Publications des membres du Ceped

2021



  • Alom Bartrolí Montserrat et Arvanitis Rigas (2021) « Le financement de la recherche dans les pays non-hégémoniques : coopération internationale et compétence nationale », L’éducation en débats : analyse comparée, 10 (2) (février 11), p. 304-320. DOI : 10.51186/journals/ed.2020.10-2.e353. https://oap.unige.ch/journals/ed/article/view/353.
    Résumé : La recherche scientifique est aujourd’hui une activité mondialisée qui s’effectue en réseau, autour d’objets ou de questions largement financés par des organismes internationaux, nationaux, aussi bien publics que privés. Si les partenariats des coopérations scientifiques se sont démultipliés, le mode projet, lui, s’est imposé comme mode de financement de la recherche par excellence. Cette nouvelle configuration par rapport à celle de la science du XXème siècle pose des questions sur les modalités de mise en œuvre de la coopération scientifique internationale, qui, de par sa complexité, ne peut pas se résumer à une question d’accès à des ressources financières ni de connexion à des réseaux scientifiques internationaux. Ainsi, en nous appuyant sur une enquête de terrain, la théorie de l’Acteur-réseau nous permet de montrer que la participation à des projets de recherche pour le développement collaboratifs, soutenus par des financements internationaux, passe nécessairement par la construction et/ou la consolidation d’une compétence nationale. Nous discutons, en même temps, dans quelle mesure les agences qui soutiennent la recherche pour le développement contribuent à renforcer les investissements réalisés par les pays non-hégémoniques sur le plan local tout en consolidant leur positionnement à l’international.
    Mots-clés : COOPERATION INTERNATIONALE, DEVELOPPEMENT, FINANCEMENT DE LA RECHERCHE, RECHERCHE SCIENTIFIQUE.


  • Arvanitis, Rigas (2021) « La perte de l’unité. Note introductive de l’article de Bernstein et Hooper », Revue d'Anthropologie des Connaissances, 15 (1). DOI : 10.4000/rac.19848. https://doi.org/10.4000/rac.19848.
    Résumé : Introduire un texte polémique, une parodie d’une exceptionnelle vigueur, est difficile. Il permet de resituer un auteur peu connu en Europe, théoricien de l’hypertexte et designer d’applications pour écrire et publier des hypertextes

2020

2019


  • Arvanitis Rigas et Hanafi Sari (2019) « Research policy in Arab countries: International cooperation, competitive calls, and career incentives », in The Transformation of Research in the South: policies and outcomes, éd. par Rigas Arvanitis et David O’Brien, Paris : Archives Contemporaines & IRD, p. 7-12. ISBN : 978-2-8130-0303-4.
    Résumé : Context : Arab countries have underinvested in science and technology, and as a consequence have scientific communities and institutions that underperform in terms of scientific production and broader societal application. Against this historical backdrop, there have been recent reforms across the region in the creation of new research-funding agencies and how they fund research. This paper seeks to understand the scope of these policy changes, their causes, and consequences. In recent years, Arab countries have modified their policy frameworks. From Morocco to Qatar, countries have identified national research priorities, with more or less dedication, and introduced some important changes in how public funding for research is allocated. An important driver of these changes has been the growing European influence in promoting scientific collaboration. In the development of funding various Arab-European funding schemes, Arab countries have had to prioritize scientific domains, and adopt new principles for how research is funded and conducted. Whereas Arab research-funding agencies had relied on block funding to universities and public research organizations to support research, the newly created agencies introduced new processes. Instead of transfers to research institutions, a significant percentage of the new funding was targeted through open competitions, assessed by peer review, and meritorious proposals funded individual research grants led by identified researchers. The transparency of the process and the identification of researchers and topics was a significant departure from prevailing practices and widely welcomed by researchers. Within this general trend, there are distinctions between Maghreb and Mashreq countries, owing in part to the legacy of French and Anglo-American approaches to research governance. …
    Mots-clés : DEVELOPPEMENT DURABLE, FINANCEMENT, INNOVATION, PAYS ARABES, POLITIQUE DE RECHERCHE, RECHERCHE, SUD, SYSTEME DE RECHERCHE, UNIVERSITES.
    Note Note
    The following values have no corresponding Zotero field:<br/>label: Chapitre CH<br/>electronic-resource-num: 10.17184/eac.2093

