquet Jean-Mathieu, Le Pennec Jean-Luc, Hardy Sébastien, Charvis Philippe, Hello Yann, Bonnet Emmanuel, Strady Emilie, Point David, Ollivier Bernard, Biegala Isabelle, Feller Christian, Valentin Christian, Giraud Eric, Blanchart Eric, Montoroi Jean-Pierre, Cecchi Philippe, Albergel Jean, Vouillamoz Jean-Michel, Simonneaux Vincent, Boulet Gilles, Ruf Thierry, Michon Geneviève, Boutrais Jean-Baptiste, Emperaire Laure, Duponnois Robin, Boulanger Jean-Philippe, Hébrard Eugénie, Verdier Valérie, Szurek Boris, Le Rü Bruno, Calatayud Paul-André, Dangles Olivier, Aberlenc Frédérique, Roussos Sevastianos, Dobigny Gauthier, Legendre Marc, Gaertner Daniel, Chavance Pierre, Bach Pascal, Bertrand Arnaud, Vialard Jérôme, Merle Jacques, Voituriez Bruno, Bourles Bernard, Penven Pierrick, Lebel Thierry, Mahé Gil, Descroix Luc, Chevallier Pierre, Calmant Stéphane, Turcq Bruno, Favreau Adrien, Rajot Jean-Louis, Pélissier Rapha\¨el, Cury Philippe, Rodolfo-Metalpa Riccardo, Tricornot Hervé de, Simard Frédéric, Etard Jean-François, Taverne Bernard, Fournet Florence, Drogoul Alexis, Souris Marc, Simier Monique, Bonnin Marie, Ghesquière Alain, Hamon Serge, Vigouroux Yves, Gonzalez Sophie, Molino Jean-François, Bourdy Geneviève, Moretti Christian, Ottino Garanger Pierre, Valdez Francisco, Antheaume Benoît et Gratiot Nicolas (2019) Science et développement durable : 75 ans de recherche au Sud, éd. par Marie-Lise Sabrié, Thomas Mourier, et Corinne Lavagne, IRD, 224 p. ISBN : 978-2-7099-2737-6. http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:010075823.
    Résumé : Comment, depuis plusieurs décennies, la recherche scientifique contribue-t-elle au développement des pays du Sud ? À travers plus de 100 succès emblématiques de la recherche en partenariat, cet ouvrage nous plonge au coeur des grandes questions de développement : oeuvrer pour des sociétés plus justes, lutter contre les maladies, faire face aux risques naturels, mettre en place une agriculture durable garantissant la sécurité alimentaire, préserver la biodiversité, partager les savoirs... Il montre ainsi comment la recherche contribue à l'amélioration des conditions de vie et à la préservation de l'environnement dans les pays en développement, en soulignant le rôle de la science pour répondre aux défis du monde actuel et à venir. Composé de textes courts, didactiques et richement illustrés, il s'adresse à tous les publics.
    Mots-clés : COOPERATION SCIENTIFIQUE, DEVELOPPEMENT DURABLE, IRD, MONDE, RECHERCHE.

