Publications des membres du Ceped

2021



  • Larzillière Pénélope, Chiara Calabrese Erminia, Grajales Jacobo, Manrique Gabriela, Napolitano Valentina et Ruiz de Elvira Laura (2021) « Engagements et désengagements combattants. Les émotions comme outil d’analyse: », Critique internationale, 91 (2) (avril 27), p. 163-181. DOI : 10.3917/crii.091.0166. https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2021-2-page-163.htm?ref=doi.


  • Ruiz de Elvira Laura (2021) « De l’engagement armé à l’engagement humanitaire : trajectoires militantes, émotions et sentiments moraux dans la Syrie post-2011: », Critique internationale, 91 (2) (avril 27), p. 23-44. DOI : 10.3917/crii.091.0026. https://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2021-2-page-23.htm?ref=doi.


  • Ruiz de Elvira Laura (2021) « « Associations de bienfaisance et prise en charge du social en Syrie. De l’étatisme à la "décharge" », in Les mondes de la bien-faisance. Les pratiques du bien au prisme des sciences sociales, Paris : CNRS Editions, p. 355-377. (CNRS Alpha). ISBN : 978-2-271-13205-5. https://www.cnrseditions.fr/catalogue/sciences-politiques-et-sociologie/les-mondes-de-la-bien-faisance/.


  • Ruiz de Elvira Laura et Saeidnia Sahar Aurore (2021) « Introduction. Les mondes de la bien-faisance. Pour une nouvelle analyse des pratiques du « bien » », in Les mondes de la bien-faisance. Les pratiques du bien au prisme des sciences sociales, Paris : CNRS Editions, p. 15-37. (CNRS Alpha). ISBN : 978-2-271-13205-5. https://www.cnrseditions.fr/catalogue/sciences-politiques-et-sociologie/les-mondes-de-la-bien-faisance/.


  • Ruiz de Elvira Laura et Saeidnia Sahar Aurore (2021) Les mondes de la bien-faisance. Les pratiques du bien au prisme des sciences sociales, Paris : CNRS Editions, 408 p. (CNRS Alpha). ISBN : 978-2-271-13205-5. https://www.cnrseditions.fr/catalogue/sciences-politiques-et-sociologie/les-mondes-de-la-bien-faisance/.
    Résumé : Charité, philanthropie, solidarité, aide humanitaire, care… les pratiques du « bien » sont au cœur du fonctionnement de nos sociétés. Interdisciplinaire et comparatiste, cet ouvrage propose de les analyser dans leur pluralité et leurs diverses histoires politiques, sociales et religieuses, de la Judée antique à la France contemporaine, en passant par la Tunisie et l’Iran du xixe siècle. Il explore les mondes de la bien-faisance au prisme des représentations qui leur sont associées, de leurs fondements moraux, des formes organisationnelles qu’ils adoptent, mais aussi – et surtout – à partir des investissements concurrentiels du social qu’ils produisent. Ce faisant, il met en lumière le caractère construit, voire conflictuel, du partage des tâches et expose en quoi et comment celui-ci contribue au maintien de l’ordre social et de ses hiérarchies, ou bien à sa recomposition et à sa critique.


  • Ruiz de Elvira Laura et Saeidnia Sahara Aurore (2021) « Beneficence and Welfare: Notes for the Comparative Study of “Doing Good” Practices (‘amal khayr) in the Islamic World », in Social Policy in the Islamic World (Editors: Tajmazinani, Ali Akbar), Palgrave MacMillan, p. 63-82. ISBN : 978-3-030-57753-7. https://www.palgrave.com/gp/book/9783030577520.

2020



  • Rey Matthieu et Ruiz de Elvira Laura (2020) « Luttes de sens, cadrages et grammaire lexicale en contexte révolutionnaire. Le cas de la Syrie (2011-2012) », Cultures & conflits, 117 (juillet 1), p. 11-33. DOI : 10.4000/conflits.21372. http://journals.openedition.org/conflits/21372.
    Résumé : Le combat entre le régime syrien et ses opposants s’est en partie joué sur un plan interprétatif et discursif. Loin d’être anodins, les termes et les expressions employés, ainsi que les cadrages des événements proposés par les différents acteurs de la crise révolutionnaire, sont porteurs de significations sociales et politiques situées. L’objectif de cet article est de les analyser en contextualisant les moments de leur émergence et en évoquant l’imaginaire collectif avec lesquels ils font résonance. Il montre tout d’abord la forte prégnance du local, malgré le travail d’alignement permanent qui cherche à les unifier et les universaliser ; ensuite, leur résonance avec des récits historiques qui facilitent leur diffusion et les inscrivent dans la longue durée ; enfin, leur articulation avec une réalité du terrain changeante. La production langagière des acteurs de la crise participe ainsi à la construction de cette dernière pour en devenir une partie constitutive fondamentale. Mots-clés : luttes de sens, cadrages, grammaire lexicale, crise révolutionnaire, Syrie, 2011-2012 Keywords : giving meaning, framing, lexical grammar, revolutionary crisis, Syria, 2011-2012