  • Arvanitis Rigas et Mouton Johann (2019) Observing and Funding African Research, Working Papers du CEPED (43), Paris : Ceped, 34 p. https://www.ceped.org/wp.
    Résumé : This document presents an overview of (recent) historical as well as current trends in scientific production in Africa. This review clearly shows that there has been a reversal of trends in scientific production that started around the turn of the millennium. Whereas African science was on the decline during the last two decades of the previous millennium, there is now abundant evidence that scientific output is increasing, that Africa’s share of world scientific papers has grown significantly and that inter-national research collaboration has increased substantially. These changes are occurring at the same time as international funding of research in Africa is increasing - especially in the fields of health, environmental sciences and some aspects of agricul-tural sciences. Our analysis of these trends, however, also shows that there remain areas of concern and challenge, viz. the low investment by African governments themselves in (public) Research and Development (R&D) and thus the continued reliance by many countries and universities on foreign funding. We highlight some of the structural effects the various new funding arrangements have had on scientific research in Africa. We point to three already visible effects: (1) the absolute need to involve national institutions in any new funding landscape; (2) the effects on governance arrangements amidst the increasing complexity of multi-lateral, multi-actor funding frameworks; and (3) the yet largely unknown effects that funding configurations may have on the careers of scientists (especially young scientists) on the continent. We then discuss three structural constraints of research in Africa: (1) the essential role of universities as the main loci for re-search in Africa; (2) the challenge about investing in research activities in order to promote excellent research; (3) the priority to address the challenges related to employment and the circulation of scientists (in the wake of decades of emigrations of scien-tists and highly skilled workers). We conclude with a summary overview of the political economy of research in Africa today. We remind the reader of the posi-tive trends in the ‘rise’ of African science, but at the same time make some cautionary notes about the remaining challenges.

  • Arvanitis Rigas et O’Brien David (2019) The Transformation of Research in the South: policies and outcomes, Paris : Archives Contemporaines & IRD. ISBN : 978-2-8130-0303-4.
    Résumé : Profound transformations are affecting the research systems around the world. We witness the emergence of new or restructured organizations to steer public research or promote innovation, new programmatic directions within these organizations, increased funding dedicated to research in academic settings, and new domestic and international partnerships and collaborations. A multiplicity of organizations and funding sources have appeared, creating a complex web where resources circulate along with knowledge in ways that are reshaping research systems in the South. This book gathers a large sample of these changes presented during a symposium organized by IDRC, IRD, IFRIS, and OECD, seeking to better understand their institutional, political and economic drivers. These cases document the building of scientific capacity and the broader use of results from scientific research and presents lessons for public policy. A large variety of case studies of specific research organizations and comparative analysis of the wider research system are presented in Asia, Africa, and Latin America.
    Mots-clés : AFRIQUE, AFRIQUE DU SUD, AFRIQUE SUB-SAHARIENNE, AMERIQUE LATINE, ARGENTINE, ASIE, BOLIVIE, BRESIL, CHILI, COLOMBIE, DEVELOPPEMENT DURABLE, INDE, INNOVATION, PARAGUAY, PAYS ARABES, PEROU, POLITIQUE DE RECHERCHE, RECHERCHE, SUD, SYSTEME DE RECHERCHE, UNIVERSITES, VIETNAM.
    Note Note
    The following values have no corresponding Zotero field:<br/>label: Direction d'ouvrage DO<br/>electronic-resource-num: 10.17184/eac.9782813003034
  • Pirela Arnoldo et Arvanitis Rigas (2019) « De la circulation cosmopolite à l’émigration forcée : expérience d’un chercheur vénézuélien », Monde Commun, sect., 3.

2018


  • Arvanitis Rigas, Hanafi Sari et Gaillard Jacques (2018) « L'internationalisation de la recherche au Liban : choix ou contrainte ? », in Les ancrages nationaux de la science mondiale, XVIIIe-XXIe siècles, EAC ; IRD, p. 391–422. ISBN : 978-2-7099-2428-3.


  • Currie-Alder Bruce, Arvanitis Rigas et Hanafi Sari (2018) « Research in Arabic-speaking countries: Funding competitions, international collaboration, and career incentives », Science and Public Policy, 45 (1) (février 1), p. 74-82. DOI : 10.1093/scipol/scx048. https://academic.oup.com/spp/article/45/1/74/4107903.
    Résumé : Morocco, Tunisia, Egypt, Lebanon, Jordan, and Qatar expanded research funds over the past two decades. The use of competitive calls required researchers to prepare and submit proposals for team-based projects or time-limited research units. Identification of national priorities and societal challenges sought to rally research toward real-world problems, while larger grants encouraged a wider range of research activities and greater levels of ambition. Yet, the incentives within hiring organizations still determine how researchers allocate their time and effort, including whether they even seek external funding or collaboration. Selection and evaluation criteria privileged collabor- ation with distant, scientifically proficient partners abroad, in order to connect with global networks and rise in international rankings of academic quality. Moving forward, countries need to consider how funding opportunities shape the size and organization of distinct research efforts, and which arrangements are best suited to making meaningful progress on different problems of societal and scientific interest.

