Publications des membres du Ceped

2022

Article de revue


  • Rikap Cecilia (2022) « Becoming an intellectual monopoly by relying on the national innovation system: the State Grid Corporation of China's experience », Research Policy, 51 (4) (mai), p. 104472. DOI : 10/gn4dhg. https://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S004873332100264X.
    Résumé : This paper examines the origins of global leaders under intellectual monopoly capitalism. State Grid Corporation of China (SGCC), the leading firm in artificial intelligence applications for the energy sector, became an intellectual monopoly relying heavily on China's national innovation system –particularly public research organizations and public funding, and innovation and energy policies. SGCC is unique because it did not rely on technology transfer from global leaders, unlike other national champions from developing or emerging countries. We provide evidence that contributes to thinking that SGCC first became a national intellectual monopoly and only afterwards expanded that monopoly globally. We empirically study SGCC's innovation networks. We proxy them using big data techniques to analyze the content, co-authors and co-owners of its publications and patents. Results also suggest that SGCC is capturing intellectual rents from its increasingly transnational and technologically diverse innovation networks by leveraging its national innovation system.


  • Robert Emilie, Zongo Sylvie, Rajan Dheepa et Ridde Valéry (2022) « Contributing to collaborative health governance in Africa: a realist evaluation of the Universal Health Coverage Partnership », BMC Health Services Research, 22 (1) (décembre), p. 753. DOI : 10.1186/s12913-022-08120-0. https://bmchealthservres.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12913-022-08120-0.
    Résumé : Abstract Background Policy dialogue, a collaborative governance mechanism, has raised interest among international stakeholders. They see it as a means to strengthen health systems governance and to participate in the development of health policies that support universal health coverage. In this context, WHO has set up the Universal Health Coverage Partnership. This Partnership aims to support health ministries in establishing inclusive, participatory, and evidence-informed policy dialogue. The general purpose of our study is to understand how and in what contexts the Partnership may support policy dialogue and with what outcomes. More specifically, our study aims to answer two questions: 1) How and in what contexts may the Partnership initiate and nurture policy dialogue? 2) How do collaboration dynamics unfold within policy dialogue supported by the Partnership?  Methods We conducted a multiple-case study realist evaluation based on Emerson’s integrative framework for collaborative governance to investigate the role of the Partnership in policy dialogue on three policy issues in six sub-Saharan African countries: health financing (Burkina Faso and Democratic Republic of Congo), health planning (Cabo Verde, Niger, and Togo), and aid coordination for health (Liberia). We interviewed 121 key informants, analyzed policy documents, and observed policy dialogue events. Results The Partnership may facilitate the initiation of policy dialogue when: 1) stakeholders feel uncertain about health sector issues and acknowledge their interdependence in responding to such issues, and 2) policy dialogue coincides with their needs and interests. In this context, policy dialogue enables stakeholders to build a shared understanding of issues and of the need for action and encourages collective leadership. However, ministries’ weak ownership of policy dialogue and stakeholders’ lack of confidence in their capacity for joint action hinder their engagement and curb the institutionalization of policy dialogue. Conclusions Development aid actors wishing to support policy dialogue must do so over the long term so that collaborative governance becomes routine and a culture of collaboration has time to grow. Public administrations should develop collaborative governance mechanisms that are transparent and intelligible in order to facilitate stakeholder engagement.


  • Rudasingwa Martin, Yeboah Edmund, Ridde Valéry, Bonnet Emmanuel, De Allegri Manuela et Muula Adamson Sinjani (2022) « How equitable is health spending on curative services and institutional delivery in Malawi? Evidence from a quasi-longitudinal benefit incidence analysis », International Journal for Equity in Health, 21 (1) (décembre), p. 25. DOI : 10.1186/s12939-022-01624-5. https://equityhealthj.biomedcentral.com/articles/10.1186/s12939-022-01624-5.
    Résumé : Abstract Background Malawi is one of a handful of countries that had resisted the implementation of user fees, showing a commitment to providing free healthcare to its population even before the concept of Universal Health Coverage (UHC) acquired global popularity. Several evaluations have investigated the effects of key policies, such as the essential health package or performance-based financing, in sustaining and expanding access to quality health services in the country. Understanding the distributional impact of health spending over time due to these policies has received limited attention. Our study fills this knowledge gap by assessing the distributional incidence of public and overall health spending between 2004 and 2016. Methods We relied on a Benefit Incidence Analysis (BIA) to measure the socioeconomic inequality of public and overall health spending on curative services and institutional delivery across different health facility typologies. We used data from household surveys and National Health Accounts. We used a concentration index (CI) to determine the health benefits accrued by each socioeconomic group. Results Socioeconomic inequality in both public and overall health spending substantially decreased over time, with higher inequality observed in overall spending, non-public health facilities, curative health services, and at higher levels of care. Between 2004 and 2016, the inequality in public spending on curative services decreased from a CI of 0.037 (SE 0.013) to a CI of 0.004 (SE 0.011). Whiles, it decreased from a CI of 0.084 (SE 0.014) to a CI of 0.068 (SE 0.015) for overall spending in the same period. For institutional delivery, inequality in public and overall spending decreased between 2004 and 2016 from a CI of 0.032 (SE 0.028) to a CI of -0.057 (SE 0.014) and from a CI of 0.036 (SE 0.022) to a CI of 0.028 (SE 0.018), respectively. Conclusions Through its free healthcare policy, Malawi has reduced socioeconomic inequality in health spending over time, but some challenges still need to be addressed to achieve a truly egalitarian health system. Our findings indicate a need to increase public funding for the health sector to ensure access to care and financial protection.


  • Salje Henrik, Kyungah Lim Jacqueline, Ridde Valery, Todagbe Agnandji Selidji, Lell Bertrand, Yaro Seydou, Seung Yang Jae, Hoinard Damien, Weaver Scott, Vanhomwegen Jessica et Yoon In-Kyu (2022) « Seroepidemiological reconstruction of long-term chikungunya virus circulation in Burkina Faso and Gabon », Journal of Infectious Diseases (juin 15). DOI : 10.17863/CAM.85546. https://www.repository.cam.ac.uk/handle/1810/338137.
    Résumé : Chikungunya virus (CHIKV) is a major public health concern worldwide. However, infection levels are rarely known, especially in Africa. We recruited individuals from Ouagadougou, Burkina Faso and Lambaréné, Gabon (age range: 1-55), tested their blood for CHIKV antibodies and used serocatalytic models to reconstruct epidemiological histories. In Ouagadougou, 291/999 (29.1%) individuals were seropositive, ranging from 2% among those <10y to 66% in those 40-55y. We estimated there were 7 outbreaks since the 1970s but none since 2001 resulting in 600,000 infections in the city, none of which were reported. However, we could not definitively conclude whether infections were due to CHIKV or o’nyong-nyong, another alphavirus. In Lambaréné, 117/427 (27%) participants were seropositive. Our model identified a single outbreak sometime since 2007, consistent with the only reported CHIKV outbreak in the country. These findings suggest sporadic outbreaks in these settings and that the burden remains undetected or incorrectly attributed.
    Note Note
    <h2>Other</h2> European Research Council


  • Schantz Clémence, Rozée Virginie et Molinier Pascale (2022) « Introduction: Un nouvel axe de recherche pour les études de genre, un nouveau défi pour le soin et la société », Cahiers du Genre, 71 (2) (mars 7), p. 5-24. DOI : 10.3917/cdge.071.0005. https://www.cairn.info/revue-cahiers-du-genre-2021-2-page-5.htm?ref=doi.
    Résumé : Les violences obstétricales constituent un nouvel axe de recherche pour analyser l’expérience et le vécu de certaines femmes lors de leur suivi médical de grossesse et de leur accouchement. Si ce concept est utilisé par des chercheur·es et des militant·es en Amérique latine depuis les années 2000, ce n’est qu’à partir des années 2010 qu’il est repris en Europe et notamment en France, en particulier sur les réseaux sociaux. Le concept de « violences obstétricales » entend dénoncer différentes pratiques telles que l’absence de consentement, l’insuffisance de communication, de respect de la pudeur ou de prise en compte de la douleur, au cours d’actes médicaux parfois non médicalement justifiés (certaines césariennes ou épisiotomies, par exemple). Mais ce concept est loin de faire l’unanimité dans l’espace public et politique.


  • Schultz Émilien, Touzani Rajae, Mancini Julien et Ward Jeremy K. (2022) « From contact tracing to COVID-19 pass holder; the tortured journey of the French TousAntiCovid contact tracing app », Public Health, 206 (mai), p. 5-7. DOI : 10.1016/j.puhe.2022.02.009. https://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S0033350622000579.
    Résumé : Objectives: Our study aimed to provide an updated overview of the use of the French contact tracing application, TousAntiCovid, and identify evolutions since the beginning of the pandemic. Study design: We conducted a survey study on a representative sample of the French adult population. Methods: Our data were collected by the Obervatoire Re = gional de la Sante = (ORS) using a selfadministered online questionnaire. This was completed by a sample of 2,022 people stratified to match French official census statistics for gender, age, occupation, and area of housing. We conducted statistical analysis using Python (Pandas Scipy Statsmodels) with chi-squared and Wilcoxon rank sum tests to control for statistical significance. Results: A small majority of respondents used TousAntiCovid (55.5%), while 41.0% had never downloaded it. Only one-quarter of the respondents (23.3%) used it for contact tracing with Bluetooth, while a third (32.2%) used it only for storing their health pass. The app's use increased with education level, income, and younger age. A large majority (85%) of non-vaccinated respondents had never downloaded TousAntiCovid. Conclusion: Our results suggest that the role and use of France's official COVID-19 app TousAntiCovid has evolved in line with the government's strategy; while initially focusing on contact tracing, its development has led to the possibility to store test and vaccination documentation. The survey also confirmed previous results pointing to the lasting differences in socio-economic status in terms of adoption of the app. This is problematic because the long-term nature of the pandemic could require the government to keep a range of strategies open, including contact tracing. Public discussion of the current and future roles of the French contact tracing app is therefore needed. (c) 2022 The Royal Society for Public Health. Published by Elsevier Ltd. All rights reserved.