  • Ruiz de Elvira Laura (2020) « Regard de Laura Ruiz de Elvira sur la société civile en Syrie d’avant-guerre », Moyen-Orient, 47. https://www.areion24.news/produit/moyen-orient-n-47/.

  • Ruiz de Elvira Laura (2020) « Vers la fin du contrat social en Syrie ? », Audio, Radio Cause Commune, Paris : Radio Cause Commune. https://cause-commune.fm/podcast/le-monde-en-questions-16/.
    Résumé : En Syrie de 2006 à 2010, doctorante à l’Institut Français du Proche Orient de Damas, elle effectue ses recherches sur les associations caritatives, confessionnelles ou non, et leur maillage territorial. Ces associations de bienfaisance, durant la décennie qui précède le soulèvement populaire de 2011, jouent un rôle de plus en plus important au moment où l’État syrien en voulant se moderniser se décharge de certaines fonctions et missions sociales qu’il accomplissait traditionnellement en faveur des plus démunis. Dans un contexte de paupérisation, n’excluant pas la constitution de quelques grandes fortunes affichant un luxe tapageur inaccessible à la plupart de la population, ces associations sont en première ligne pour faire face à l’exode rural faisant suite à la grande sécheresse de 2007, à l’afflux de réfugiés en provenance d’Irak à partir de 2003, à la défaillance des secteurs publics de la santé et de l’éducation. Après l’éphémère printemps de Damas, l’État policier resserre son contrôle social et politique sur la population, mais il devient de plus en plus évident qu’il ne dispose d’aucun levier d’action pour faire fonctionner les institutions, moderniser les infrastructures du pays, redistribuer les richesses, protéger les plus faibles.


  • Ruiz de Elvira Laura (2020) « Les associations chrétiennes de Damas.: La fidélité discrète, la “joie” et une “vie qui continue” malgré la guerre », Les Cahiers d’EMAM, 32 (mai 4). DOI : 10.4000/emam.2727. http://journals.openedition.org/emam/2727.
    Résumé : À partir de l’étude à distance des pages Facebook et des réseaux sociaux de trois associations chrétiennes de Damas, l’objectif de cet article est de mettre en lumière les réponses et les stratégies qu’une partie des associations syriennes et des communautés chrétiennes du pays ont adopté face à la « crise révolutionnaire » et au conflit. Il fait l’hypothèse que face aux structures et réseaux qui ont choisi la voie de la dissidence [voice] et ont par la suite été fermées ou noyautées par les services de renseignements et le ministère des Affaires sociales et du Travail, ou face à celles qui ont ouvertement soutenu le régime et l’armée régulière dans leur entreprise d’écrasement du mouvement révolutionnaire, les associations chrétiennes ont pour la plupart adopté la voie d’une fidélité discrète et tenté de s’adapter pour continuer à vivre « comme si de rien n’était », dans la « joie » et l’« amour ». This paper seeks to study the responses and the strategies that some of the Syrian associations and Christian communities have adopted since 2011 in order to face the “revolutionary crisis” and the conflict. In order to do so, it explores the Facebook accounts and the social networks of three Christian associations working in Damascus. It shows that contrary to the structures and networks that have chosen voice over silence and have therefore been closed or infiltrated by the intelligence services and the Ministry of Social Affairs and Labour, and contrary to those who have openly supported the regime in its attempts to crush the revolutionary movement, most of the Christian associations have adopted a discreet form of loyalty and tried to adapt themselves in order to go on as if nothing happened, with joy and love.

