Publications des membres du Ceped

2008

Article de colloque
  • Kempeneers Marianne, Lelièvre Eva et Thibault Nicolas (2008) « Le confiage d’enfants le pensionnat et l’Église : comparaison de la France et du Québec des années 1930 à nos jours », présenté à Démographie et culture, AIDELF, Québec.
  • Kobiané Jean-François et Pilon Marc (2008) « Appartenance ethnique et scolarisation au Burkina Faso : la dimension culturelle en question » (communication orale), présenté à Colloque International de l'AIDELF : Démographie et Cultures, Québec.
    Mots-clés : COLONISATION, CROISSANCE DEMOGRAPHIQUE, DESCOLARISATION, DISPARITE REGIONALE, DONNEES STATISTIQUES, EDUCATION DES FILLES, ENQUETE, GROUPE ETHNIQUE, IDENTITE CULTURELLE, INEGALITE SCOLAIRE, METHODOLOGIE, MILIEU RURAL, MILIEU URBAIN, MISSION RELIGIEUSE, POPULATION SCOLARISABLE, RAPPORTS SOCIAUX, Recensement, SCOLARISATION, SOCIETE PLURICULTURELLE, SOCIOLOGIE DE L'EDUCATION, ⛔ No DOI found.
  • Lange Marie-France (2008) « Inégalités d’accès à l’éducation et pauvreté : études de cas au Vietnam » (communication orale), présenté à Atelier de l'IHEID : Pauvreté, inégalités et exclusion : Quelle(s) politique(s) de coopération pour l’éducation et la formation ?, Genève.
  • Larmarange Joseph (2008) « L’évaluation de la prévalence du SIDA en Afrique » (communication orale), présenté à L'évaluation (journée scientifique de l'université Paris Descartes), Paris.
    Résumé : Régulièrement, ONUSIDA publie des estimations de la prévalence du VIH. Ces dernières ont subi plusieurs révisions importantes ces dernières années du fait de la publication de nouvelles données. Dans les années 1990, la prévalence du VIH a été essentiellement estimée à partir de la surveillance sentinelle des femmes enceintes. Depuis 2001, se sont multipliées des enquêtes nationales en population générale avec dépistage du VIH, qui fournissent une estimation plus précise des niveaux des épidémies et mettent en lumière les limites de la surveillance sentinelle. Cependant, moins chère et plus facile à mettre en œuvre, cette dernière fournit des données annuelles tandis que les enquêtes en population générale n’ont lieu que tous les 5 à 10 ans. La démarche actuelle d’ONUSIDA consiste donc à estimer les niveaux à partir d’enquêtes en population générale et les tendances à partir de la surveillance sentinelle.
  • Larmarange Joseph, Enel Catherine, Wade Abdoulaye S., Desgrées du Loû Annabel et Groupe ELIHoS (2008) « Homo-bisexualité masculine et prises de risques lors du dernier rapport sexuel avec un homme et avec une femme au Sénégal » (communication orale), présenté à 15e Conférence Internationale sur le Sida et les Infections sexuellement transmissibles en Afrique (CISMA), Dakar.
    Résumé : Objectif En 2007 au Sénégal, une étude socio-comportementale auprès de 501 hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) a montré que 438 (87,4 %) avait déjà eu un rapport avec une femme. Le volet anthropologique a montré des formes diverses d’homo-bisexualité et des stratégies différenciées avec les hommes et avec les femmes. Nous cherchons ici à mettre en évidence les facteurs associés à une pratique à risque avec chaque sexe. Méthode Un questionnaire standardisé a été administré à 501 HSH recrutés par la technique boule de neige à Dakar et dans deux villes moyennes. Le questionnaire comportait une description détaillée du dernier rapport sexuel avec un homme et avec une femme, permettant de mettre en lien les pratiques sexuelles avec des variables sur ego, son/sa partenaire et le contexte du rapport. Résultats Les pénétrations non protégées sont plus fréquentes avec les femmes (39,7 %) qu’avec les hommes (24,2 %). Avec un homme, le principal facteur de risque est le lieu de l’acte sexuel : 65,5 % de pénétrations anales non protégées si le rapport a eu lieu en extérieur (contre 21,5 %). Cette prise de risque est moins fréquente parmi ceux ayant suivi une action de prévention ciblée HSH (15,0 % contre 37,2 %) et parmi ceux appartenant à une association HSH (11,7 % contre 20,8 %). Enfin, les risques sont plus élevés avant 25 ans et après 35 ans. Avec une femme, le préservatif n’est presque jamais employé avec l’épouse, du fait du désir d’enfant. Hors mariage, l’âge de la partenaire est prépondérant : 74,5 % de rapports à risque si elle a 15 ans ou moins, 30,1 % entre 16 et 20 ans et 17,3 % pour les partenaires de 21 ans ou plus. Enfin, les HSH instruits et ceux sensibilisés et/ou membres d’une association se protègent plus avec leurs partenaires féminines. Conclusion Les actions de sensibilisation menées spécifiquement auprès des HSH depuis 2004 au Sénégal ont eu une certaine efficacité puisque les HSH sensibilisés se protègent plus, à la fois avec les hommes mais aussi avec les femmes, bien que l’effet soit moindre. La bisexualité étant importante et les facteurs de risque n’étant pas les mêmes avec les femmes, il importe que les actions de sensibilisation intègrent la problématique de la bisexualité et les pratiques des HSH avec des femmes.