  • Simo Fotso Arlette, Kra Arsène Kouassi, Maheu-Giroux Mathieu, Boye Sokhna, d’Elbée Marc, Ky-zerbo Odette, Rouveau Nicolas, N’Guessan Noel Kouassi, Geoffroy Olivier, Vautier Anthony, Larmarange Joseph et for the ATLAS Team (2022) « Is it possible to recruit HIV self-test users for an anonymous phone-based survey using passive recruitment without financial incentives? Lessons learned from a pilot study in Côte d’Ivoire », Pilot and Feasibility Studies, 8 (4) (janvier 6), p. 1-7. DOI : 10/gn3cjj. https://pilotfeasibilitystudies.biomedcentral.com/articles/10.1186/s40814-021-00965-2.
    Résumé : Background:  Due to the discreet and private nature of HIV self-testing (HIVST), it is particularly challenging to moni‑tor and assess the impacts of this testing strategy. To overcome this challenge, we conducted a study in Côte d’Ivoire to characterize the profile of end users of HIVST kits distributed through the ATLAS project (AutoTest VIH, Libre d’Accéder à la connaissance de son Statut). Feasibility was assessed using a pilot phone-based survey. Methods:  The ATLAS project aims to distribute 221300 HIVST kits in Côte d’Ivoire from 2019 to 2021 through both primary (e.g., direct distribution to primary users) and secondary distribution (e.g., for partner testing). The pilot survey used a passive recruitment strategy—whereby participants voluntarily called a toll-free survey phone number—to enrol participants. The survey was promoted through a sticker on the HIVST instruction leaflet and hotline invitations and informal promotion by HIVST kit-dispensing agents. Importantly, participation was not financially incentivized, even though surveys focussed on key populations usually use incentives in this context. Results:  After a 7-month period in which 25,000 HIVST kits were distributed, only 42 questionnaires were completed. Nevertheless, the survey collected data from users receiving HIVST kits via both primary and secondary distribution (69% and 31%, respectively). Conclusion:  This paper provides guidance on how to improve the design of future surveys of this type. It discusses the need to financial incentivize participation, to reorganize the questionnaire, the importance of better informing and training stakeholders involved in the distribution of HIVST, and the use of flyers to increase the enrolment of users reached through secondary distribution.


  • Tanguy-Domingos Simonella (2022) « Du « confiage » traditionnel d’enfant à l’adoption internationale: Les transformations autour du placement d’enfants au Bénin », Annales de démographie historique, 142 (2) (janvier 18), p. 165-194. DOI : 10.3917/adh.142.0165. https://www.cairn.info/revue-annales-de-demographie-historique-2021-2-page-165.htm?ref=doi.
    Résumé : La circulation des enfants d’une famille à l’autre est une pratique que l’on retrouve dans la plupart des sociétés africaines. L’adoption dans son acception moderne s’est progressivement implantée dans les pays africains, notamment au Bénin où différentes formes de placements d’enfants ont jusque-là été utilisées pour répondre aux normes de solidarité en vigueur. Cet article retrace l’historicité des pratiques adoptives et assimilées dans un contexte social marqué par une vision biologiste de la filiation, sous l’influence de la globalisation et des transformations sociopolitiques internes.


  • Traoré Metogara, Badiane Kéba, Vautier Anthony, Simo Fotso Arlette, Kanku Kabemba Odé, Rouveau Nicolas, Maheu-Giroux Mathieu, Boily Marie-Claude, Larmarange Joseph, Terris-Prestholt Fern, d’Elbée Marc et for the ATLAS Team (2022) « Economic analysis of low volume interventions using real-world data: Costs of HIV self-testing distribution and HIV testing services in west Africa from the ATLAS project », Frontiers in Health Services, 2 (juin 27), p. 886513. DOI : 10.3389/frhs.2022.886513. https://www.frontiersin.org/article/10.3389/frhs.2022.886513.
    Résumé : Achieving the first 95 of the UNAIDS targets requires the implementation of innovative approaches to knowing one's HIV status. Among these innovations is the provision of HIV self-testing (HIVST) kits in west Africa by the international partner organization Solthis (IPO). In order to provide guidance for the optimal use of financial resources, this study aims to estimate the program and site level costs of dispensing HIVST as well as HIV testing services (HTS) - excluding HIVST - in health facilities in Côte d'Ivoire, Mali and Senegal as part of the ATLAS project. We estimated from the provider’s perspective, HIVST and HTS incremental costs using top-down and bottom-up costing approaches and conducted a time and motion study. We identified costs at the program level for HIVST (including IPO central costs) and at the site level for HIVST and HTS. The economic costs of distributing HIVST kits were assessed in 37 health facilities between July 2019 and March 2021 (21 months). Sensitivity analyses were also performed on unit costs to examine the robustness of our estimates related to key assumptions. In total, 16,001 HIVST kits were dispensed for 32,194 HTS sessions carried out. Program level HIVST average costs ranged $12-$286, whereas site level costs ranged $4-$26 across distribution channels and countries. Site level HTS costs ranged $7-$8 per testing session, and ranged $72-$705 per HIV diagnosis. Across countries and channels, HIVST costs were driven by personnel (27%-68%) and HIVST kits (32%-73%) costs. The drivers of HTS costs were personnel costs ranging between 65% and 71% of total costs across distribution channels and countries, followed by supplies costs between 21% and 30%. While program level HIVST average costs were high, site level HIVST average costs remained comparable to HTS costs in all countries. Health facility-based distribution channels operating at low volume exhibit high proportion of central costs which should be considered carefully for financial planning when run alongside high volumes mobile outreach distribution channels. HIVST can diversify the HIV testing offer at health facilities, thus improving access to screening for target populations not reached by HTS services.


  • Warszawski Josiane, Meyer Laurence, Franck Jeanna-Eve, Rahib Delphine, Lydié Nathalie, Gosselin Anne, Counil Emilie, Kreling Robin, Novelli Sophie, Slama Remy, Raynaud Philippe, Bagein Guillaume, Costemalle Vianney, Sillard Patrick, Fourie Toscane, Lamballerie Xavier de, Bajos Nathalie et Team Epicov (2022) « Trends in social exposure to SARS-Cov-2 in France. Evidence from the national socio-epidemiological cohort–EPICOV », PLOS ONE, 17 (5) (mai 22), p. e0267725. DOI : 10.1371/journal.pone.0267725. https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0267725.
    Résumé : Background We aimed to study whether social patterns of exposure to SARS-CoV-2 infection changed in France throughout the year 2020, in light to the easing of social contact restrictions. Methods A population-based cohort of individuals aged 15 years or over was randomly selected from the national tax register to collect socio-economic data, migration history, and living conditions in May and November 2020. Home self-sampling on dried blood was proposed to a 10% random subsample in May and to all in November. A positive anti-SARS-CoV-2 ELISA IgG result against the virus spike protein (ELISA-S) was the primary outcome. The design, including sampling and post-stratification weights, was taken into account in univariate and multivariate analyses. Results Of the 134,391 participants in May, 107,759 completed the second questionnaire in November, and respectively 12,114 and 63,524 were tested. The national ELISA-S seroprevalence was 4.5% [95%CI: 4.0%-5.1%] in May and 6.2% [5.9%-6.6%] in November. It increased markedly in 18-24-year-old population from 4.8% to 10.0%, and among second-generation immigrants from outside Europe from 5.9% to 14.4%. This group remained strongly associated with seropositivity in November, after controlling for any contextual or individual variables, with an adjusted OR of 2.1 [1.7–2.7], compared to the majority population. In both periods, seroprevalence remained higher in healthcare professions than in other occupations. Conclusion The risk of Covid-19 infection increased among young people and second-generation migrants between the first and second epidemic waves, in a context of less strict social restrictions, which seems to have reinforced territorialized socialization among peers.
    Mots-clés : Body weight, COVID 19, Europe, France, Medical risk factors, Professions, SARS CoV 2, Virus testing.
Chapitre de livre


  • Beaudevin Claire, Lang Claudia et Chabrol Fanny (2022) « Persistent Hospitals », in Global health for all: knowledge, politics, and practices, par Claire Beaudevin, Jean-Paul Gaudillière, Claudia Lang, et Andy McDowell, USA : Rutgers University Press, p. 248. ISBN : 978-1-978827-41-7 978-1-978827-40-0. https://www.rutgersuniversitypress.org/global-health-for-all/9781978827400.
    Résumé : Global Health for All trains a critical lens on global health to share the stories that global health’s practices and logics tell about 20th and 21st century configurations of science and power. An ethnography on multiple scales, the book focuses on global health’s key epistemic and therapeutic practices like localization, measurement, triage, markets, technology, care, and regulation. Its roving approach traverses policy centers, sites of intervention, and innumerable spaces in between to consider what happens when globalized logics, circulations, and actors work to imagine, modify, and manage health. By resting in these in-between places, Global Health for All simultaneously examines global health as a coherent system and as a dynamic, unpredictable collection of modular parts.