  • Oulion Marina et Arvanitis Rigas (2018) « Le système de recherche chinois : entre la politique planifiée du développement et le marché », in Les ancrages nationaux de la science mondiale, XVIIIe-XXIe siècles, EAC ; IRD, p. 181–197. ISBN : 978-2-7099-2428-3.

2017

  • Arvanitis Rigas (2017) Trends and Scenarios for Observatories Networking (Report for Medspring Deliverable D8.9), Rapport final, projet Européen MEDSPRING (D8.9), France : IRD.
    Résumé : This report is based on analysis that was developed under Work Package 8 of the MEDSPRING project « Policy, societal challenges and cooperation observatory ». After having identified a number of Euro-Mediterranean thematic observatories, mainly in the environmental domains, it was decided to organise a survey providing a comprehensive analysis of their functionalities, objectives and scope. The aim was both to understand the observatories’ needs and roles in the regional Euro-Mediterranean cooperation on research and innovation and to examine the possibility to establish synergies between these and other actors of research cooperation in the Euro-Mediterranean (see deliverables D8.1 end D8.2). The results of the catalogue of observatories and survey were presented and discussed in workshops organized in Paris, Beirut and Marseille, and in various opportunities offered by the MedSpring project. After examining the resulted yielded in these exchanges, it has been decided to focus on Water, in order to examine the issues raised in various opportunities by the Medspring project: what are the linkages between environmental issues, food security and energy? What should be the best way to tackle these issues? What is the role of environmental observatories? What are the needs of these observatories? This permitted to organize the discussion in a meeting in Marseille where representatives from various observatories discussed these issues on the specific case of water. As a result, a typology of observatories was established and proposed to discussion. To further our knowledge about these structures, some additional interviews were conducted and a one week fieldwork in Tunisia permitted to visit a series of cases. This report is based on all these results and presents some major trends we have observed and present some proposals to be be discussed by the European Commission and Mediterranean partner countries.
    Mots-clés : environment, observatoire, POLITIQUE DE LA RECHERCHE.

2016

  • Arvanitis Rigas (2016) « Research, innovation and the transformation of research systems in the South » (communication orale), présenté à Promoting innovation in developing countries: universities and other institutions, Manchester: Innovation Institute, Chancelors Conference Centre.
    Mots-clés : COLLABORATIONS INTERNATIONALES, COOPERATION INTERNATIONALE, LIBAN, MEDITERRANEE, POLITIQUE DE RECHERCHE, recherche.
  • Arvanitis Rigas (2016) « Hegemonies in a globalized science system » (communication orale), présenté à International Research Conference on Scientometrics, STI Policy and Science Communication, Stellebosh.
    Mots-clés : COLLABORATIONS INTERNATIONALES, COOPERATION INTERNATIONALE, POLITIQUE DE RECHERCHE, recherche, RESEAUX DE RECHERCHE.