  • Larmarange Joseph, Vallo Roselyne, Yaro Seydou, Msellati Philippe, Méda Nicolas et Ferry Benoît (2008) « Comparaisons locales de la surveillance sentinelle des femmes enceintes et des Enquêtes Démographiques et de Santé au Burkina Faso et au Cameroun » (poster), présenté à 15e Conférence Internationale sur le Sida et les Infections sexuellement transmissibles en Afrique (CISMA), Dakar.
    Résumé : Objectif Les prévalences nationales du VIH ont été historiquement estimées à partir de la surveillance sentinelle en cliniques prénatales (CPN). Depuis 2001, les Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS) en population générale constituent une nouvelle source d’informations. Pour plusieurs pays, les estimations entre ces deux sources divergent, principalement en raison de la localisation des sites sentinelles retenus. Certains travaux ont montré que les CPN pouvaient constituer un bon indicateur local. Nous cherchons ici à comparer localement EDS et CPN afin de préciser la représentativité de ces dernières. Méthode Nous avons eu recours à des techniques d’analyse en composantes d’échelle et d’interpolation spatiale afin de cartographier les variations infrarégionales de la prévalence du VIH à partir des EDS. La méthode employée a été testée à partir d’une modélisation avant d’être appliquée aux EDS 2003 du Burkina Faso et 2004 du Cameroun. Un programme informatique a été spécialement conçu à cette fin (http://www.ceped.org/prevR). Nous obtenons les tendances régionales de la prévalence du VIH dans un rayon de 30 à 90 kilomètres, que nous comparons avec les données CPN. Résultats La prévalence du VIH mesurée en CPN est fortement dépendante de la zone de recrutement (ZR) de cette dernière. Pour les petites agglomérations isolées, le nombre limité de cliniques induit que leur ZR correspond approximativement à l’agglomération et son voisinage plus ou moins proche. Dans les grandes villes ou les régions fortement urbanisées, la diversité des CPN disponibles rendent les ZR plus complexes. Elles peuvent s’interpénétrer et/ou se superposer. Les CPN ne seront pas forcément représentatives de l’agglomération étudiée. Les CPN situées en milieu rurale traduisent pour leur part une prévalence très localisée qui peut diverger de la tendance régionale. Conclusion La surveillance sentinelle en CPN peut s’avérer un mauvais indicateur des niveaux régionaux de l’épidémie, en fonction de leurs zones de recrutement et des variations spatiales de la prévalence. Une comparaison avec d’autres sources est donc nécessaire avant de pouvoir généraliser une observation réalisée en CPN. Cependant, elle reste adaptée pour une surveillance locale des tendances temporelles de l’épidémie.
  • Larmarange Joseph, Vallo Roselyne, Yaro Seydou, Msellati Philippe, Méda Nicolas et Ferry Benoît (2008) « Impact des biais de trois Enquêtes Démographiques et de Santé africaines sur l’estimation de la prévalence nationale du VIH » (communication orale), présenté à 15e Conférence Internationale sur le Sida et les Infections sexuellement transmissibles en Afrique (CISMA), Dakar.