  • Charbit Yves, ss la dir. de (2022) « Population et questions de développement », in Population et questions de développement, London : ISTE Editions. ISBN : 978-1-78948-051-1. https://www.istegroup.com/fr/produit/population-et-questions-de-developpement/.

  • Chaudat Philippe (2022) « Alcohol and Religious Practices in Meknes (Morocco): Between Rejection and Compromise », in Alcohol in the Maghreb and the Middle East since the Nineteenth Century Disputes, Policies and Practices, Palgrave Macmillan. ISBN : 978-3-030-84000-6.

  • Gosselin Anne (2022) « Les inégalités intergénérationnelles à travers le prisme du statut migratoire », in Jeunesses. D'une crise à l'autre. (Amsellem-Mainguy et Lardeux eds.), première, Paris : Presses de Sciences Po, p. 192. (Collection académique). ISBN : 978-2-7246-3855-4.


  • Lange Marie-France (2022) « Que nous apprend la Covid-19 sur les systèmes scolaires ? Une analyse comparative Afrique francophone et France », in L’école africaine face à la Covid-19, Charlier, J. É., Hane, F., Goudiaby, J. A. & Croché, S. (Eds.), Louvain-la-Neuve : Academia, p. 45-91. ISBN : 978-2-8061-0646-9. https://www.editions-academia.be/livre-l_ecole_africaine_face_a_la_covid_19_jean_emile_charlier_fatoumata_hane_jean_alain_goudiaby_sarah_croche-9782806106469-73689.html.

  • Meier zu Biesen Carolina, Pordié Laurent, Pourraz Jessica et Gaudillière Jean-Paul (2022) « Markets, Medicines, and Health Globalization », in Global Health for All: Knowledge, Politics, and Practices, New Brunswick, New Jersey : Rutgers University Press, p. 284. ISBN : 1-978827-40-7.


  • Petit Véronique (2022) « La santé mentale : en enjeu de développement sous-estimé », in Population et questions de développement, éd. par Yves Charbit, London : ISTE Editions, p. 173-199. ISBN : 978-1-78948-051-1. https://www.istegroup.com/fr/produit/population-et-questions-de-developpement/.

  • Simo Fotso Arlette et Nawo Larissa (2022) « Child Disability and Deprivation: A Conceptual, theoretical and empirical review of the sub-Saharan African literature », in The Routledge Handbook of African Demography (eds: Odimegwu C.O., Adewoyin Yemi), 1, New York, NY : Routledge. ISBN : 978-0-429-28721-3.
    Résumé : The nexus between disability and deprivation is an increasing interest to policy makers as children with disabilities are being mainstreamed into national and international poverty reduction programs. This literature is vast and has a long history, however, previous literature reviews have not addressed the concepts of poverty and deprivation especially for children living with disabilities in Africa. The aim of this chapter was to provide a comprehensive survey on links between child disability and deprivation in Africa. It shows that the International Classification of Functioning, Disability and Health for Children and Youth (ICF-CY) is today almost universally recognised as the framework to understand child disability. The Washington Group/UNICEF child functioning screening instrument is now well endorsed to measure disability in children aged 2-17 years, even though not yet routinely integrated into national surveys. The theoretical review highlights the diversity of theoretical framework used in economics and social science studies, while empirical literature showed that children with disability are living a vicious circle of social and material deprivation. By drawing attention to these findings and their limitations, this chapter provides suggestions for future research in order to provide policy makers relevant tools to improve the well-being of children living with disabilities.
Article de colloque
  • Becquet Valentine et ANRS 12381 PRINCESSE study team (2022) « Les travailleuses du sexe face au VIH en Côte d’Ivoire : crise sanitaire ou poids de la précarité ? », présenté à XXIe Colloque de l'Association Internationale des Démographes de Langue Française (Aidelf) - "Démographie et crises", Athènes, Grèce. (Communication orale).
  • Becquet Valentine, Biligha Pierrette, Plazy Mélanie, Nouaman Marcellin, Coffie Patrick, Agoua Aline, Zebago Clémence, Zonhoulou Dao Hervé, Eholie Serge, Larmarange Joseph et ANRS 12381 PRINCESSE study team (2022) « « La saleté n’a qu’à descendre » : rapport au corps et expériences vécues par les travailleuses du sexe en Côte d’Ivoire (projets ANRS 12361 PrEP-CI et ANRS 12381 PRINCESSE) » (communication orale #CO16.4), présenté à AFRAVIH, Marseille.
    Résumé : Objectifs Analyser le rapport au corps de travailleuses du sexe (TS) enquêtées en Côte d’Ivoire dans la région de San Pedro. Leurs représentations d’un corps situé à la frontière des sphères intime et professionnelle peut éclairer leurs perceptions et l’acceptabilité des services de santé qui leur sont proposés. Matériels et Méthodes Des entretiens qualitatifs ont été réalisés, au sein de l’étude transversale PrEP-CI et du projet PRINCESSE qui a suivi (cohorte interventionnelle mono-bras avec offre élargie en santé sexuelle et reproductive, dont PrEP), en 3 vagues (2016, 2019, 2021) auprès de 100 TS, complétés par des observations de terrain sur sites. Résultats La notion de circulation des fluides et son importance dans le maintien d’un "équilibre" émergent des entretiens. Certaines TS expriment la crainte que les interventions de santé, et en particulier les prises de sang, puissent affaiblir le corps, induire de la "fatigue", notamment si cela n’est pas contrebalancé par l’ingestion de substances énergétiques, comme des boissons sucrées. Le nombre élevé de tubes de prélèvements sanguins et l’absence de collation (jusque mi 2021) sont mentionnés comme des freins à l’engagement dans les soins. La notion de circulation renvoie également à l’expulsion de la "saleté", comme sont souvent définis le sperme ou les règles. Lors d’une rupture de préservatif, il n’est pas rare que les TS se "purgent" en nettoyant leur corps par l’ingestion de cola ou des lavements, ce qu’elles perçoivent comme plus efficace que la prise de comprimés (traitement IST ou post-exposition VIH, pilule du lendemain), qui reste exceptionnelle. Les TS sont souvent réticentes à utiliser les injections ou les implants contraceptifs, car les règles risquent de "rester" plutôt que de "descendre" et d’être évacuées. À l’inverse, il s’agit parfois de bloquer la circulation des fluides. Les TS interrogées se "préservent" en utilisant des préservatifs avec leurs clients. Les rapports tarifés sans préservatif relèvent de l’exception, avec des clients réguliers ou à des tarifs bien plus élevés. Sa non-utilisation avec leur partenaire régulier permet de différencier relation personnelle et professionnelle. Par ailleurs, la circulation des menstrues peut être temporairement suspendue, par du coton ou de la glace, le temps du travail. La PrEP, médicament que l’on prend sans être malade, apparaît pour certaines comme "fatigante" et "inutile", avec le risque de causer un déséquilibre dans un corps bien portant, bien qu’elle empêche la maladie de "rentrer dans le corps". Conclusion Ces analyses, qui seront complétées début 2022 avec une enquête spécifique, montrent que les TS ont une approche de leur santé et du soin de soi qui n’est pas forcément celle pensée par l’équipe du projet. Le rapport au corps des TS éclaire les réticences qu’elles peuvent exprimer quant aux différentes offres de santé, pas toujours perçues comme adaptées, et explique en partie les freins à l’entrée et au maintien dans les soins, confirmés par les données quantitatives.