2018


  • Bouaré Issa, Coulibaly Aminata, Marcoux Richard et Pilon Marc (2018) Enfants hors l’école et analphabétisme au Mali. Analyse des métadonnées et des mesures, Québec : Observatoire démographique et statistique de l’espace francophone (ODSEF), 93 p. (Rapport de recherche). https://www.odsef.fss.ulaval.ca/publications/etudes-de-lodsef.
    Résumé : Avec le poids croissant de la communauté internationale dans la gestion des politiques publiques des années 1990 aux années 2000, on assiste à une sorte de gouvernance mondiale de l’éducation, de la conception des politiques nationales jusqu’à leur suivi. L’appréhension des progrès en matière d’éducation implique la production d’indicateurs fiables et réguliers. Au fil des décennies, les opérations de collecte se sont ainsi multipliées, mais sans donner lieu à une véritable capitalisation des acquis, ni surtout à une réflexion critique des approches méthodologiques. Pourtant, parmi les indicateurs retenus pour mesurer les progrès en éducation, nombreux sont ceux qui suscitent des interrogations quant à leur définition et à leur quantification. L’objectif de cette note de recherche est d’examiner en détail et de manière critique la mesure des indicateurs relatifs à l’éducation au Mali sur deux thématiques : les enfants hors l’école et l’(an)alphabétisme. Pour ce faire, et pour chacune des deux thématiques, une analyse des métadonnées (définitions des concepts, questionnaires, instructions aux agents recenseurs et aux enquêteurs) est suivie d’une analyse de la mesure. Ce document fournit ainsi une approche inédite de la mesure en éducation. Les sources de données utilisées rassemblent 14 enquêtes nationales et 3 recensements généraux de la population conduits au Mali entre 1987 et 2016. Nous avons d’abord porté notre attention sur les « Enfants Hors l’École » (EHÉ) à partir d’indicateurs qui révèlent qu’au Mali, une part importante des enfants en âge d’aller à l’école ne sont pas scolarisés, soit parce qu’ils n’y sont pas entrés ou parce qu’ils en sont sortis. Les tendances ainsi dessinées à partir des métadonnées révèlent une nette diminution de la proportion d’enfants hors l’école depuis le milieu des années 1970. Alors que le tout premier recensement au Mali, celui de 1976, permettait d’estimer à près de 94 % le nombre d’enfants de 9 à 11 ans qui ne fréquentaient pas l’école, cette proportion n’a cessé de diminuer au fil du temps pour se stabiliser à un peu plus de 40 % depuis le début des années 2010. Si l’importante baisse doit être soulignée et révèle les efforts importants consentis pour favoriser une éducation de base pour tous, il demeure néanmoins que, depuis 2010, plus de deux enfants sur cinq âgés de 9 à 11 ans ne fréquentent toujours pas à l’école et qu’aucun gain réel ne semble avoir été fait au cours de la période 2010-2016. Les tendances concernant les enfants jamais scolarisés semblent suivre des trajectoires semblables alors que les proportions d’enfants déscolarisés, bien que relativement faibles au cours de la période étudiée, semblent toutefois connaître une augmentation importante depuis 2011. On peut donc conclure que la crise politico-institutionnelle de 2012 et l’insécurité qui persiste depuis lors représentent un obstacle pour le Mali, qui peine à retrouver son rythme d’avant les années 2010 en ce qui a trait au maintien des enfants à l’école. En matière d’(an)alphabétisme, le premier enseignement à tirer de l’analyse des métadonnées réside assurément dans la diversité des approches, en raison d’une variété de définitions, de manières de poser les questions et de modalités de réponse. À l’évidence, toutes les sources de données ne permettent pas de mesurer « exactement » la même chose, les mêmes compétences. Les recensements généraux de la population et de l’habitat (RGPH) de 1998 et de 2009 sont les deux seules sources à inclure la dimension de la compréhension, mais sur une base uniquement déclarative, sans recours à un quelconque test d’évaluation. Les enquêtes démographiques et de santé (EDS), depuis les années 2000, comportent un test, mais uniquement de lecture, et sont soumis aux seuls femmes et hommes éligibles à un questionnaire individuel. L’évolution globalement à la baisse du taux d’analphabétisme chez les 20-24 ans (indicateur systématiquement recalculé pour toutes les sources de données), apparaît, dans l’ensemble, en cohérence avec la croissance de la scolarisation qu’a connue le Mali à partir des années 1990, étant donné que l’école constitue le principal vecteur de l’alphabétisation. Néanmoins, au regard de la forte croissance de la scolarisation au cours des années 2000, la persistance de l’analphabétisme pose des interrogations : est-elle due à des problèmes d’échantillonnage ou de collecte liés à la crise, ou est-ce la conséquence d’une baisse de la qualité de l’enseignement dans les années 2000? Si l’analyse des métadonnées révèle une hétérogénéité des définitions de l’(an)alphabétisme, il s’avère impossible d’en évaluer l’impact sur sa mesure. Au vu des résultats obtenus à partir des diverses sources de données, comment expliquer les incohérences ou les résultats contradictoires? Les résultats issus des EDS soulèvent également des interrogations : le seul recours à un test de lecture, sans critère de compréhension (et sans test d’écriture), incite à se questionner sur la valeur des résultats obtenus comparativement à ceux issus des autres sources de données qui recueillent l’information sur l’alphabétisme de manière déclarative. Il est en outre impossible de savoir dans quelle langue le test est effectué. Alors que ce travail d’analyse critique des métadonnées et des mesures en matière d’(an)alphabétisme engendre assurément de nombreuses questions, sans y apporter de réponses satisfaisantes, une recommandation semble s’imposer, à savoir la nécessité d’une harmonisation des définitions et des modes d’évaluation, dans le but de garantir une meilleure comparabilité entre les sources de données, indispensable pour mieux éclairer les politiques, les acteurs en matière d’éducation.
  • Guidi Pierre et Pilon Marc (2018) « L’enseignement en Afrique subsaharienne », Questions internationales, 90, p. 53-56.