  • Arvanitis Rigas (2016) « The policy instruments of hegemonic rule » (Communication orale), présenté à 4S/EASST Conference, Barcelona, Spain. file://localhost/Users/rigasarvanitisv0/Dropbox/Articles/2016_Rigas-sts2016bcn.pptx.
    Résumé : Abstract: Losego and Arvanitis (2008) have proposed that non-hegemonic countries can be defined by the fact they have little opportunity to modify the worldwide research agenda. This presentation would like to examine the instruments of hegemony, beyond financial power. I suggest that, although the main instrument is still financial, given the complexity of the new international environment, funding becomes both an instrument and a negotiation arena. Additionally, other instruments (databases, language policy, publication policies, instrumentation) seem to guarantee the distance between core and periphery. I re-examine also what has been named 'southern theory' (Connell) and build on the work of some 'younger' contributors to this particular subject (W. Keim, P. Kreimer, F. Beigel, S. Hanafi, L. Cabane, J. Tantchou) rather than the 'post-colonial' (Alatas, Houtoundji, Chakrabarti). In this way, we assist to the recent formation of a new way in thinking about future evolution of globalized science. This particular strand is not entirely born out from STS field and stresses new avenues for research that had been marginalized but become very central in international debates about research.
    Mots-clés : COLLABORATIONS INTERNATIONALES, COOPERATION INTERNATIONALE, POLITIQUE DE RECHERCHE, recherche, RESEAUX DE RECHERCHE.
  • Arvanitis Rigas (2016) « Scientific collaborations not measured by co-authorship » (communication orale (Inivited oral communication at the round-table), présenté à Science, Technology Innovation Indicators Conference - STI 2016, Valencia (Spain).
    Mots-clés : BIBLIOMETRIE, COLLABORATIONS INTERNATIONALES, COOPERATION INTERNATIONALE, POLITIQUE DE RECHERCHE, recherche.
  • Arvanitis Rigas (2016) « La transformation des systèmes de recherche dans les pays arabes : quelles orientations et perspectives ? », présenté à Séminaire Autour du vingt, Bondy.
    Résumé : Depuis quelques années, dans les pays du Maghreb ainsi que l’Egypte et le Machreq, nous assistons à la mise en place de nouvelles agences nationales de financement de la recherche en relative autonomie par rapport aux ministères et aux universités. Les montants en jeu sont importants, les mécanismes de financement sont nouveaux dans le contexte de ces pays, l’accueil par les chercheurs est très positif. Pourtant, on peut se demander si ces agences sont un changement en profondeur ou s’il s’agit là de mesures passagères. On doit aussi se demander si les modes de financement sont véritablement adaptés et s’ils participent de la structuration de la recherche dans ces pays. Ces questions ne sont pas spécifiques aux pays arabes, loin s’en faut, mais nous intéressent directement –nous, personnels de l’IRD– car elles ont des répercussions sur les formes des collaborations scientifiques.
    Mots-clés : COLLABORATIONS INTERNATIONALES, COOPERATION INTERNATIONALE, MEDITERRANEE, ODYSCE, POLITIQUE DE RECHERCHE, recherche.

  • Arvanitis Rigas (2016) « Recherche et collaborations scientifiques dans le monde arabe » (Communication orale), présenté à Recherche et collaborations scientifiques dans le monde arabe. Conférence inaugurale des Journées franco-libanaises sur la recherche et l'enseignement supérieur, Beyrouth. e://localhost/Users/rigasarvanitisv0/Dropbox/Articles/2016%2002%2002%20COOPE%20FRANCE%20BEYROUTH.pptx.
    Mots-clés : COLLABORATIONS INTERNATIONALES, COOPERATION INTERNATIONALE, LIBAN, MEDITERRANEE, POLITIQUE DE RECHERCHE, recherche.
  • Arvanitis Rigas et Hanafi Sari (2016) « Research Administration in the Middle East: Research Collaborations in the Arab Countries », NCURA Magazine, May/June 2016, p. 48-51.
    Mots-clés : arabes, LIBAN, PAYS ARABES.
  • Arvanitis Rigas, Hanafi Sari et Currie-Alder Bruce (2016) « Research policy in Arab countries: international cooperation, competitive calls, and career incentives » (Communication orale), présenté à International Conference:  The Transformation of Research in the South: policies and outcomes, Paris.
    Mots-clés : COLLABORATIONS INTERNATIONALES, COOPERATION INTERNATIONALE, LIBAN, MEDITERRANEE, POLITIQUE DE RECHERCHE, recherche.

  • Hadri Walid, Arvanitis Rigas et M'henni Hatem (2016) « Determinants of innovation activities in small and open economies: the Lebanese business sector », Journal of Innovation Economics and Management, 2016/3 (1), p. 77-107. http://www.cairn.info/revue-journal-of-innovation-economics-2016-3-page-77.htm.
    Mots-clés : APPRENTISSAGE, COOPERATION, DEVELOPPEMENT, ECONOMETRIE, ENQUETE, ENQUETE INNOVATION, ENQUETES, ESTIME, Europe, INDICATEURS SCIENCE ET TECHNOLOGIE, INDUSTRIALISATION, INNOVATION, LIBAN, MEDITERRANEE, MENA, MIRA, PAYS ARABES, PAYS MEDITERRANEENS, POLITIQUE DE RECHERCHE, POLITIQUE S&T, REGIONS, SECTEUR, SYSTEME NATIONAL D'INNOVATION, TECHNOLOGIE, Tunisie, UE.