  • Boly Dramane et Lange Marie-FRance (2022) « La privatisation de l’éducation au Burkina Faso » (présenté à Séminaire du ReFPE en partenariat avec l’Open Society Initiative For West Africa (OSIWA) et le PASEC (Conférence des ministres de l’Éducation des États et gouvernements de la Francophonie, Confemen), in La privatisation de l’éducation en Afrique francophone. Un état des lieux., Dakar. https://refpe.org/evenements/seminaire-dakar-2022/.
  • Boye Sokhna, Kouadio Alexis Brou, Vautier Anthony, Ky-Zerbo Odette, Rouveau Nicolas, Kouvahe Amélé Florence, Maheu-Giroux Mathieu, Larmarange Joseph, Pourette Dolorès et équipe ATLAS (2022) « L’introduction de l’autodépistage du VIH dans les consultations des Infections Sexuellement Transmissibles (IST) peut-elle améliorer l’accès au dépistage des patients IST et leurs partenaires ? Une étude qualitative exploratoire du projet ATLAS à Abidjan/Côte d’Ivoire » (poster #PV340), présenté à AFRAVIH, Marseille.
    Résumé : Objectifs Dans le cadre de son projet d’introduction de l’auto dépistage du VIH (ADVIH), le programme ATLAS a initié une étude pour documenter les modalités de dispensation des kits d’ADVIH aux patient.e.s présentant une Infection Sexuellement Transmissible (IST) et leurs partenaires à Abidjan/Côte d’Ivoire. Matériels et Méthodes Une enquête qualitative a été réalisée entre mars et août 2021 dans trois services dispensant des ADVIH auprès des patient.e.s IST: (1) consultation prénatale (CPN) ; (2) consultation générale incluant IST et (3) dispensaire IST dédié. Les données ont été collectées par (i) des observations de consultations médicales de patient·e·s IST (N=98) et (ii) des entretiens auprès de soignants impliqués dans la dispensation des kits d’ADVIH (N=18), de patient.e.s ayant reçu des kits ADVIH à proposer à leurs partenaires (N=21) et de partenaires de patientes IST ayant réalisé l’ADVIH (N=2). Résultats Les trois services présentent des différences d’organisation du circuit du patient et des modalités de dispensation des kits d’ADVIH. En CPN, le dépistage du VIH est proposé systématiquement à toute femme enceinte lors de la première consultation. Lorsqu’une IST est diagnostiquée, un ADVIH est proposé presque systématiquement pour le partenaire (N=27/29). En consultation générale, il y a eu peu de propositions de dépistage et d’ADVIH aux patient.e.s IST et pour leurs partenaires (N=3/16). Malgré l’existence d’une délégation des tâches du dépistage et l’offre d’ADVIH, il n’y a pas de routinisation du dépistage dans ce service. Au dispensaire IST, le circuit du patient est mieux défini : diffusion de la vidéo ADVIH en salle d’attente, consultation des patient.e.s et référencement aux infirmières pour le dépistage avec proposition fréquente de kits d’ADVIH aux patient.e.s IST pour leurs partenaires (N=28/53). De manière générale, l’ADVIH est accepté lorsqu’il est proposé. Mais, la proposition de l’ADVIH aux partenaires n’est pas toujours facile, surtout pour les femmes : difficultés à aborder la question du VIH avec le conjoint, relation de couple « fragile ». Les soignants en général ont une perception positive des ADVIH, mais, ils soulignent le caractère chronophage de la dispensation des ADVIH et souhaitent une meilleure organisation : délégation des tâches (CPN). Conclusion L’organisation des consultations est déterminante : les contraintes structurelles (organisation du service, délégation des tâches) influent sur la proposition d’un dépistage VIH et l’ADVIH ne suffit pas à les lever. La proposition par les soignants d’un ADVIH pour les partenaires nécessite du temps et un accompagnement des patients.e.s. La proposition est plus systématique quand le dépistage est « routinisé » et concerne tous les patient.e.s. Quand l’ADVIH est proposé, il est en général accepté. Si l’ADVIH constitue une opportunité d’améliorer l’accès au dépistage des patient.e.s et de leurs partenaires, une intégration réussie implique d’améliorer l’organisation des services et de promouvoir la délégation des tâches.
  • Kouassi Arsène Kra, Simo Fotso Arlette, N'Guessan Kouassi Noël, Geoffroy Olivier, Younoussa Sidibé, Kabemba Odé Kanku, Dieng Baidy, Ndeye Pauline Dama, Rouveau Nicolas, Maheu-Giroux Mathieu, Boilly Marie-Claude, Silhol Romain, d'Elbée Marc, Vautier Anthony, Larmarange Joseph et équipe ATLAS (2022) « Atteindre les populations clés et périphériques : une enquête téléphonique auprès des utilisateurs d'autotests de dépistage du VIH en Afrique de l'Ouest » (communication orale (poster discuté #PJ321), présenté à AFRAVIH, Marseille.
    Résumé : Objectifs En Afrique de l'Ouest, les stratégies communautaires ciblant les populations clés (PC) telles que les travailleuses du sexe (TS) et les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) ont considérablement amélioré leur accès au dépistage du VIH. Cependant, il demeure difficile d’atteindre une partie de ces populations (TS occasionnelles, HSH « cachés ») et leurs réseaux (pairs, partenaires sexuels, clients). Les kits d'autodépistage du VIH (ADVIH) peuvent être distribués aux PC pour leur usage personnel mais également pour une distribution secondaire à leurs pairs, partenaires et proches. Depuis 2019, le programme ATLAS met en œuvre une telle stratégie en Côte d'Ivoire, au Mali et au Sénégal, notamment auprès des TS et des HSH. Matériels et Méthodes Afin de préserver la confidentialité et l’anonymat que procure l’ADVIH tout en documentant le profil des utilisateurs, une enquête téléphonique a été réalisée. Entre mars et juin 2021, des dépliants ont été distribués avec les kits d’ADVIH, invitant les utilisateurs à appeler un numéro de téléphone de manière anonyme et gratuite (avec une incitation de 2000 CFA de crédit téléphonique). Chaque dépliant comportait un numéro de participation unique permettant d'identifier anonymement le canal de distribution. Résultats Au total, 1305 participants ont été recrutés dans le canal de distribution TS et 1100 dans celui HSH dans les trois pays, sur un total de 44 598 kits d’ADVIH distribués (taux de participation : 5,4%). 69% ont reçu leur kit d’un pair-éducateur ou d’un agent de santé, et 31% l'ont reçu d'un ami (17%), partenaire sexuel (7%), parent (6%) ou collègue (1%). Pour les ADVIH distribués via les TS, 48% des participants étaient des hommes, et pour ceux via les HSH, 9% étaient des femmes. Ceci montre la capacité de l'ADVIH à atteindre les partenaires sexuels des PC et les clients des TS. Seuls 50% des participants masculins du canal de distribution HSH ont déclaré à l’enquêteur avoir déjà eu des rapports sexuels avec un homme. Un tiers des participantes du canal de distribution TS et 45% des participants masculins du canal HSH étaient des primo-testeurs. Les proportions de ceux dont le dernier test VIH remontait à plus d'un an étaient respectivement de 24% et 14%. Ces proportions sont plus élevées que celles observées dans des enquêtes menées auprès de TS et de HSH dans les mêmes pays. Une enquête complémentaire (rappels téléphoniques) a été menée auprès de celles et ceux ayant rapporté un test réactif afin de documenter le lien vers la confirmation et les soins. Les résultats de ces rappels seront disponibles début 2022. Conclusion L'ADVIH est une offre complémentaire permettant d’augmenter l’accès au dépistage des PC peu atteintes via les stratégies conventionnelles. La distribution secondaire des ADVIH est faisable et acceptable. Elle a le potentiel d'atteindre, au-delà des populations-clés elles-mêmes, d’autres populations périphériques et vulnérables au VIH.
  • Ky-Zerbo Odette, Desclaux Alice, Vautier Anthony, Boye Sokhna, Gueye Papa Alioune, Rouveau Nicolas, Maheu-Giroux Mathieu, Kouadio Alexis Brou, Camara Cheick Sidi, Sow Souleymane, Geoffroy Olivier, Kabemba Odé Kanku, Keita Abdelaye, Ehui Eboi, Ndour Cheick Tidiane, Larmarange Joseph et équipe ATLAS (2022) « Utilisation et redistribution de l’autodépistage du VIH parmi les populations clés et leurs réseaux en Afrique de l’Ouest : pratiques et expériences vécues dans le projet ATLAS » (communication orale #CO8.1), présenté à AFRAVIH, Marseille.
    Résumé : Objectifs L’autodépistage du VIH (ADVIH), notamment la distribution dans les réseaux des personnes en contact avec des programmes de prévention (distribution secondaire), permet de rejoindre des personnes ayant faiblement accès au dépistage. Dans le cadre du projet ATLAS, une analyse des pratiques d’utilisation et de redistribution de l’ADVIH parmi les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes (HSH), les travailleuses du sexe (TS), les usagers de drogues (UD) et leurs partenaires a été réalisée en Côte d’Ivoire, au Mali et au Sénégal. Matériels et Méthodes Une enquête qualitative a été conduite de janvier à juillet 2021. Des entretiens face-à-face et par téléphone ont été réalisés avec des utilisateurꞏtrices de l’ADVIH identifiéꞏes par (i) des pairsꞏes éducateurꞏtrices HSH, TS et UD ou (ii) via une enquête téléphonique anonyme. Résultats Au total 80 personnes ont été interviewées (65 en face-à-face, 15 par téléphone). À la première utilisation, la majorité a réalisé l’ADVIH sans la présence d’unꞏe professionnelꞏle (2/3). Ils l’ont justifié par la facilité de réalisation de l’ADVIH et l’existence d’outils de supports. La majorité a redistribué des kits d’ADVIH à des partenaires sexuelsꞏles, pairꞏes/amiꞏes, clients pour les TS et d’autres types de relations sans difficulté majeure. Leur motivation commune était l’intérêt de la connaissance du statut VIH pour l’utilisateurꞏtrice finalꞏe. Cependant vis-à-vis des partenaires sexuelsꞏles et des clients des TS, il s’agissait surtout de s’informer du statut de ce/cette dernier-ère pour décider des mesures préventives à adopter. Les réactions des utilisateurꞏtrices secondaires étaient majoritairement positives parce que ce nouvel outil répondait à une attente liée au besoin de connaître leur statut VIH, certainꞏes n’ayant par ailleurs jamais fait de dépistage VIH. Quelques cas de refus ont été rencontrés, surtout de la part des clients occasionnels pour les TS. Un cas de violence physique de la part d’un client a été rapporté. Les raisons de non-proposition de l’ADVIH à son réseau variaient suivant les catégories de populations clés et les utilisateurꞏtrices secondaires. Les trois populations clés, surtout les UD, ont rapporté des craintes de réactions négatives de certainꞏes partenaires sexuelsꞏles. Les HSH et les UD en ont moins distribué à leurs pairꞏes/amiꞏes par rapport aux partenaires sexuelꞏles parce qu’ils/elles estimaient que ceux/celles-ci étaient dans les mêmes réseaux de distribution des kits d’ADVIH et en avaient donc déjà reçus. Chez les TS, l’ADVIH était moins souvent proposé aux clients et aux partenaires qui acceptaient l’utilisation du préservatif. Conclusion Les résultats montrent une bonne acceptation de l’ADVIH tant en distribution primaire que secondaire. La redistribution de l’ADVIH dans les réseaux des populations clés peut permettre d’accroitre l’accès au dépistage parmi les populations peu dépistées, sans répercussion négative pour les personnes qui le proposent.