    Résumé : Objectif Depuis 2001, plusieurs enquêtes nationales en population générale avec dépistage du VIH, en particulier des Enquêtes Démographiques et de Santé (EDS), ont été menées en Afrique subsaharienne. Dans certains pays, leurs résultats étaient sensiblement différents de ceux de la surveillance sentinelle en cliniques prénatales. Les taux de non réponse (refus ou absence) des EDS ont souvent été cités pour expliquer ces différences. L’objectif de ce travail vise à estimer l’impact des différents biais de trois EDS (Burkina Faso 2003, Cameroun 2004 et Kenya 2003) sur la prévalence nationale du VIH mesurée. Méthode Nous avons eu recours à une modélisation mathématique pour estimer les individus infectés non observables du fait de la fenêtre sérologique des tests de dépistage. Des données de recensement et de l’UNHCR ont permis de prendre en compte les individus hors ménages ordinaires, dont les réfugiés en camps. L’ancienneté des bases de sondage utilisées a été compensée à partir de projections de population. Nous avons posé deux hypothèses simples concernant les ménages éligibles non enquêtés, considérant que leur prévalence était soit double soit moitié moindre. Enfin, la prévalence des individus éligibles mais non testés a pu être estimée à partir de modèles logistiques. Lorsque les données étaient faibles ou insuffisantes, nous avons maximisé l’amplitude des biais. Résultats Au Burkina Faso, la prévalence observée est de 1,77 % (IC 95 % : 1,49-2,11) tandis que la prévalence ajustée est de 1,86 % pour l’hypothèse haute et 1,82 % pour l’hypothèse basse. Elles sont respectivement de 5,44 % (5,00-5,91), 5,84 % et 5,43 % au Cameroun, 6,88 % (6,27-7,54), 7,16 % et 6,55 % au Kenya. Pour les trois EDS, la prévalence ajustée est située au sein de l’intervalle de confiance à 95 % de la prévalence observée, et même au sein de l’intervalle de confiance à 75 % (excepté l’hypothèse haute au Cameroun). Conclusion Les résultats des EDS constituent de bons indicateurs du niveau de la prévalence nationale du VIH parmi les adultes en population générale. L’impact des différentes sources de biais reste limité, inférieur aux erreurs d’échantillonnage. L’approche d’ONUSIDA consistant à estimer le niveau des épidémies à partir d’enquêtes en population générale s’avère pertinente.
  • Larzillière Pénélope (2008) « Social Context of Sacrificial Violence » (communication orale), présenté à Explanatory Patterns and Controllability of Terrorist Violence (Zentrum für Interdisziplinäre Forschung), Bielefeld.
  • Larzillière Pénélope (2008) « Les dissidents communistes d’Irbird, marginalités politiques » (communication orale), présenté à L’urbanité des marges : réfugiés, migrants et relégués dans les villes du Proche-Orient (Institut Français du Proche-Orient), Damas.
  • Larzillière Pénélope (2008) « Sociology from a “Peripheral” Angle » (communication orale), présenté à Methodology and Research Experience in the Global Age (London School of Economics et Institut Catholique de Paris), Paris.
  • Larzillière Pénélope (2008) « The Jordanian Monarchy : Social Hegemony and Authoritarian Liberalism? » (communication orale), présenté à Colloque Monarchies in transition (Center on Democracy, Development and the Rule of Law, Stanford University), Stanford, CA.
  • Le Cœur Sophie (2008) « Gender differences in access to HIV testing and treatment » (communication orale), présenté à International Symposium ”Treating People with HIV: Research, Implementation, Public Health”, Chiang Mai.
  • Le Cœur Sophie, Duracinsky Martin, Acquadro Catherine, Berzins Baiba, Herrmann Susan, Fournier Isabelle, Diouf Assane, Kohli Rewa et Chassany Olivier (2008) « Developement of a New Health-Related Quality Of Life Questionnaire Specific to HIV/AIDS – Proqol HIV Study. International Society For Pharmacoeconomics and Outcomes Research » (communication orale), présenté à 11th Annual European Congress, Athènes.
  • Le Cœur Sophie et Lelièvre Eva (2008) « Intergenerational relationships of HIV-infected patients in the ARV era: the patients’ perspective in Northern Thailand » (communication orale), présenté à Conference on the Impact of HIV/AIDS on Older Persons. University of Michigan, Ann Harbour, Mi.
  • Le Cœur Sophie, Lelièvre Eva et Collins Intira (2008) « Socio-demographic impact of antiretroviral treatments in Northern Thailand » (communication orale), présenté à Population Association of America Conference, Nouvelle Orléans (USA).