  • Pilon Marc (2018) « Démographie, éducation et développement en Afrique », Marchés et Organisations, 32, p. 65-85. DOI : 10.3917/maorg.032.0063.

2017

2016

  • Compaoré Maxime et Pilon Marc (2016) « Les cours du soir à Ouagadougou et les exclus du droit à l'éducation à Ouagadougou (Burkina Faso) », Annales de l'Université Ouagadougou, 021, p. 207-228. (Série A Lettres, Sciences Humaines et Sociales).
    Résumé : Alors que les pays africains sont encore loin d’atteinte les objectifs de l’Education Pour Tous, un phénomène quasiment ignoré, tant de la part des chercheurs que des décideurs, et pourtant existant depuis plusieurs décennies dans les grands villes africaines, concerne les « cours du soir », qui s’adressent aux populations exclues du droit à l’éducation : enfants, jeunes ou adultes n’ayant jamais été ou n’étant plus scolarisés. Cela est par exemple le cas à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. Quelle est leur ampleur ? Quels en sont les acteurs ? Comment fonctionnent-ils ? Quels sont les profils des apprenants ? Répondent-ils à leurs besoins ? Dans quelle mesure touchent-ils réellement les populations marginalisées, exclues du droit à l’éduction ? Telles sont les questions auxquelles le présent article tente de répondre, essentiellement à partir des données d’une enquête réalisée en 2003, dont certains résultats pourront être mis en perspective avec, d’une part ceux issus d’une enquête menée vingt ans plus tôt, en 1983, d’autre part ceux d’une enquête plus récente, de 2009.
    Mots-clés : alphabétisme, cours du soir, droit à l’éducation, éducation, ENSEIGNEMENT PRIMAIRE, Ouagadougou, politique éducative.

  • Deleigne Marie-Christine et Pilon Marc (2016) « Le taux de scolarisation à l'épreuve du genre en Afrique », in Etre fille ou garçon : regards croisés sur l'enfance et le genre, éd. par Mélanie Jacquemin, Doris Bonnet, Christine Deprez, Marc Pilon, et Gilles Pison, Paris : INED, p. 179-201. (Questions de populations). ISBN : 978-2733-21-0.

  • Jacquemin Mélanie, Bonnet Doris, Deprez Christine, Pilon Marc et Pison Gilles, ss la dir. de (2016) Etre fille ou garçon : regards croisés sur l'enfance et le genre, Paris : INED, 262 p. (Questions de populations). ISBN : 978-2733-21-0.
    Résumé : Naît-on fille ou garçon ou le devient-on ? Comment se constituent les différences sexuées en matière d'éducation, de jeux, de droits, de représentations ? Quel regard portent les enfants sur leur condition de fille ou de garçon, comment sont-ils acteurs et actrices des dynamiques à l'oeuvre à l'école, à la maison, au travail ? L'ouvrage revisite l'enfance et l'adolescence en prenant en compte le genre dans les processus de construction sociale. En divers lieux, sur des terrains situés en Afrique et en Europe, les auteurs croisent les regards, montrent comment se fabriquent les différences entre filles et garçons. Les questions de l'accès à l'instruction, des tâches domestiques, du travail des enfants, de leurs migrations, prennent toute leur mesure lorsqu'il s'agit de définir l'enfance comme une période de la vie, différemment construite et définie selon les cultures et les normes dans lesquelles elle prend place. Les expériences abordées ici montrent à quel point ces questions sont fondamentales pour comprendre le devenir des sociétés contemporaines.