  • Lange Marie-France, Lewaurier Thibaut et Locatelli Rita (2022) « L’impact de la privatisation sur les enseignants dans les pays francophones d’Afrique subsaharienne » (présenté à Les webinaires du ReFPE), in Les webinaires du ReFPE. https://refpe.org/webinaires/.
    Résumé : Présentation des principaux résultats d’une étude commissionnée par le Rapport mondial de suivi sur l’éducation de l’UNESCO dans le cadre de l’élaboration du rapport 2021/22 sur les acteurs non étatiques dans l’éducation. À travers l’analyse des données officielles disponibles et des recherches récentes développées sur les enseignants de l’éducation non étatique dans les pays d’Afrique francophone, cette étude a abordé cinq grands thèmes : la certification et la réglementation, le type de recrutement, la qualité de l’enseignement, le dialogue social, et la professionnalisation.

  • Larmarange Joseph (2022) « Self-Testing, Empowerment and Self-Care: perspectives from lessons learned in implementing HIV self-testing in West Africa » (communication orale (symposium SA019), présenté à 24th International AIDS Conference, Montreal. https://programme.aids2022.org/Programme/Session/107.
  • Larmarange Joseph (2022) « Santé sexuelle : un enjeu au-delà des infections » (communication orale (session plénière), présenté à AFRAVIH, Marseille.

  • Larmarange Joseph (2022) « Atteindre les populations périphériques en Afrique de l’Ouest : autodépistage du VIH et distribution secondaire » (communication orale), présenté à Congrès National des Internes de Santé Publique, Caen. https://clisp.fr/cnisp2022.
  • Larmarange Joseph (2022) « Faut-il évaluer les prises de risque avant de proposer un test VIH ? » (communication orale #ML12.2), présenté à AFRAVIH, Marseille.

  • Larmarange Joseph (2022) « Production et utilisation des connaissances : de quoi a-t-on besoin pour la mise à l’échelle ? » (communication orale), présenté à Journée AFD/Solthis : Du projet pilote à la généralisation d'une innovation en santé, l'art délicat du passage à l'échelle, Paris. https://www.solthis.org/fr/event/journee-de-reflexion-du-projet-pilote-a-la-generalisation-dune-innovation-en-sante-lart-delicat-du-passage-a-lechelle/.
  • Larmarange Joseph et équipe ATLAS (2022) « Autodépistage du VIH en Afrique de l’Ouest : Synthèse des résultats des recherches menées dans ATLAS » (communication orale (symposium ATLAS), présenté à AFRAVIH, Marseille.
  • Leservoisier Olivier (2022) « Discutant des communications de Samuel Lempereur (LAMC), « La terre demande l’histoire”. Mariages, terres et post-esclavage dans le sud du Bénin » et David Jabin (LESC), « Maîtres et esclaves en Amazonie : les relations serviles chez les Yuqui de Bolivie » » (Communication orale), présenté à Séminaire Recherches contemporaines sur l’Afrique et ses diasporas, Musée du Quai Branly, Paris.
  • Leservoisier Olivier (2022) « Présentation du numéro de Politique africaine consacré au thème “Migrations et mobilités de classe” » (Communication orale), présenté à , Ceped, Paris.

  • Meyer Jean-Baptiste, Ravalihasy Andrainolo, Pilon Marc, Giraud Gregory et Kim Hyunjee (2022) « Explorer l'avenir pour une université africaine durable : expansion de la jeunesse et universalisation de l'enseignement supérieur » (UNESCO), présenté à Unesco World Higher Education Conference2022, Barcelone, Espagne. https://whec2022.net/resources/EXPLORER%20L%20AVENIR%20POUR%20UNE%20UNIVERSITE%20AFRICAINE%20DURABLE%20-%20IRD.pdf.
    Résumé : L’Afrique est la région où le taux d’inscription dans l’enseignement supérieur est le plus bas du monde. C’est aussi celle où la population des 20 à 25 ans, potentiellement étudiante, croîtra le plus dans les années à venir. Conformément aux ODD, la tendance à un rattrapage des moyennes mondiales d’entrée à l’université devrait se réaliser. C’est déjà le cas en Afrique septentrionale mais reste en devenir pour la partie sub-saharienne. Des projections établies par notre équipe de recherche permettent de représenter l’expansion de l’enseignement supérieur sous différentes hypothèses. Toutes révèlent qu’une pression considérable pèsera sur le secteur à court ou moyen terme (ODD 2030 et Agenda 2063 de l’Union Africaine). Comment y faire face ? La crise de la pandémie introduit une disruption dans cette situation déjà tendue. Paradoxalement, elle révèle pourtant une résilience systémique et des adaptations qui sont autant de solutions virtuelles (au double sens de potentielles/numériques) aux colossaux enjeux de la massification.

  • Nouaman Marcellin, Coffie Patrick A, Plazy Mélanie, Becquet Valentine, Agoua Aline, Zébago Clémence, Dao Hervé, Larmarange Joseph, Eholié Serge et ANRS 12381 PRINCESSE study group (2022) « Prevalence and incidence of sexually transmitted infections in a cohort of female sex workers in San Pedro, Côte d'Ivoire (ANRS 12381 PRINCESSE) » (poster), présenté à 24th International AIDS Conference, Montreal. https://programme.aids2022.org/Abstract/Abstract/?abstractid=6713.
    Résumé : BACKGROUND: The ANRS 12381 PRINCESSE study is an interventional single-arm cohort. Participants recruitment started in November 2019. The study aimed to evaluate a comprehensive and community-based care offer among FSWs aged '¥ 18 years in the San Pedro area. METHODS: Care services included quarterly syndromic screening for STIs, as well as vaginal and anal swabs for the screening of chlamydia trachomatis (CT) and neisseria gonorrhoea (NG) by polymerase chain reaction (PCR) at M0, M12 and M24. At the same visits, identification of dysplasias and precancerous lesions of the cervix was performed by visual inspection after applying acetic acid and Lugol's iodine. STIs were managed according to the national algorithm. We describe (i) the characteristics of cervical lesions as well as the prevalence of STIs (syndromic and PCR) and associated symptoms and (ii) the incidence of syndromic STIs during follow-up. RESULTS: In November 2021, 372 FSWs were included. The median age was 29 years, 34% had never been to school, 56% were Ivorian, and the median duration of sex work was 2 years. At inclusion, 4.7% [95% confidence interval: 2.8-7.5] had cervical lesions with 3.5% leukoplakia and 2.2% haemorrhagic cervical junction zone. The prevalence of syndromic STIs was 17.2% [13.0-22.6]; associated clinical signs were vaginal discharge (13.7%), vaginal ulceration (2.1%), lower abdominal pain (4.3%) and cervical inflammation (2.6%). The prevalence of anovaginal CT and NG were 8.7% [6.2- 12.1] and 10.4% [7.6- 13.9], respectively; clinical signs were found in 2.4% of CT-positive and 12.2% of NG-positive FSWs. Most FSWs with syndromic STIs did not have CT or NG infection. During the follow-up, 82 cases of syndromic STIs were observed per 209 person-years, i.e. an incidence of 39.1% [31.1- 49.0]. PCR data at M12 and M24 are being consolidated and will allow estimating the incidence of CT and NG. CONCLUSIONS: A high prevalence and incidence of syndromic STIs were observed among FSWs, highlighting the importance and the interest of a regular follow-up. The results also showed the predominantly asymptomatic nature of STIs discovered by PCR in this at-risk population and, therefore, the importance of coupling syndromic screening and PCR analyses.
  • Nouaman Marcellin, Coffie Patrick, Plazy Mélanie, Becquet Valentine, Agoua Aline, Zebago Clémence, Zonhoulou Dao Hervé, Eholie Serge, Larmarange Joseph et ANRS 12381 PRINCESSE study group (2022) « Prévalence et incidence des infections sexuellement transmissibles dans une cohorte de travailleuses du sexe à San Pedro, Côte d’Ivoire (Projet ANRS 12381 Princesse) » (communication orale #CO5.3), présenté à AFRAVIH, Marseille.
    Résumé : Objectifs Estimer la prévalence et l’incidence des infections sexuellement transmissibles (IST) chez des travailleuses du sexe (TS) en Côte d’Ivoire Matériels et Méthodes Le projet ANRS 12381 Princesse est une cohorte interventionnelle mono-bras, dont les inclusions ont débuté le 26/11/2019 visant à évaluer une offre de soins globale et communautaire auprès des TS de ≥ 18 ans dans la région de San Pedro. L’offre de soins comprend un dépistage syndromique trimestriel des IST, ainsi que des prélèvements vaginaux et anaux à la recherche de chlamydia trachomatis (CT) et de neisseria gonorrhée (NG) par polymerase chain reaction (PCR) réalisés à M0, M12 et M24. A ces mêmes visites, la recherche de lésions dysplasiques et/ou précancéreuses du col de l’utérus est effectuée par inspection visuelle après application d’acide acétique et de Lugol. En cas de diagnostic positif, les TS sont prises en charge selon l’algorithme national ou référées en cas de complications. Nous décrivons ici i) les caractéristiques des lésions du col ainsi que la prévalence des IST (syndromiques et par PCR) et des symptômes associés et ii) l’incidence des IST syndromiques au cours du suivi. Résultats Au 27/11 2021, 372 TS étaient incluses. L’âge médian était de 29 ans (Intervalle interquartile (IIQ) : 24 – 35), 125 (33,6%) n’avaient jamais été scolarisées, 210 (56,0%) étaient ivoiriennes et l’ancienneté médiane dans le travail de sexe de 2ans (IIQ= 0 – 5). A l’inclusion, 4,7% [Intervalle de confiance à 95% : 2,8- 7,5] présentaient des lésions du col avec 3,5% de leucoplasies et 2,2% de zone de jonction du col hémorragique. La prévalence des IST syndromiques était de 17,2% [13,0 - 22,6] ; les signes cliniques associés étaient des écoulement vaginaux (13,7%), des ulcérations vaginales (2,1%), des douleurs abdominales basses (4,3%) et l’inflammation du col de l’utérus (2,6%). Les prévalences de CT et de NG ano-vaginales étaient respectivement de 8,7% [6,2- 12,1], et 10.4% [7,6- 13,9] ; la présence de signes cliniques a été retrouvée chez 2,4% des TS diagnostiquée positives au CT et chez 12,2% chez celles positives à NG. La majorité des TS avec une IST syndromique n’avaient pas d’infection à CT ni à NG. Au cours du suivi, 82 cas d’IST syndromiques ont été observés pour 209 personnes-année, soit une incidence de 39,1% [31,1- 49,0]. Les données PCR à M12 et M 24 sont en cours de consolidation et permettront l’estimation des incidences respectives de CT et NG début 2022. Conclusion Cette étude montre une prévalence élevée et une forte incidence des IST syndromiques parmi les TS de la cohorte Princesse, soulignant l’importance et l’intérêt d’un suivi régulier. Les résultats montrent également le caractère majoritairement asymptomatique des IST découvertes par PCR dans cette population à risque, et donc l’importance de coupler le dépistage syndromique et les analyses de PCR.