  • Hanafi Sari et Arvanitis Rigas (2016) La recherche arabe et la société de la connaissance : nouvelle approche critique, Beyrouth : Centre for Arab Unity Studies, 400 p. ISBN : 9789953827.
    Résumé : L'ouvrage [en arabe] examine les politiques de la recherche dans le monde arabe, les pratiques notamment de publication et de reconnaissance de la valeur de la recherche et détaille les effets de la mondialisation de la recherche dans ces pays. L'injonction à rejoindre l'économie de la connaissance concerne tous les pays non-hégémoniques mais est particulièrement forte et fréquente dans les pays arabes ; plusieurs pays tentent d'y répondre sans toutefois porter une grande attention aux institutions de recherche. Le paysage institutionnel des pays arabes en matière de recherche reste assez fragmenté, comme le montre cette analyse qui porte à la fois sur les systèmes nationaux de recherche au travers d'exemples particuliers, notamment au Liban et en Jordanie, ainsi que dans les sciences sociales. La première partie du livre effectue notamment une comparaison des principaux indicateurs sur la recherche, les modes de publication des chercheurs au moyen d'une analyse des publications, l'examen des politiques de collaboration scientifique, l'analyse de l'institutionnalisation de la recherche au Liban. La seconde partie se concentre sur les sciences sociale ainsi que des questions transversales comme la marginalisation de la langue arabe, les publications en sciences sociales dans le monde arabe en prenant appui sur l'exemple d'une revue de sociologie (Idafat), ou encore les publications des chercheurs dans les quotidiens ou la production d'articles scientifiques sur la question des révolutions arabes. Le livre se veut un plaidoyer pour un renouvellement des politiques de recherche dans les pays arabes, et le livre passe en revues les cadres de décision des politiques actuelles et les grandes lignes de ce que pourrait être ce renouvellement. Il se veut aussi un plaidoyer pour une plus grande liberté pour la recherche. Car il ressort de ce travail que l'aspect le plus inquiétant est le manque de liberté dans la recherche, l'autoritarisme se traduisant par un découragement des chercheurs que renforce, paradoxalement, l'injonction de reconnaissance au niveau international et la façon dont les universités effectuent les évaluations pour la promotion de la recherche.

  • Hanafi Sari et Arvanitis Rigas (2016) Knowledge production in the Arab world : the impossible promise, New York : Routledge, 360 p. (Routledge Advances in Middle East and Islamic Studies). ISBN : 9781138948.
    Résumé : Cet ouvrage étudie les politiques et certaines pratiques de la recherche dans le monde arabe pour saisir les effets de la mondialisation de la recherche dans ces pays. L'injonction à rejoindre l'économie de la connaissance concerne tous les pays non-hégémoniques mais est particulièrement forte et fréquente dans les pays arabes ; plusieurs pays tentent d'y répondre sans toutefois porter une grande attention aux institutions de recherche. Le paysage institutionnel des pays arabes en matière de recherche reste assez fragmenté, comme le montre cette analyse qui porte à la fois sur les systèmes nationaux de recherche au travers d'exemples particuliers, notamment au Liban et en Jordanie, ainsi que dans les sciences sociales. Le livre montre comment s'exprime cette tension fondamentale dans les dynamiques de la recherche des pays arabes entre l'internationalisation de la recherche et sa pertinence locale. Cette tension se résout dans une institutionnalisation faible, où la recherche est loin d'être aussi prioritaire dans les faits que dans les discours, la professionnalisation de la recherche se réalise à la marge de la croissance universitaires, dans un manque de confiance envers les chercheurs qui doivent faire face à la fois à des pratiques de gouvernements autoritaires et la pression de la mondialisation imposée par les régimes de promotion universitaire.