2019



  • Ruiz de Elvira Laura (2019) « From local revolutionary action to exiled humanitarian work: activism in local social networks and communities’ formation in the Syrian post-2011 context », Social Movement Studies, 18 (1) (janvier 2), p. 36-55. DOI : 10.1080/14742837.2018.1540346. https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/14742837.2018.1540346.
    Résumé : Based on empirical material collected in Lebanon and Turkey in 2014 and 2016, this paper focuses on Syrian activists and social aid networks operating from exile from 2011 onwards. By paying attention to what these activists do and say, to their individual trajectories (namely during the 2011 period and the first months of popular protests), and to their immediate ‘environment’, I shed light on how they give meaning to their humanitarian activity and on how they relate to politics. I also explore the way in which activists explicitly and implicitly contribute to the changing political dynamics of the conflict, for instance by supporting and constructing Syrian (exiled, displaced and besieged) communities. In so doing, I illustrate how informal networks created in situations of uprising may find an exit strategy by institutionalizing themselves and how they adapt to a context of war characterized by fluidity, the sudden pluralization of the political arena and the need to negotiate space and resources with multiple ‘players.’ KEYWORDS: Activism, social networks, (de)politicization, relief, Syrian uprising, war


  • Ruiz de Elvira Laura (2019) Vers la fin du contrat social en Syrie. Associations de bienfaisance et redéploiement de l'Etat (2000-2011), Paris : Karthala, 352 p. (Karthala IISMM). ISBN : 978-2-8111-2658-2. http://www.karthala.com/terres-et-gens-dislam/3313-vers-la-fin-du-contrat-social-en-syrie-associations-de-bienfaisance-et-redeploiement-de-l-etat-2000-2011-9782811126582.html.
    Résumé : Depuis le déclenchement du processus révolutionnaire en Syrie, en mars 2011, de nombreuses analyses ont été publiées sur le mouvement protestataire, l’État islamique ou encore le régime de Bachar al-Assad. En revanche, la décennie précédant le soulèvement a été peu traitée. Or, on ne saurait comprendre la crise actuelle sans connaître les transformations sociales et politiques subies par le pays durant cette période. Cet ouvrage est fondé sur un travail de terrain mené entre 2007 et 2010 dans des conditions d’enquête difficiles en raison de la surveillance, du contrôle social et de la censure imposés alors par le système autoritaire ba‘thiste. En étudiant l’inscription des associations de bienfaisance dans le paysage sociopolitique syrien des années 2000, il interroge la redéfinition du rôle de l’État et l’ingénierie politique du régime sous Bachar al-Assad. Ce faisant il ne révèle pas seulement les pratiques de la bienfaisance et du monde associatif, il met aussi en lumière les relations État/société dans les contextes autoritaires, la conception de l’action publique dans les pays du Proche-Orient, ainsi que le binôme société civile/autoritarisme souvent dépeint à tort comme antagonique. Rompant avec les approches purement événementielles et spontanéistes, ce livre a pour ambition d’apporter un éclairage original sur la Syrie d’avant-guerre.

2018



  • Boissière Thierry et Ruiz de Elvira Laura (2018) « Entre violence, incertitude et routinisation : réinventer les pratiques économiques quotidiennes en situations de guerre », Critique internationale, 80 (3) (juillet), p. 9-22. DOI : 10.3917/crii.080.0009. http://www.cairn.info/revue-critique-internationale-2018-3-page-9.htm.
    Résumé : Depuis les mouvements protestataires de 2011 dans le monde arabe, plusieurs pays du Proche et du Moyen-Orient ont, pour des raisons diverses et suivant des temporalités différentes, basculé partiellement (Égypte, Irak) ou totalement (Syrie, Yémen) dans le conflit armé ou la guerre civile. Toutefois, les phénomènes de violence politique, sociale, voire religieuse ne sont pas récents dans la région. D’autres pays ou territoires (Liban, Territoires palestiniens occupés, Soudan) ont été ou sont encore traversés, pour certains depuis plusieurs décennies, par des tensions et des conflits de moindre intensité, et doivent faire face à des défis sensiblement différents en termes de gestion et de (ré)-allocations des ressources. Dans ces contextes, caractérisés autant par des transformations rapides, des tensions, de l’instabilité, de l’incertitude et de la vulnérabilité que par l’affaiblissement du rôle économique et social des États et la perte de légitimité des régimes en place, les populations civiles fournissent en permanence des efforts pour survivre et s’adapter au quotidien. Pour reprendre les propos de Teresa Koloma Beck, « au-delà de la destruction, la guerre apparaît également comme un processus productif, non seulement consommateur, mais aussi créatif. Plutôt que de simplement détruire les structures existantes, la guerre les modifie, les transforme dans un processus qui est souvent furtif ». L’émergence de dispositifs inédits, ou jusqu’alors ignorés, et le développement d’une économie quotidienne…