  • Lesclingand Marie, Pilon Marc, Jacquemin Mélanie et Hertrich Véronique (2016) « Genre et migrations dans l'enfance et l'adolescence au Mali », in Etre fille ou garçon : regards croisés sur l'enfance et le genre, éd. par Mélanie Jacquemin, Doris Bonnet, Christine Deprez, Marc Pilon, et Gilles Pison, Paris : INED, p. 203-224. (Questions de Populations). ISBN : 978-2733-21-0.

2015

  • Compaoré Félix et Pilon Marc (2015) « L’évolution du secteur privé dans l’enseignement primaire au Burkina Faso depuis 2000 » (communication orale), présenté à Gouverner l'école au Sud, Bordeaux.
    Mots-clés : éducation, ENSEIGNEMENT PRIMAIRE.

  • Pilon Marc, Ngwé Luc, Bonini Nathalie, Guidi Pierre, Poirier Thomas, Schlemmer Bernard et Rossi Pier Luigi (2015) La recherche française sur l’éducation dans les pays en développement : un état des lieux, Rapport de recherche (8), Paris : AFD -Agence Française de Développement, 184 p. (Notes techniques). https://www.afd.fr/fr/la-recherche-francaise-sur-leducation-dans-les-pays-en-developpement-un-etat-des-lieux.
    Résumé : Cette publication dresse de manière inédite un état des lieux analytique de la recherche sur l’éducation dans les pays du Sud, depuis la France, à travers les dimensions suivantes : une « cartographie » des capacités de recherche en France consacrées à ce champ (équipes et/ou chercheurs concernés, programmes en cours), la recension de toutes les thèses soutenues en France depuis 1990 et celles en cours en 1993, la production scientifique sur la période 1990-2013. Viennent en complément un inventaire des formations de master en éducation en France qui intègrent une dimension internationale ou de développement, et une recension des structures françaises, hors du monde académique et scientifique, productrices de connaissances sur l’éducation au sud. En regard de l’importance accordée à l’éducation, ce travail met avant tout en lumière une recherche française qui, bien que productive, demeure peu développée, faiblement structurée, une insuffisance des offres de formation de niveau master et une faiblesse des relations entre monde de la recherche et celui et l’action.
    Mots-clés : Education, PAYS EN DEVELOPPEMENT, recherche.