  • Plazy Mélanie, Nouaman Marcellin, Becquet Valentine, Agoua Aline, Zébago Clémence, Dao Hervé, Coffie Patrick A, Eholié Serge, Larmarange Joseph et ANRS 12381 PRINCESSE study group (2022) « Delays to PrEP initiation among female sex workers in Côte d'Ivoire (ANRS 12381 PRINCESSE project) » (poster), présenté à 24th International AIDS Conference, Montreal. https://programme.aids2022.org/Abstract/Abstract/?abstractid=6824.
    Résumé : BACKGROUND: To describe the delays to initiation of oral pre-exposure prophylaxis (PrEP) among female sex workers (FSW) in Côte d''Ivoire. METHODS: The ANRS 12381 PRINCESSE project is a single-arm interventional cohort aiming to evaluate the implementation of a comprehensive and community-based care offer among FSW aged '¥18 years in the San Pedro region since end-2019, through a mobile clinic operating on 10 prostitution sites (visited every two weeks). PrEP is offered to all HIV-positive FSW after verifying the creatinine level (results valid for one month). We described the time between FSW's interest for PrEP and PrEP initiation (or end of follow-up) among HIV- and hepatitis B virus-negative (HBsAg-) FSW included until end-October 2021. The probability of PrEP initiation since PrEP interest is described through a Kaplan-Meier curve censored on end-November 2021 (an analysis censored at the date of the last visit was also conducted). RESULTS: Of the 362 FSW included in the PRINCESSE cohort, 302 were HIV-/AgHBs-, and for 296 of them, PrEP was presented by medical staff (95.2% at inclusion). In total, 292 FSW expressed PrEP interest, and 192 (65.8%) initiated PrEP: 18 on the same day (the biological test having been performed during a previous visit), 148 during the next visit (median time since interest: 3 weeks [Inter-Quartile Range: 2-6]) and 26 during a subsequent visit (median time: 20 weeks [9-36]). The probability of PrEP initiation after PrEP interest was 39.0% at 1 month and 56.6% at 3 months (censoring on the date of the last visit, these proportions were 50.7% and 74.6%, respectively). Among the 100 FSW who did not initiate PrEP despite expressing interest, 68 were never seen again in the project; 4 declared that they were no longer interested in PrEP (median time since interest: 12 weeks [10-19]), 1 was tested HIV+ (delay of 2 weeks), and 27 were seen >1 month later (their biological tests were no longer valid). CONCLUSIONS: Despite strong PrEP interest among FSW, PrEP initiation remained suboptimal. Barriers to PrEP initiation should be more explored and considered to find appropriate solutions to make PrEP effective among this specific key population.
  • Plazy Mélanie, Nouaman Marcellin, Becquet Valentine, Agoua Aline, Zebago Clémence, Zonhoulou Dao Hervé, Coffie Patrick, Eholie Serge, Larmarange Joseph et ANRS 12381 PRINCESSE Study Team (2022) « Retards et obstacles à l’initiation de la PrEP orale chez les travailleuses du sexe en Côte d’Ivoire (projet ANRS 12381 PRINCESSE) » (poster #PJ181), présenté à AFRAVIH, Marseille.
    Résumé : Objectifs Décrire les retards et obstacles à l’initiation de la prophylaxie pre-exposition (PrEP) orale des travailleuses du sexe (TS) en Côte d’Ivoire. Matériels et Méthodes Le projet ANRS 12381 PRINCESSE est une cohorte interventionnelle mono-bras, dont les inclusions ont débuté le 26/11/2019, qui vise à évaluer la mise en oeuvre d’une offre de soins globale et communautaire auprès des TS de ≥18 ans dans la région de San Pedro. Il s’organise autour d’une clinique mobile se déplaçant sur 10 sites prostitutionnels (chaque site étant visité toutes les deux semaines) et d’une clinique fixe. La PrEP est proposée à toutes les TS VIH- ; l’initiation est possible après vérification du taux de créatinine (déterminé via un bilan biologique ; résultats valables un mois). L’analyse présentée se limite aux TS VIH- et séronégatives au virus de l’hépatite B (AgHBs-) incluses jusqu’au 30/09/21, et décrit ce qu’il s’est passé entre l’intérêt exprimé pour la PrEP et la prescription de la PrEP (ou la fin de suivi). La probabilité d’initiation de la PrEP après avoir exprimé son intérêt est décrite via une courbe de Kaplan-Meier censurée au 23/11/21 (une analyse censurée à la date de dernière visite a aussi été conduite). Résultats Parmi les 362 TS étaient incluses dans la cohorte PRINCESSE, 302 étaient VIH-/AgHBs-. Sur les 296 TS à qui la PrEP a été présentée (95,2% à l’inclusion), 292 se sont déclarées intéressées (99,7% le jour même). Parmi elles, 192 (65,8% des TS intéressées) ont reçu une prescription de PrEP : 18 le jour même de l’intérêt exprimé (le bilan biologique ayant été réalisé lors d’une précédente visite), 148 lors de la visite suivante (délai médian depuis l’intérêt : 3 semaines [Intervalle Inter-Quartile : 2-6]) et 26 lors d’une visite ultérieure (délai médian : 20 semaines [9-36], soit parce qu’elles n’étaient temporairement plus intéressées (n=3), soit parce qu’elles sont revenues tardivement). Au final, la probabilité de prescription de la PrEP après avoir exprimé son intérêt est de 39,0% à 1 mois et de 56,6% à 3 mois (en censurant sur la date de dernière visite, ces proportions sont respectivement de 50,7% et 74,6%). Parmi les 100 TS qui n’ont pas initié la PrEP malgré un intérêt exprimé, 68 n’ont jamais été revues dans le projet ; parmi les 32 TS qui sont revenues à au moins une deuxième visite suivant leur intérêt pour la PrEP, 4 ont déclaré ne plus être intéressées par la PrEP (délai médian depuis l’intérêt : 12 semaines [10-19]), 1 a été dépistée VIH+ (délai de 2 semaines) et 27 sont revenues plus d’un mois après (leur bilan biologique n’était plus valable). Conclusion Malgré un fort intérêt exprimé pour la PrEP, son initiation reste sous-optimale parmi les TS de PRINCESSE. Les premières analyses exploratoires et discussions avec les équipes terrain suggèrent plusieurs obstacles (mobilité des TS, intérêt mal perçu pour la PrEP, lourdeur du suivi, fidélité des sorties de la clinique mobile), et confirment la nécessité de trouver des solutions adaptées pour rendre la PrEP effective chez les TS.
  • Pourette Dolorès (2022) « Etude qualitative des freins et leviers au dépistage du cancer du col de l’utérus à La Réunion » (Communication orale), présenté à Conférence de l'Institut Pasteur de Madagascar, Antananarivo.
  • Pourette Dolorès (2022) « Inégalités d’accès à la prévention du cancer du col de l’utérus à La Réunion » (Communication orale), présenté à AFRAVIH, Marseille.
  • Pourette Dolorès et Cripps Amber (2022) « Maternité, santé reproductive et rapport des femmes au médical à la Réunion » (Communication orale), présenté à Conférence de restitution de la recherche Mater-Covid19, Sainte-Clotilde, La Réunion.
  • Pourette Dolorès, Rakotoarisoa Onintsoa, Louault Marion, Rakotomanana Elliot et Mattern Chiarella (2022) « Vers davantage de care dans la prise en charge du VIH ? Reconfiguration des collaborations entre patient.es, soignant.es, acteur.trices associatifs sous l’effet de la pandémie de Covid-19 à Antananarivo, Madagascar » (Communication orale), présenté à Anthropologie et Covid-19. Etats, expériences et incertitudes en temps de pandémie. Colloque international francophone multisite de l'AMADES, Marseille.
  • Pourette Dolorès, Rakotoarisoa Onintsoa, Louault Marion, Rakotomanana Elliot et Mattern Chiarella (2022) « Effets de la crise Covid-19 sur le rapport aux soins des personnes vivant avec le VIH à Antananarivo, Madagascar : entre ruptures de suivi et renforcement de la confiance envers les traitements et les soignants » (Poster PJ331), présenté à AFRAVIH, Marseille.
  • Sambou Césarine, Pourette Dolorès, DeBeaudrap Pierre, Raho-Moussa Mariem et Allavena Clotilde (2022) « «Avec le VIH, on ne parle pas de nos problèmes de santé » : secret et polypathologie chez les personnes vivant avec le VIH âgées de 70 ans et plus » (Poster PV332), présenté à AFRAVIH, Marseille.