  • Boissière Thierry et Ruiz de Elvira Laura, ss la dir. de (2018) Le quotidien économique dans un Proche-Orient en guerre, Vol., 80, Presses de Sciences Po, 214 p. (Critique Internationale, Revue comparative de sciences sociales). ISBN : 1290-7839. https://www-cairn-info./revue-critique-internationale-2018-3.htm.
  • Ruiz de Elvira Laura et Belhadj Souhail (2018) « Sectarianism and Civil Conflict in Syria : Reconfigurations of a Reluctant Issue », in Islamists and the Politics of the Arab Uprisings. Governance, Pluralisation and Contention, Rivetti P. et Kraetzschmar H. (eds.), Edinburgh University Press.


  • Ruiz de Elvira Laura, Schwartz H Christophe et Weipert-Fenner Irene (2018) « Introduction. Networks of dependency. A research perspective », in Clientelism and Patronage in the Middle East and North Africa. Networks of Dependency, Routledge, p. 1-16. ISBN : 978-0-8153-4737-8. https://www.routledge.com/Clientelism-and-Patronage-in-the-Middle-East-and-North-Africa-Networks/Elvira-Schwarz-Weipert-Fenner/p/book/9780815347378.

  • Ruiz de Elvira Laura, Schwarz Christoph H. et Weipert-Fenner Irene, ss la dir. de (2018) Clientelism and patronage in the Middle East and North Africa: networks of dependency, London ; New York : Routledge, Taylor & Francis Group, 244 p. (Routledge studies in Middle Eastern democratization and government). ISBN : 978-0-8153-4737-8.
    Résumé : One common demand in the 2011 uprisings in the MENA region was the call for 'freedom, dignity, and social justice.' Citizens rallied against corruption and clientelism, which for many protesters were deeply linked to political tyranny. This book takes the phenomenon of the 2011 uprisings as a point of departure for reassessing clientelism and patronage across the entire MENA region. Using case studies covering Morocco, Tunisia, Egypt, Jordan, Lebanon, Turkey and the Gulf monarchies, it looks at how the relationships within and between clientelist and patronage networks changed before 2011. The book assesses how these changes contributed to the destabilization of the established political and social order, and how they affected less visible political processes. It then turns to look at how the political transformations since 2011 have in turn reconfigured these networks in terms of strategies and dynamics, and concomitantly, what implications this has had for the inclusion or exclusion of new actors. Are specific networks expanding or shrinking in the post-2011 contexts? Do these networks reproduce established forms of patron-client relations or do they translate into new modes and mechanisms? As the first book to systematically discuss clientelism, patronage and corruption against the background of the 2011 uprisings, it will be a valuable resource for students and scholars of Middle Eastern Studies. The book also addresses major debates in comparative politics and political sociology by offering 'networks of dependency' as an interdisciplinary conceptual approach that can 'travel' across place and time
    Mots-clés : 21st century, Africa, North, History, Middle East, Patron and client, Patronage, Political, Political corruption, Politics and government.
    Note Note
    <p>Introduction : networks of dependency, a research perspective / Laura Ruiz de Elvira, Christoph H. Schwarz, Irene Weipert-Fenner -- Conceptualising privilege and dependency in the MENA region -- Multi-layered dependency : understanding the transnational dimension of favouritism in the Middle East / Sina Birkholz -- Theorizing politics, patronage, and corruption in the Arab monarchies of the Gulf / Matthew Gray -- Patron-client relations in the neoliberal era -- Redistributive politics, clientelism and political patronage under the AKP / Esra Çeviker Gürakar &amp; Tuba Bircan) -- Cairo's new old faces : redrawing the map of patron-client networks after 2011 / Mohamed Fahmy Menza -- Neoliberal reforms, protests, and enforced patron-client relations in Tunisia and Egypt / Mohammad Yaghi -- The reconfiguration of clientelism and the failure of vote buying in Lebanon / Tine Gade -- The role of brokers for networks of dependency -- Centre-periphery relations and the reconfiguration of the state's patronage networks in the RIF / Ángela Suárez-Collado -- Networks of dependencies and governmentality in southern Lebanon : development and re-construction as tools for Hezbollah's clientelist strategies / Diana Zeidan -- Patronage and clientelism in Jordan : the monarchy and the tribes in the wake of the "Arab spring" / Luis Melián Rodríguez</p>

2016

2015

2014

2013

2012

--- Exporter la sélection au format