  • Lefèvre Cécile (2008) « Social Work in Post-Soviet Russia, History and Culture » (communication orale), présenté à 4th Workshop of the Anglo-French Russians Studies Network Solidarities and Loyalties in Russian Society, Paris.
  • Lefèvre Cécile (2008) « Le travail social et la lutte contre la pauvreté dans la Russie post-soviétique : la mise en oeuvre de solidarités sociales organisées par l'Etat ou pour pallier ses manques » (communication orale), présenté à 4th Workshop of the Anglo-French Russian Studies Network, Solidarities & Loyalties in Russian Society (organisé par le Centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen), Paris.
    Résumé : Un des régulateurs de la société soviétique consistait en un compromis social basé sur un mélange complexe entre un système de sécurité sociale officiellement universaliste et un accès à de nombreux biens et services sociaux par le lieu de travail. Alors que le « travailleur social » n’avait pas de reconnaissance en tant que profession, nombreuses étaient les personnes travaillant à l’administration de la protection sociale, depuis les hauts fonctionnaires des Ministères aux délégués syndicaux des entreprises, en passant par les bureaucrates des services locaux des questions sociales des villes et des régions. Animés dans le même temps par une foi en l’amélioration des conditions de vie et par une mission de contrôle social, comment ces personnes ont vécu les années 1990-2000 de « grande transformation » ? Avec la chute de l’URSS comme régime politique et avec la libéralisation de l’économie, que sont devenus ces fonctionnaires du social ? Comment ont évolué leurs fonctions ? Qui entre aujourd’hui dans ces emplois ? Avec quelle formation ? Avec quelles idées et quelles motivations ? La reconnaissance officielle de la pauvreté et des inégalités sociales ou la mise en place de dispositifs d’assurance-chômage et d’assurance santé ont fortement contribué à modifier leur rôle. Le processus de décentralisation des années 1990 a accru leur autonomie et marge de décision. Et la professionnalisation de leurs métiers a commencé. Peut-on cependant identifier une nouvelle bureaucratie du social ? Un nouveau mode de gouvernance des questions sociales ? Cette étude propose d'étudier si l'on peut parler ou non de l'émergence de la profession de travailleur social, en se replac,ant dans la forte transformation des questions sociales (pauvreté, chômage...), et des manières de les traiter, en Russie dans les années 1990 et 2000. A travers ces "fonctionnaires du social", on peut ainsi étudier comment sont pensées et mises en oeuvre les solidarités sociales, et comment elles organisées par l'Etat ou au contraire comment elles pallient ses manques.

  • Lefèvre Cécile, Prokofieva Lidia et Korchaguina Irina (2008) « Une comparaison France-Russie des opinions sur le rôle de la famille dans l’aide aux personnes âgées à partir des enquêtes Genre et Générations », in Démographie et cultures, Genève : AIDELF, p. 913-926. (Actes des colloques de l'AIDELF). http://www.erudit.org/livre/aidelf/2008/001544co.pdf.
  • Maynart Maryvonne, Leurent Baptiste, Jourdain Gonzague, Luekamlung Nuananong, Wittayapraparat Pakorn, Le Cœur Sophie, Yuthavisuthi Prapap, Achalapong Jullapong, Chotivanich Nantasak, Lallemant Marc et Program for HIV Prevention and Treatment (PHPT) (2008) « Cervical intraepithelial neoplasia in HIV-infected women on antiretroviral therapy (PHPT cohort) in Thailand » (poster A-072-0076-12614), présenté à XVII International AIDS Conference, Mexique.
  • Mezger Cora (2008) « Who comes back ? The case of Senegalese returning to Dakar » (communication orale), présenté à Chaire Quetelet 2008, Louvain-la-Neuve.
  • Mick Carola (2008) « Las empleadas domesticas como promotoras del cambio social en Peru? » (communication orale), présenté à 2ndo Congreso Internacional : Migraciones Globales (Université autonome de Sinaloa), Sinaloa.
  • Mick Carola (2008) « Ohn-/Macht in Lernerbiographien » (communication orale), présenté à Conférence annuelle de la "Deutsche Gesellschaft für Soziologie", Flensburg.
  • Mick Carola (2008) « Literacy as critically 'reading' and 'writing' discourses » (communication orale), présenté à 1st ISA Forum of Sciology, Barcelona.
  • Mick Carola (2008) « Peruvian domestic workers as promoters of social justice in Peru? » (communication orale), présenté à 1st ISA Forum of Sciology, Barcelone.