  • Hanafi Sari et Arvanitis Rigas (2016) « Academic (in)dependency in the Arab World and Latin America : A Comparative Perspective », in Eurocentrism at the margins, éd. par Lutfi Sunar, London : Routledge, p. 103-120. https://www.routledge.com/Eurocentrism-at-the-Margins-Encounters-Critics-and-Going-Beyond/Sunar/p/book/9781472466440.
    Résumé : Why is it that the scientific community is so little recognized in the Arab countries, despite being rich with universities and hospitals and some countries have rather high levels of scientific production? The article intents to draw attention to the weak formation of scientific communities in Arab countries, whether the problem stems from institutions —and, which are these —, or from a political context, in which Arab countries have comparatively less active States than other regions, like Latin America. Beyond this dilemma, we contrast the case of Arab countries with that of Latin American countries, which have known a vivid history of recognition of the academic field and research practice in terms of institutionalization and professionalization of science. We will use this example to identify an academic field, in Arab countries, that is less autonomous from political power and more prone to the external influences. We will also use the example of the World Bank who promoted the concept of a knowledge economy in the Arab countries, a misleading to our eyes, effort that cannot help neither the Arab world nor Latin America to engage in research activities that respond to national needs. Résumé : Pour quelle raison est-ce que la communauté scientifique est si peu reconnue dans les pays arabes malgré l'existence d'universités, d'hôpitaux et même d'une production scientifique relativement élevée dans certains cas? Cet article tente d'attirer l'attention sur l'institutionalisation faible des communautés scientifiques dans les pays arabes, que se soit du fait de la faible des institutions scientifiques ou du contexte politique dans lequel les états ont été moins actifs que d'autres régions du monde comme l'Amérique latine. Au delà de ce dilemme, nous contrastons le cas des pays arabes et celui des pays d'Amérique latine qui ont connu une histoire très importante de reconnaissance de l'activité de recherche et du domaine académique en termes de professionalisation et d'institutionnalisation. Nous utiliserons cet exemple pour signaler un champ académique moins autonome du pouvoir politique dans les pays Arabes. Nous signalerons aussi que la Banque Mondiale a voulu, de manière erronnée à nos yeux, impulser le concept d'économie de la connaissance dans les pays arabes, un effort qui n'aide ni les pays arabes ni l'Amérique latine à soutenir les activités de recherche pour répondre aux besoins nationaux. --- Abstract of the edited book: About the Book Eurocentrism remains a prevailing feature of Western-dominated social scientific perspectives, tending to ignore alternative views originating outside the West and thus maintaining a form of scholarly hegemony. As such, there is an urgent need to reconsider Eurocentrism in social science, to ask whether it constitutes an obstacle to understanding social problems and whether it is possible to go beyond Eurocentrism in the construction of reliable, more universal knowledge. At the same time, certain questions persist, particularly with regard to the extent to which recent revisionist challenges have really contributed to the surmounting of Eurocentric domination, and whether the constant repetition of the concept serves to reinforce it. This book engages with the central problems of Eurocentrism in the social sciences, bringing together the work of scholars from around the world to offer a critique of this perspective from both European and non-European positions, thus shedding light on the binaries that often come into being in debates in this field. Thematically organised and addressing a range of questions, including Eurocentrism in historical studies, in the understanding of religion and civilisation and in the study of international relations, as well as in the institutionalisation and professionalisation of research and discourses on modernisation in the Middle East, Eurocentrism at the Margins will appeal to scholars with interests in knowledge production and circulation, and Eurocentrism and post-colonialism in the social sciences.
    Mots-clés : arabes, MENA, POLITIQUE DE LA RECHERCHE, recherche, UNIVERSITES.

2015


  • Almaghlouth Nada, Arvanitis Rigas, Cointet Jean-Philippe et Hanafi Sari (2015) « Who frames the debate on the Arab uprisings? Analysis of Arabic, English, and French academic scholarship », International Sociology, 30 (4), p. 418–441. DOI : 10.1177/0268580915580157.
    Mots-clés : ARABE, CORTEXT, REVOLUTIONS ARABES, SOCIOLOGIE DE LA SCIENCE.
  • Arvanitis Rigas (2015) « Politiques de recherche et d’innovation au Liban », présenté à Participation invitée au Deuxième séminaire « Innovation et développement », CIRAD, Montpellier.
    Mots-clés : COLLABORATIONS INTERNATIONALES, COOPERATION INTERNATIONALE, INNOVATION, LIBAN, MEDITERRANEE, POLITIQUE DE RECHERCHE, recherche.