  • Silhol Romain, Maheu-Giroux Mathieu, Soni Nirali, Simo Fotso Arlette, Rouveau Nicolas, Vautier Anthony, Doumenc-Aïdara Clémence, N'Guessan Kouakou, Mukandavire Christinah, Vickerman Peter, Keita Abdelaye, Ndour Cheikh Tidiane, Larmarange Joseph, Boily Marie Claude et ATLAS Team (2022) « Identifying population-specific HIV diagnosis gaps in Western Africa and assessing their impact on new infections: a modelling analysis for Côte d'Ivoire, Mali and Senegal » (poster), présenté à 24th International AIDS Conference, Montreal. https://programme.aids2022.org/Abstract/Abstract/?abstractid=4243.
    Résumé : BACKGROUND: Progress towards HIV elimination in Western Africa may be hindered by diagnosis gaps among people living with HIV (PLHIV), especially among key populations (KP) such as female sex workers (FSW), their clients, and men who have sex with men (MSM). We aimed to identify largest gaps in diagnosis by risk group in Mali, Côte d'Ivoire, and Senegal, and project their contribution to new HIV infections. METHODS: Deterministic models of HIV transmission/diagnosis/treatment that incorporate HIV transmission among KP were parameterized following comprehensive country-specific reviews of demographic, behavioural, HIV and intervention data. The model was calibrated to country- and group-specific empirical outcomes such as HIV incidence/prevalence, the fractions of PLHIV ever tested, diagnosed, and on treatment. We estimated the distribution of undiagnosed PLHIV by risk group in 2020 and the population-attributable-fractions (tPAFs) (i.e. fraction of new primary and secondary HIV infections 2020-2029 originating from risk groups of undiagnosed PLHIV). RESULTS: From 46% (95% UI: 38-58) to 69% (59-79) of undiagnosed PLHIV in 2020 were males, with the lowest proportion in Mali and the highest proportion in Senegal, where 41% (28-59) of undiagnosed PLHIV were MSM. Undiagnosed men are estimated to contribute most new HIV infections occurring over 2020-2029 (Table). Undiagnosed FSW and their clients contribute substantial proportions of new HIV infections in Mali, with tPAF=20% (10-36) and tPAF=43% (26-56), respectively, while undiagnosed MSM in Senegal are estimated to contribute half of new infections. A lower proportion of new HIV infections are transmitted by undiagnosed KP in Côte d'Ivoire (tPAF=21%(10-38)). CONCLUSIONS: Current HIV testing services and approaches are leaving members of KP behind. Increasing the availability of confidential HIV testing modalities in addition to traditional tests may substantially reduce gaps in HIV diagnosis and accelerate the decrease of new HIV infections in Western Africa since half of them could be transmitted by undiagnosed KP.
  • Simo Fotso Arlette, Johnson Cheryl, Vautier Anthony, Kouame Konan Blaise, Diop Papa Moussa, Doumenc Aïdara Clémence, Baggaley Rachel, Ehui Eboi, Larmarange Joseph et équipe ATLAS (2022) « Mesure de l’impact populationnel de l’auto-dépistage du VIH par la triangulation de données programmatiques de routine : Exemple du projet ATLAS en Côte d’Ivoire » (poster #PV164), présenté à AFRAVIH, Marseille.
    Résumé : Objectifs L’auto-dépistage du VIH (ADVIH) est recommandé comme stratégie de dépistage par l’OMS. Il a pour avantage de permettre aux personnes de réaliser elles-mêmes leur test et de garantir la discrétion et confidentialité, permettant de toucher des populations non testées et difficiles à atteindre. Cependant, son caractère confidentiel et l'approche de distribution via les réseaux (ciblant les population clés et leurs proches et partenaires) rendent difficile l'estimation de l’impact de l’ADVIH au niveau populationnel. Cette étude propose un moyen de surmonter ce défi et utilise des données programmatiques de routine pour estimer indirectement les impacts du projet ATLAS sur l'accès au dépistage du VIH, le dépistage du VIH conventionnel (c'est-à-dire autre que l’ADVIH), les nouveaux diagnostics du VIH et l’initiation de traitement antirétroviral (TAR) en Côte d'Ivoire. Matériels et Méthodes Les données sur le nombre de kits d’ADVIH distribués par ATLAS proviennent des rapports des partenaires de mise en oeuvre entre le troisième trimestre (T3) de 2019 et le T1 2021. Nous utilisons également les indicateurs de routine du PEPFAR agrégées par districts sanitaires et par trimestre. Les analyses se font par une régression de séries chronologiques écologiques à l'aide de modèles mixtes linéaires. Résultats Entre T3 2019 et T1 2021, 99353 kits d’ADVIH ont été distribués par ATLAS dans les 78 districts sanitaires inclus dans l'analyse. Les résultats (tableau 1) montrent un effet négatif mais non significatif sur le volume de tests conventionnels (-195) ce qui traduirait une légère substitution entre ADVIH et test conventionnel. Malgré cela l’effet net est positif sur l’accès au dépistage : pour 1000 ADVIH distribués via ATLAS, 589 personnes supplémentaires ont eu accès au dépistage du VIH avec l’hypothèse d’un taux d'utilisation d’ADVIH (TU) de 80 % et 393 avec une hypothèse de 60%. L'effet de l’ADVIH sur le diagnostic du VIH était significatif et positif (8). Pas d’effet significatif observé sur l’initiation TAR (-2). Conclusion Nos résultats mettent en évidence qu'une stratégie de distribution de l’ADVIH basée sur les réseaux ciblant les population clés et leurs proches et partenaires augmentent l’accès au dépistage du VIH et améliore le diagnostic. La méthodologie utilisée dans cet article pourrait être reproduite dans différents contextes pour l'évaluation des programmes d’ADVIH, sans nécessité de systèmes de collecte additionnels.

  • Simo Fotso Arlette, Johnson Cheryl, Vautier Anthony, Kouamé Konan Blaise, Diop Papa Moussa, Silhol Romain, Maheu-Giroux Mathieu, Boily Marie-Claude, Rouveau Nicolas, Doumenc-Aïdara Clémence, Baggaley Rachel, Ehui Eboi, Larmarange Joseph et ATLAS Team (2022) « Estimating the impact of HIV self-testing on HIV testing services, diagnoses, and treatment initiation at the population-level with routine data: the example of the ATLAS program in Côte d'Ivoire » (poster), présenté à 24th International AIDS Conference, Montreal. https://programme.aids2022.org/Abstract/Abstract/?abstractid=5409.
    Résumé : BACKGROUND: HIV self-testing (HIVST) is a critical testing approach particularly for reaching those at HIV risk who are hesitant or unable to access existing services. While the discreet and flexible nature of HIVST is appealing to users, these features can limit the ability for programmes to monitor and estimate the population-level impacts of HIVST implementation. This study triangulates publicly available routine programme data from Côte d'Ivoire in order estimate the effects of HIVST distribution on access to testing, conventional testing (self-testing excluded), HIV diagnoses, and antiretroviral treatment (ART) initiations. METHODS: We used quarterly programmatic data (Q3-2019 to Q1-2021) from ATLAS, a project that aims to promote and implement network-based HIVST distribution in West Africa, in addition to routine HIV testing services program data obtained from the PEPFAR dashboard. We performed ecological time series regression using linear mixed-models. RESULTS: Between Q3-2019 and Q1-2021, 99,353 HIVST kits were distributed by ATLAS in 78 health districts included in the analysis. The results (Table 1) show a negative but non-significant effect of the number of ATLAS HIVST on the volume of conventional tests (-190), suggesting the possibility of a slight substitution effect. Despite this, the the beneficial effect on access to testing is significant: for each 1000 HIVST distributed via ATLAS, 390 to 590 additional HIV tests were performed if 60% to 80% of HIVST are used . The effect of HIVST on HIV diagnosis was significant and positive, with 8 additional diagnoses per 1,000 HIVST distributed. No effect of HIVST was observed on ART initiations. CONCLUSIONS: Our study provides a standard methodology for estimating the population-level impact of HIVST that can be used across countries. It shows that HIVST distribution was associated with increased access to HIV testing and diagnosis in Côte d'Ivoire. Wide-scale adoption of this method will improve HIVST data quality and inform evidence-based programming.