  • Piantoni Frédéric (2008) « L’immigration en Guyane française : histoire, société et territoires » (communication orale), présenté à 5° séminaire national Histoire et mémoires des immigrations en régions et dans les DOM, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.
    Mots-clés : Immigration, Guyane, Territoires.
  • Piantoni Frédéric (2008) « Réseaux et mobilités dans la géographie politique : éléments conceptuels et cadre d’analyse » (communication orale), présenté à International Conference of Political Geography - Space of politics, Reims.
    Résumé : Dans le cas des recherches sur les mobilités, la question des flux humains est traitée soit de façon explicite par des approches quantitatives, soit comme une fonction-miroir révélatrice de mutations sociales, politiques, économiques, démographiques, culturelles, territoriales dans les espaces connectés de départ, de relais et d’arrivée, soit, enfin, comme les effets de déterminants multiples généralement associés aux types de migrations et à ses formes de réversibilité. Chacun des thèmes s’inscrit dans des approches multiscalaires et dans des temporalités différenciées. De fait, pluridisciplinaire par essence, l’étude des mobilités n’en reste pas moins sectorielle et souvent attachée à des études de cas par thème ou par espace. Par ailleurs, la masse de travaux est considérable depuis les années 70 mais les tentatives de modélisation restent rares, alors même que la question des mobilités, a fortiori celles internationales, est constamment instrumentalisée par les acteurs politiques. Pourtant, on peut aussi considérer que la mobilité humaine ne soit pas qu’un miroir, mais constitue un flux parmi d’autres, une part, certes essentielle, d’un mouvement de drainage global multiforme entre des polarisations à l’échelle mondiale ou locale. Elle s’intègre alors dans un processus d’ajustement, contrainte comme d’autres types de transferts (commerciaux, fiduciaires, informationnels, culturels, identitaires, …) d’affronter - souvent de dépasser - les discontinuités et les effets de barrières. Du point de vue théorique, comprendre la dynamique des mouvements dans ce contexte soulève des questions fondamentales si l’on veut dépasser une analyse dans le temps long qui lisseraient globalement l’ensemble des types de flux et leurs interactions : les temporalités et les espaces dans lesquels se déploient ces flux sont différents. Ce constat et ces pistes de réflexion ouvrent vers une direction de recherche autour des interactions entre les flux et ce qui les générèrent : lien formalisé entre types de mobilités humaines et d’autres flux, prédominance d’un flux dans ses effets sur l’autre..
    Mots-clés : Circulation migratoire, gouvernance, dicontinuités, modélisation.
  • Portante Dominique et Mick Carola (2008) « Multilingual classroom practices: Learning integration from children » (communication orale), présenté à Multilingual Europe Seminar on Integration and Achievement in a Multilingual Europe : Languages for Learning and Life (Leeds University), Leeds.
  • Pourette Dolorès (2008) « L’excision en contexte migratoire : santé, sexualité et représentations » (communication orale), présenté à XVIIIe Congrès de l’AISLF, Istanbul.
  • Pourette Dolorès (2008) « Les politiques publiques de santé : effets des politiques migratoires sur l’expérience du VIH/sida chez des femmes migrantes vivant en France » (communication orale), présenté à Séminaire international Euro-Maghrébin : Analyser l’intégration : des anciennes migrations aux nouvelles circulations migratoires (approche comparée : France-Espagne), Jaen.

  • Quet Mathieu (2008) « Critique des sciences et participation politique : discours sur la science au peuple et notion de participation dans la France des années 1970 » (présenté à Généalogies de la démocratie participative), in Actes numériques, Paris, p. [en ligne]. http://www.adels.org/formations_etudes/TextesPicri/TextesPrepaAteliers02_08/Quet.pdf.

  • Quet Mathieu (2008) « Critique des sciences et origine des études sur la vulgarisation. Une piste généalogique (1966-1977) », in Actes électroniques du 16e Congrès de la SFSIC, Compiègne. http://www.sfsic.org/congres_2008/spip.php?article99.
  • Renaud Pascal (2008) « La gouvernance internationale de l'internet et le respect des identités culturelles » (communication orale), présenté à Culture, communication et globalisation, Jijel.
  • Renaud Pascal (2008) « La stratégie des étudiants burkinabés », in Actes du colloque international sur le document electonique CIDE'11, Paris : Utopia Production.