  • Arvanitis Rigas (2015) « Sciences, techniques et sociétés » et développement, par Ali El Kenz et Roland Waast (Compte-rendu) », Revue d'anthropologie des connaissances, 8 (4), p. 833-837. www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2014-4-page-833.htm.
    Résumé : A PROPOS DU livre dirigé par Ali EL Kenz « Sciences, techniques et sociétés » et développementAli EL-KENZ, Roland WAAST. Sciences, techniques et sociétés, Alger, ENAG Éditions,369 p., 2013. ISBN : 9789961622421 parRigas Arvanitis Revue d'anthropologie des connaissances 2014/4 (Vol. 8, n° 4) Pages 833 - 837 Cet ouvrage rassemble les communications, revues et corrigées, présentées lors d’un atelier à Annaba (Algérie) en 1991 sur les relations entre la science et l’industrie dans les pays en développement. Cette année-là, le second jour de la réunion, selon mon souvenir, commençait sur la place centrale d’Annaba la première manifestation publique du Front Islamique du Salut qui allait le mener à la victoire électorale de ce parti puis au déclenchement de la guerre civile après l’annulation des résultats, et enfin à l’assassinat en 1992, à quelques mètres de là, du président Boudiaf, seul homme qui aurait pu mener à la négociation. Bref, la place centrale d’Annaba était un lieu hautement électrique d’autant qu’Annaba était aussi la capitale économique de l’Algérie et du « développementalisme » qui montrait là ses symptômes d’échec : une industrie inefficace, corrompue, des quartiers ouvriers laissés dans le délabrement, la déconnexion entre l’idéal industrialiste soutenu en Algérie et l’abandon des aspirations d’indépendance, de liberté et d’enrichissement de la population, la parodie de participation populaire dans la nouvelle République issue d’une sanglante guerre d’indépendance. La vie politique du pays s’était trouvée en 1991 dans un tournant historique où le modèle d’organisation économique fondé sur l’industrie lourde et une technocratie qui se voulait éclairée et « révolutionnaire » était contesté. Au lieu de progrès, ce modèle avait produit du sous-développement. Le sujet de l’Atelier concernait, précisément, les formes de relation entre la production de savoir et ce fameux développement, entre le savoir scientifique et la valorisation de la connaissance dans les entreprises. Dans sa version manuscrite, avant sa publication, cet ouvrage s’intitulait « La science et l’industrie ». Ainsi, comme le signale Ali El Kenz, les questions que tentaient d’aborder les participants (algériens, français, indiens, brésilien, vénézuéliens, syrien) au dernier étage de l’hôtel Seybouse qui surplombe la place centrale d’Annaba, étaient proches de celles que posaient les manifestants : comment enraciner le développement dans la culture ? Comment répondre à la question du sens de tous ces efforts scientifiques, industriels, technologiques ? Comment faire pour que ces développements profitent au grand nombre ? Mais elles prenaient un sens bien différent en cessant d’être des discussions entre chercheurs pour renvoyer directement à la réalité lorsque les clameurs de la rue couvraient la voix des intervenants dans la salle. Comme les parallèles d’Euclide [1][1] C’est ainsi que Ali El Kenz qualifie notre réunion..., ces deux débats en parallèle, celui de la rue et celui de la salle, se confondaient dans nos paroles pour ne jamais se rejoindre.Annaba était un lieu symbolique pour les organisateurs de l’Atelier, Ali El Kenz et Roland Waast. Ils ne savaient pas que cela deviendrait le lieu historique de tous les dangers. Ali El Kenz, qui avait étudié en sociologue du travail le complexe sidérurgique de El Hajjar à Annaba et qui, par la suite, a vécu et subi la violence de cette guerre (ainsi que de nombreux professeurs et intellectuels algériens), présente l’événement dans une postface instructive. Il décrit comment s’était déroulée la réunion, comment notre discussion s’est trouvée teintée de questions que nous n’avions pas imaginé devoir aborder (religieuses, culturelles, et enfin politiques). Nous n’avions pas alors de réponse à ces interrogations. En avons-nous aujourd’hui ? Et pourtant l’actualité devrait nous porter à beaucoup de vigilance car ce sont les mêmes questions qui se posent dans la violence de notre siècle en Syrie, au Liban, en Iraq, au Pakistan, au Nigeria, en Indonésie et c’est notre même aveuglement positiviste qui nous fait porter le regard ailleurs. Ali El-Kenz lui-même a reposé ces questions en 1994 lors du colloque « Les sciences hors d’Occident » dans son article intitulé « Hermès et Prométhée » (1996 et 1997) [2][2] El Kenz, A. (1996). « Prométhée et Hermès ». In R. Waast... où il expose l’idée que, depuis l’indépendance, même pendant la lutte pour l’indépendance, deux projets politiques différents pour l’Algérie se sont affrontés qui assignent un rôle différent à la connaissance. Ainsi s’affronterait un rôle identitaire, islamiste, de la connaissance à un rôle productif, universaliste. Ces deux projets, ces deux conceptions de la connaissance qui se sont incarnés dans des hommes et des projets politiques particuliers parfois contradictoires (la politique d’éducation, la modernisation de l’Université l’Alger, l’influence grandissante des ingénieurs, l’industrialisation par l’industrie lourde, la volonté de création d’une élite technocratique et d’école d’ingénieurs « à la française ») ont eu fatalement à se confronter. Il est très probable que cette réflexion importante n’aurait jamais eu lieu sans cet atelier à Annaba, en tout cas pas sous cette forme, sans la rumeur de la rue. Nous vivions ainsi en direct le début d’un affrontement de ces deux positions, qui