2014


  • Compaoré Félix, Pilon Marc et Yaméogo Paraté (2014) Les cours du soir à Ouagadougou, Documentaire, PAVEA. https://youtu.be/VG6M__HnJ_4.
    Résumé : Ce documentaire s’intéresse au phénomène des cours du soir, en plein développement depuis la fin des années 1990. Pour le niveau primaire, parmi les apprenants figurent (aux côtés de jeunes enfants jamais scolarisés et d’anciens scolarisés) des jeunes adultes, migrants, plutôt actifs dans le secteur informel, et à la recherche d’une alphabétisation fonctionnelle en français. Un besoin éducatif spécifique auquel ne répondent qu’imparfaitement les cours du soir.
    Mots-clés : cours du soir, éducation, ENSEIGNEMENT PRIMAIRE, Ouagadougou.
  • Kobiané Jean-François et Pilon Marc (2014) « L’évolution des caractéristiques des étudiants à l’entrée à l’Université de Ouagadougou », Journal of Educational Research in Africa / Revue Africaine de Recherche en Education, 6, p. 133-157.
    Résumé : Depuis sa création, l’Université de Ouagadougou crée pour chaque nouvel étudiant un dossier administratif, actualisé annuellement tout au long de son cursus universitaire. Depuis l’année universitaire 1995/96, ces dossiers font l’objet d’une saisie informatique partielle. Saisissant l’opportunité d’une telle source d’informations, le présent article met en évidence un ensemble de résultats relatifs à l’évolution des flux d’étudiants, aux caractéristiques socio-économiques et démographiques des étudiants, ainsi qu’aux orientations dans les différentes filières. Il ressort que l’Université de Ouagadougou est caractérisée par une croissance énorme des effectifs des nouveaux entrants, particulièrement dans les années 2000. La proportion des nouveaux étudiants inscrits en première année dont le père est «paysan», comme la proportion de ceux provenant du milieu rural, s’est accrue de manière considérable. Toutefois, la représentativité des filles reste encore faible alors que l’âge d’entrée à l’université est tardif. Le type de BAC ainsi que le choix des filières restent marqués par des différences liées au genre. Les étudiants, davantage titulaires de BAC scientifiques se retrouvent majoritairement dans les filières sciences exactes et appliquées. Les étudiantes, avec un relatif équilibre entre BAC scientifique et BAC technique, sont proportionnellement plus nombreuses en sciences de la vie et de la terre ainsi qu’en sciences humaines, ainsi qu’en lettres, art et communication.
    Mots-clés : enseignement supérieur, entrée à l'université, étudiants, Université de Ouagadougou.
  • Pilon Marc (2014) « Education et politiques de population en Afrique » (Communication orale), présenté à Les politiques de population : Le Caire + 20, programme ARCUS, CERPOS, CEPED, IPSS, Université Paris 10 Nanterre.
    Résumé : Un des rapports de synthèse publiés à l’occasion de la 36ème session de la Commission de la population et du développement de l’ONU, tenue en 2003, rappelle que « la communauté internationale a explicitement reconnu que l’éducation, en particulier l’enseignement primaire, est indispensable au progrès social et démographique, à un développement économique durable et à l’égalité des sexes ». Lors de cette session tous les pays représentés, du Nord comme du Sud, ont insisté dans leur déclaration sur l’importance de l’éducation, perçue comme le facteur-clé du changement, notamment démographique. La communication se propose de questionner les interrelations entre éducation et population, d’une manière générale et à partir d’une ou deux études de cas-pays africains. Quelle place est accordée à l’éducation dans les politiques de populations ? Quelle place occupent les questions de population dans les politiques éducatives ? Après avoir abordé ces deux aspects, la communication invite à revisiter les liens entre éducation et population.
    Mots-clés : Education, POLITIQUE PUBLIQUE.

  • Pilon Marc et Ségniagbéto K. (2014) « Confiage, domesticité et apprentissage à Lomé à la veille de l'indépendance », Journal des Africanistes, 84 (1), p. 212-247. http://www.documentation.ird.fr/hor/fdi:010062949.

2013

2012

2011

2010

2009


  • Compaoré Maxime et Pilon Marc (2009) Les cours du soir au Burkina Faso, Document préparé pour le Rapport mondial de suivi sur l’éducation pour tous 2010 “Atteindre les marginalisés” (2010/ED/EFA/MRT/PI/27), Unesco, 19 p. http://unesdoc.unesco.org/images/0018/001866/186618f.pdf.
  • Kaboré Idrissa, Pilon Marc et Yaro Yacouba (2009) « Les conséquences du conflit ivoirien sur l'éducation au Burkina Faso : un état des connaissances », in Education, violences, conflits et perspectives de paix en Afrique subsaharienne, éd. par François-Joseph Azoh, Eric Lanoue, et Thérèse Tchombe, Paris : Karthala, p. 115-127. (Hommes et Sociétés).
    Mots-clés : ACCES A L'ENSEIGNEMENT, CARTE THEMATIQUE, CONDITIONS DE VIE, conflit, COTE D'IVOIRE, DONNEES STATISTIQUES, ENFANT D'AGE SCOLAIRE, MIGRATION DE RETOUR, MIGRATION INTERNATIONALE, ONG, POLITIQUE, POLITIQUE DE L'EDUCATION, RAPATRIEMENT, REFUGIE, SCOLARISATION, SYSTEME EDUCATIF, TRANSFERT DE POPULATION, VIOLENCE.
--- Exporter la sélection au format