  • Robin Nelly (2008) « De la donnée administrative à la statistique : la construction de l'évènement. Questions méthodologiques et déontologiques posées à la recherche en sciences sociales par la collecte et l'analyse des données administratives » (présenté à Atelier scientifique du programme OMAE), in « Observatoire des migrations internationales ouest-africaines au service d'une coopération renouvelée entre l'Afrique de l'Ouest et l'Union Européenne, Poitiers : EuropAid.
  • Rodríguez-Clemente Rafael, Arvanitis Rigas et González-Aranda Juan-Miguel (2008) « Unequal partners: Building a EU cooperation platform in research and innovation in the Mediterranean region » (communication orale), présenté à Europe-Latin America Conference on Science and Innovation Policy, Mexico City Mexico.
    Résumé : In the last twelve years the EU has organized a strong effort in order to create strong partnerships with Mediterranean countries the so-called Barcelona process (EU-Med cooperation). In research, cooperation between the EU and the Mediterranean countries was harder to come by mainly because neither research nor innovation (or culture and agriculture for that matter) were not initially included in the Barcelona agreements. But a large array of measures have been devised inside the International cooperation of DG Research to fill in the gap (Pasimeni, Boisard, Arvanitis et Rodríguez, 2006). Since then, there has been an evolution both in the cooperation (Commission, 2007) and in the way information on innovation and research activities is gathered. Two projects were specifically aimed at analyzing the cooperation (ASBIMED) and the research capabilities (ESTIME) in the Med countries (Arvanitis, 2007; Rodríguez-Clemente et González-Aranda, 2007). This article will revise some of the recent developments that we have been witnessing (and also been actively promoting since all authors were coordinators of the above mentioned projects). It will try to go beyond a general analysis (Rodríguez Clemente et González Aranda, 2007) and will try to grasp the difficulties that were common to all the cooperation efforts in research between the EU and Med partner countries. A first difficulty that the ESTIME project has been trying to fill in was the lack of professional interest from part of economists and sociologists from Med countries in gathering and analyzing this information. Among other things, collecting systematically the policy measures in favour of research and innovation has been a difficult task. This was also true in Europe on the cooperation activities in ASBIMED project. This information unawareness is partly due to a lack of political priority. A second difficulty –which explains partly the first one— was conceptual: cooperation on S&T was always academic and driven by researchers’ interests and previous contacts. The policies were designed with the aim of promoting larger agreements between countries that go far beyond the actual exchanges of researchers. To a large extent, we believe this effort has failed and that the basic logic has been mainly one of academic exchanges. This is not a default: it was a normal dynamic process that finds its origins in many (historical) causes. Policies were drawn in such a way that new actors could difficultly be engaged in wider networks. Funding was also much less than what it would take to generate a larger cooperation on innovation. There was a dispersion of effort of the EU (as of the whole Barcelona process, and its later derivation towards a Neighbourhood policy) between diverging interests in Brussels (inside the Commission and among Directorates). A lack of willingness to make things easier was also apparent in many cases (as for example the halting of the network of incubators) that find their explanations in political reasons specific to the region (and in particular the security policies of the EU, the Israel-Palestinian conflict and the war with Syria, Israel and Lebanon and general political unstability). But even when political conditions were not adverse (mainly in North Africa) and when there was a momentum in research (which ESTIME project has measured precisely in terms of publications and joint co-signed articles), there seems to be reasons that do not favour more cooperation. We would like then to go beyond the easy explanations (presented above) and investigate two aspects: - the unequal nature of the partners (EU and Med countries) and the way to deal with it; - the lack of permanent cooperation platform. On both these two items we have abundant material that we would like to present and discuss with policy specialists. Also we build upon not only an academic and rhetoric analysis but on the actual construction of a cooperation instrument (project MIRA) that gathers more than 32 partners in the Med countries (national governments and