  • Stannah James, Flores Anato Jorge Luis, Mitchell Kate M, Larmarange Joseph, Maheu-Giroux Mathieu et Boily Marie‐Claude (2022) « Improving our understanding of how structural determinants impact HIV epidemics: a scoping review of dynamic models to guide future research » (poster), présenté à 24th International AIDS Conference, Montreal. https://programme.aids2022.org/Abstract/Abstract/?abstractid=6564.
    Résumé : BACKGROUND: Dynamic models of HIV transmission have proven valuable tools for informing HIV prevention strategies. Including structural determinants in models is crucial to estimate their population-level impacts on HIV transmission and inform efforts towards HIV elimination. However, this is challenging due to a lack of coherent conceptual frameworks, limited understanding of their specific causal pathways, and few empirical estimates of their impacts on downstream mediators. METHODS: With the overarching aim to improve models, we conducted a scoping review of studies that used dynamic HIV transmission models to evaluate the impact of structural determinants. From included studies, we extracted information on the types of structural determinants and methods used to model their impacts on HIV transmission. We appraised studies on how they conceptualized structural exposures and represented their causal relationships over time within models. RESULTS: We identified 9 dynamic transmission modelling studies that incorporated structural determinants of HIV, including violence (N=3), incarceration (N=2), stigma (N=2), housing instability (N=2), migration (N=1), and education (N=1). Only one study modelled multiple determinants simultaneously. In most models, structural determinants were conceptualized using current, recent, non-recent and/or lifetime exposure categories. Modelled structural determinants largely impacted HIV transmission through mediated effects on one or more proximate risk factors, including sharing injection equipment, condom use, number of partners, and access to treatment. However, causal pathways were simplistic, with few mediators and/or lack of clear empirical justification. To measure impact, most studies simply assumed the elimination of structural determinants in counterfactual comparison scenarios. Few models included long-term and/or delayed effects of past, recurrent, or acute exposure, potentially overestimating impacts of determinants. CONCLUSIONS: Despite the importance of structural determinants for HIV prevention, methods for including them in dynamic HIV transmission models remain insufficient. Few studies have attempted to incorporate structural determinants in HIV models, and methods vary considerably. To improve inferences, models should adopt precise exposure definitions, deconstruct and estimate their complex causal pathways, and translate them into their mechanistic components. The need for development of coherent frameworks to conceptualize the synergistic interplay between strengthened empirical data analysis and the inclusion of structural determinants in dynamic models is pressing.
  • Traore Métogara Mohamed, Badiane Kéba, Vautier Anthony, Simo Fotso Arlette, Kabemba Odé Kanku, Rouveau Nicolas, Maheu-Giroux Mathieu, Boilly Marie-Claude, Larmarange Joseph, Terris-Prestholt Fern, d'Elbée Marc et équipe ATLAS (2022) « Coûts unitaires de l’autodépistage et du dépistage classique du VIH dans les centres de santé publics et communautaires en Côte d’Ivoire, au Mali et au Sénégal » (poster #PJ165), présenté à AFRAVIH, Marseille.
    Résumé : Objectifs L’atteinte des « trois 95 » de l’ONUSIDA a induit l’adoption de stratégies de dépistage VIH innovantes en Afrique de l’Ouest. Le projet ATLAS déploie l’autodépistage du VIH (ADVIH) en Côte d'Ivoire (CI), au Mali (ML) et au Sénégal (SN) en stratégie avancée et fixe (Figure 1). Les stratégies fixes sont mises en oeuvre dans (i) des structures de santé fixes pour le dépistage des partenaires de personnes vivant avec le VIH (Index), et pour celui des patients ayant une Infection Sexuellement Transmissible (IST) et leurs partenaires, et (ii) dans des cliniques communautaires à destination des hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH), des travailleuses du sexe (TS) et des personnes usagères de drogues (UD). Cette étude a pour objectif d’estimer les coûts unitaires des stratégies fixes ADVIH et celui des tests de diagnostic rapide (TDR). Matériels et Méthodes L’évaluation des coûts de dispensation des ADVIH a porté sur 37 (CI=16 ; ML=11 ; SN=10) centres de santé publics et communautaires entre 2019 et 2021 suivant la perspective du fournisseur. Nous avons combiné une analyse de rapports financiers avec celle d’une collecte de coûts dans les centres complétés par des observations de sessions de dispensation ADVIH et de dépistage VIH, en excluant les coûts centraux. Résultats Au total, 16001 kits d’ADVIH (CI=9306 ; ML=3973 ; SN=2722) ont été dispensés pour 32194 TDR réalisés (CI=8213; ML=3612; SN=20369). Les coûts unitaires moyens de l’ADVIH étaient compris entre 4$ et $8 pour la Côte d’Ivoire et le Sénégal (Tableau 1). Ces coûts étaient plus élevés au Mali, entre 7$ et 26$, liés à des coûts de personnels élevés (management/administration et agents dispensateurs HSH), ainsi que de faibles volumes de kits ADVIH dispensés pour certains canaux. En Côte d'Ivoire et au Sénégal, les coûts moyens du dépistage avec TDR ont été estimés dans l’ensemble des canaux à environ 4$ par personne testée (coûts non estimés au Mali). Conclusion Dans les trois pays, les coûts moyens d’introduction des ADVIH en stratégies fixes à faible volume étaient légèrement plus élevés que ceux des TDR. L’ADVIH peut diversifier l’offre de service de dépistage au niveau des structures fixes, améliorant ainsi l’accès au dépistage des populations cibles non-atteintes par les services TDR.
  • Zonhoulou Dao Hervé, Agoua Aline, Zebago Clémence, Nouaman Marcellin, Coffie Patrick, Plazy Mélanie, Becquet Valentine, Larmarange Joseph et ANRS 12381 PRINCESSE study team (2022) « Défis de la prise en charge des condylomes acuminés en stratégie avancée dans une cohorte de travailleuses du sexe en Côte d’Ivoire : leçons apprises dans la cohorte ANRS 12381 Princesse » (communication orale (poster discuté #PJ101), présenté à AFRAVIH, Marseille.
    Résumé : Objectifs Les condylomes acuminés résultent d’une infection du papillomavirus humain et peuvent évoluer vers des formes graves comme des cancers. Du fait de leurs pratiques, les travailleuses du sexe (TS) y sont particulièrement exposées. Nous décrivons ici les défis d’une prise en charge des condylomes en stratégie avancée. Matériels et Méthodes Le projet Princesse est une cohorte interventionnelle avec une offre de soins élargies en santé sexuelle, incluant un dépistage et une prise en charge des infections sexuellement transmissibles (IST), pour des TS de ≥ 18 ans dans la région de San Pedro, Côte d’Ivoire. Un suivi trimestriel est proposé, disponible à la fois sur sites prostitutionnels via une clinique mobile et à la clinique fixe d’Aprosam à San Pedro. Résultats Sur 381 TS suivies entre 11/2019 et 11/2020, 11 présentaient des condylomes à l’inclusion ou lors d’une visite de suivi. Dix présentaient des condylomes très développés (multiples, volumineux, kératosiques). Toutes présentaient des condylomes au niveau pubien et vaginal. Deux TS présentaient en plus des condylomes anaux. L’âge des patientes variait entre 19 et 42 ans. L’ancienneté dans le travail du sexe était variable (entre 1 et 17 ans), mais la majorité (10) travaillait dans des maisons closes, signe d’un nombre élevé de clients. Une participante a été vue en clinique fixe. Elle a bénéficié d’un traitement local à base de podophyllotoxine pour éviter de multiples cicatrices, suivi d’une cryothérapie. Les dix autres cas ont été diagnostiqués en clinique mobile qui, pour des raisons logistiques, ne dispose pas d’un appareil de cryothérapie. Les participantes vues en cliniques mobiles ont été référées vers la clinique fixe pour une prise en charge adéquate. À ce jour, aucune ne s’y est encore présentée, malgré des relances et le constat d’une extension du nombre de condylomes lors de visites de suivi. La clinique mobile disposant d’un appareil portatif de thermoablation pour la prise en charge des dysplasies du col (un dépistage annuel étant inclus), une thermoablation des condylomes a été essayée chez 6 TS pour lesquelles les condylomes étaient de bonne taille. En effet, si les condylomes sont plus petits que la sonde d’ablation, il y a un risque d’abimer des tissus sains. Aucun effet n’a été constaté immédiatement après la pose de la sonde, ni au cours des visites de suivi. Une TS s’est plainte de douleurs et de brûlures persistantes au bout de deux semaines. Conclusion Les TS sont exposées aux condylomes ano-génitaux et le diagnostic survient à un stade avancé. C’est une population difficile à engager dans les soins et le référencement vers une clinique fixe ne fonctionne pas. Une solution de prise en charge sur site est donc essentielle. Les appareils de cryothérapie sont peu adaptés pour un camion mobile. La thermoablation ne fonctionne pas sur les condylomes. L’arrivée d’appareil portatif d’électrocoagulation pourrait être une solution. Elle sera testée en 2022 dans Princesse.
--- Exporter la sélection au format