academic institutions) and in Europe. The unequal nature of the partners induces a certain type of specific demands from both side of the Mediterranean that have to be clearly stated and not hidden because of some political correctdeness. Capital formation in Med countries is low, investment in research is notably insufficient but real efforts have been made and all these countries know how to formulate a policy on these aspects. We go on by saying that both for technology and research there is a need to politically insert science, to politically give it a locus (something that was clear to the founding members of the Monitoring committee on Euro-Med research cooperation). Also research cooperation has been given the objective of promoting “development”. But research cooperation cannot change the inequality of economic and political power: it can only help promote better science, better practices and more knowledge where knowledge is needed. Cooperation can help develop research and innovative practices, where these are demanded. Although insufficient effort has been done in revealing this demand for research, we believe that the insufficiency will become history if larger cooperation platforms are adopted and promoted (something that has been experienced by the EU since the establishment of framework programmes). The article delves also on how communication technologies can be used in such large cooperative programmes. References Arvanitis, Rigas (2007). ESTIME : Towards science and technology evaluation in the Mediterranean Countries (Final report). Paris IRD Project n°INCO-CT-2004-510696. ESTIME: Evaluation of Scientific, Technology and Innovation capabilities in MEditerranean countries: 80 pp. Commission, European (2007). International Scientific Cooperation Target Countries Participation in FP6 (2002-2006): a mid-term satistical analysis. Brussels, Research Directorate, Directorate N, International Scientific Cooperation, Community cooperation activities. 2007: 84 pp. Pasimeni, Paolo , Anne-Sophie Boisard, Rigas Arvanitis et Rafael Rodríguez (2006). " Towards a Euro-Mediterranean Innovation Space: Some lessons and policy queries ". The Atlanta Conference on Science and Technology Policy 2006: US-EU Policies for Research and Innovation, Georgia Institute of Technology, Atlanta, May 18-24, 2006. Rodríguez-Clemente, Rafael et Juan Miguel González-Aranda (2007). ASBIMED Final synthesis report. Sevilla, CSIC. Eu Project ASBIMED www.asbimed.net: 52 pp. Rodríguez Clemente, Rafael et Juan Miguel González Aranda (2007). " Euro-Mediterranean Scientific Cooperation: Facts, Obstacles and Solutions Using ICTs. Practical Cases ". IEMED 2007 (Barcelona).
    Mots-clés : ESTIME, INNOVATION, MED7, POLITIQUE D'INNOVATION, ⛔ No DOI found.
    Note Note
    <p>The following values have no corresponding Zotero field:<br />Label: Communication<br />CY - Mexico City, September 24-26, 2008 </p>
    Note Note
    <p>MM</p>
  • Sandron Frédéric (2008) « Structure familiale et entraide dans une commune rurale malgache », in Acte du colloque de l'AIDELF de Québec : Démographie et Culture, Genève : AIDELF, p. 749-759.
  • Tchetgnia Lucas (2008) « Comprendre les mécanismes de la prise de décision de se protéger face à un risque avéré de santé : cas des jeunes du Cameroun », présenté à Séminaire Doctorants, Paris.
  • Tchetgnia Lucas (2008) « Globalisation, Westernization, Conspiracy Theory and Decision-making for HIV Prevention Among Young People in Cameroon » (communication orale), présenté à 103rd American Sociological Association Annual Meeting, Boston.

  • Tchetgnia Lucas (2008) « How far has the conspiracy theory affected the perception and responses to HIV risk? Some counter-productive practices among young people in Cameroon » (communication orale), présenté à First International Sociological Association Forum of Sociology, Barcelona. http://www.riskanduncertainty.net/sites/default/files/archive/TG04/TchetghizCepedConspiracy%20theory%20.pdf.

  • Tchetgnia Lucas (2008) « Some strong socio-cultural facts and beliefs and their implications on the response to HIV/AIDS in Urban and Rural Cameroon » (communication orale), présenté à First International Sociological Association Forum of Sociology, Barcelona. http://www.riskanduncertainty.net/sites/default/files/archive/TG04/TchetghizCepedSocio-cultural%20facts%20.pdf.
  • Wade Abdoulaye S., Larmarange Joseph, Diop Abdou K., Diop Oulimata, Gueye Khady, Marra Adama, Ndawinz Jacques, Sene Amsata, Enel Catherine, Ba Sidi, Niang Diallo Pape, Toure Kane Ndeye Coumba, Mboup Souleymane et Desgrées du Loû Annabel (2008) « Diminution des prises de risque chez les HSH au Sénégal entre 2004 et 2007. Projet ELIHoS, ANRS 12139 » (communication orale), présenté à 15e Conférence Internationale sur le Sida et les Infections sexuellement transmissibles en Afrique (CISMA), Dakar.
    Résumé : Objectifs Une enquête épidémiologique menée auprès de 463 hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) avait montré en 2004 une prévalence de l’infection par le VIH très élevée dans cette population (21,5 %) et un taux élevé de pratiques à risque. Plusieurs interventions de prévention spécifiquement orientées vers cette communauté HSH ont alors été menées : un programme de prise en charge des IST et du VIH, une action de sensibilisation aux risques sexuels et une action de plaidoyer auprès de l’ensemble des acteurs de la vie publique. Une seconde enquête a été menée en 2007 pour mesurer les évolutions des prévalence VIH et IST, et évaluer l’impact des actions de sensibilisation sur la prise de risque par rapport au VIH. Méthode A Dakar, Mbour/Thiès, et Saint-Louis, 501 HSH recrutés selon la technique boule de neige ont été enquêtés. L’enquête consistait en un questionnaire fermé sur des informations sociodémographiques, comportementales et biomédicales, et en un examen clinique et des prélèvements de sang et d’urine visant à détecter les IST et l’infection à VIH. Les indicateurs biologiques et comportementaux ont été comparés à ceux obtenus lors de l’enquête de 2004. Résultats La prévalence du VIH parmi les HSH est demeurée stable depuis 2004 : 21,5% [95% CI : 17.8-25.7] en 2004 et 21,8% [95%CI : 18.3-25.7] en 2007 (p=0.9). Par contre les comportements à risque ont diminué : la proportion d’hommes qui ont eu au moins un rapport insertif non protégé avec un homme au cours du mois précédant l’enquête est passée de 24 % en 2004 à 9 % en 2007 (p<0.01), la proportion d’hommes qui ont eu au moins un rapport réceptif non protégé est passée de 20 % en 2004 à 10 % en 2007 (p<0.01), et la proportion d’hommes qui ont eu au moins un rapport non protégé avec une femme est passée de 18 % à 12 % (p<0.01). Chez les plus jeunes, l’important multipartenariat a fortement diminué : 19,5 % des moins de 20 ans avaient déclaré en 2004 avoir eu plus de 20 partenaires sexuels au cours de leur vie, contre 4,1 % dans cette classe d’âge en 2007. Conclusion Les interventions de prévention menées auprès des HSH ont été suivies d’une réduction des prises de risque dans cette population. Prendre en compte de façon spécifique ce groupe dans les programmes de lutte contre le sida est donc efficace et important pour contrôler l’épidémie.
  • Wade Abdoulaye S., Larmarange Joseph, Diop Abdou K., Diop Oulimata, Gueye Khady, Marra Adama, Sene Amsata, Enel Catherine, Ba Sidi, Niang Diallo Pape, Toure Kane Ndeye Coumba, Mboup Souleymane et Desgrées du Loû Annabel (2008) « Reduction of risk behaviors among MSM in Senegal after targeted prevention interventions » (poster n°THPE0349), présenté à XVII International AIDS Conference, Mexico.
    Résumé : Background In Senegal, an epidemiological survey conducted in 2004 among 463 men having sex with men (MSM) revealed a high HIV prevalence (21.5%) and high proportions of unprotected sex and bisexual activity (Wade, 2005). The health authorities concluded that not giving MSM access to health care could compromise all the efforts achieved in Senegal in combating HIV. Consecutively, interventions targeting MSM were developped, aiming to improve their access to health care programs and to raise their awareness to sexual risk. A second survey carried out in 2007 measured the evolution of HIV and STIs prevalence among MSM and assessed the impact of these preventive operations. Methods In the capital city and in two medium-sized towns, 501 MSM recruited through the snowball referral method were surveyed in 2007 with a face-to-face close-ended standardized questionnaire. They provided blood and urine samples to be tested for STIs and HIV. The biological and behavioral indicators were compared to those collected in 2004. Results The HIV prevalence among MSM remains stable, from 21.5% [95% CI : 17.8-25.7] in 2004 to 21.8% [95%CI :18.3-25.7] in 2007 (p=0.9), but risk behaviors decreased meanwhile. The proportion of men who had at least one unprotected insertive anal intercourse during the last month with a male partner decreased from 24% to 9% (p<0.01), the proportion of men who had at least one unprotected receptive anal intercourse decreased from 21% to 10% (p<0.01), and the proportion of men who had at least one unprotected intercourse with a female partner decreased from 18% to 12 % (p<0.01). Conclusion Prevention interventions targeted towards men having sex with men led to a reduction of risk behaviors in this group, showing their efficiency. They should be systematically implemented in this high-risk group.
Thèse
Article de magazine
--- Exporter la sélection au format