se poursuit dans les débats sur l’orientalisme [3][3] Nous avons déjà fait écho de ces débats dans les pages... et s’exprime violemment sous nos yeux, en Iraq, au Liban, en Iran, dans le feu et le sang qui peuplent nos journaux et secouent notre monde d’aujourd’hui. Si cette question est plus forte dans les pays musulmans, cela est aussi lié à la nature particulière des régimes autoritaires et prédateurs qui ont fondé leur croissance dans l’accumulation improductive d’une économie de rente, comme le rappelait incessamment Abdelkader Sid Ahmed dans ses analyses de l’économie des pays arabes, où le savoir tient peu de place. Remarquons que la question de la connaissance dans le développement des pays arabes est centrale aujourd’hui encore, comme le signale le dernier rapport de la Banque mondiale (Transforming Arab Economies, 2013) et que cette même question des relations entre la production et la connaissance fait l’objet d’une réflexion dans un récent rapport intitulé The broken cycle between research, university and society in Arab countries des Nations unies pour les pays arabes (ESCWA). Si seuls deux pays arabes sont représentés dans la collection d’articles proposée par Sciences Techniques et Sociétés, le livre aborde des thèmes qui sont toujours d’actualité et restent des témoignages précieux des expériences de développement industriel et technologique en Algérie, Brésil, Inde, Syrie, Venezuela. Le livre explore d’une manière originale les articulations des savoirs scientifiques et des réalisations technologiques qui sont, on le sait aujourd’hui, complexes et ne dépendent pas que de la qualité des savoirs des ingénieurs ou de la qualité des solutions « scientifiques ». Nous avons appris depuis presque vingt ans que le savoir doit être enraciné dans des institutions, dans des entreprises vivantes, que les intérêts professionnels doivent être soutenus et appropriés politiquement, que les apprentissages technologiques, comme nous le soulignons dans notre article (« L’apprentissage technologique dans les pays émergents : au-delà de l’atelier et de l’entreprise », RAC, vol. 8, n° 3, 2014), se déroulent de manière permanente dans les lieux de travail car c’est dans les lieux de travail que se réalise la jonction entre les ressources externes et les objets qui véhiculeront les prochains développements sur les marchés, dans les organisations et les technologies. Tout cela passe par la consolidation de lieux de recherche mais aussi de formation, de travail (en particulier les entreprises), d’expression politique. C’est là que se formeront les futures communautés professionnelles qui portent le « développement ». Le grand intérêt du livre est de fournir des exemples précis, empiriques et documentés de cette liaison entre les sciences et les techniques, entre l’industrie et les universités, entre les savoirs théoriques et les applications dans l’industrie dans le contexte des pays en développement. On y aborde la question institutionnelle (la politique de recherche en Inde, le modèle du MIT au Brésil, la formation technique en Algérie, l’institutionnalisation de la recherche au Venezuela) mais aussi les rapprochements concrets science-industrie : l’invention des technopôles à Singapour, la chimie en Algérie, les dangers des rapprochements entre universités et entreprises au Venezuela. Un des traits communs de ces travaux est de replacer la question des connaissances, de leur production, de leur diffusion dans le contexte local et institutionnel. On y observe alors ce que Roland Waast appelle une logique de l’emprunt des institutions : le modèle institutionnel sera emprunté, par exemple le modèle du MIT, par un autre pays, par exemple le Brésil, pour l’adapter, et il pourra réussir ou pas à s’acclimater dans des circonstances souvent fortuites. Mais on trouvera aussi des constantes dans le besoin des organismes de recherche d’accommoder des demandes politiques et des dynamiques portées par les chercheurs en relation avec des industriels ; chercheurs et industriels qui se rapprochent sous l’effet du changement des contextes économiques qui rendent l’accès aux financements beaucoup plus difficiles. Les travaux notent aussi que la confiance dans la science et le développement technologique est très différente selon les circonstances politiques nationales. Hanafi présente son interprétation de l’idéologie des ingénieurs syriens qui doivent faire profil bas après les répressions sanglantes dans lesquelles ingénieurs et avocats ont été brimés, emprisonnés, torturés et où leurs organisations professionnelles se sont vues interdites par le pouvoir de Hafez El-Assad. Krishna, malgré un optimisme très apparent dans ces pages, avoue que les années 1970 furent aussi celles de la contestation de la science en Inde après l’apparition du People’s Science Movement et de ses successeurs.7 Si nous replaçons ces débats dans les travaux publiés aujourd’hui sur la science dans les pays en développement, nous notons une certaine naïveté dans les enquêtes et les questionnements : pour nombre d’entre nous, ces questions étaient peu abordées et neuves, le tâtonnement était évident. Les chercheurs réunis à Annaba avaient discuté l’année précédente à Paris du thème de la création des communautés scientifiques, qui a donné lieu à la production d’un ouvrage devenu une référence obligée du domaine [4][4] Gaillard, J., Krishna, V. V. et Waast, R. (Eds.) (1997)..... Cet ouvrage signale ce qui a été et demeure pour beaucoup le thème central de la pertinence de la recherche dans les pays en développement, que notre Revue a également abordé plusieurs fois dans des dossiers [5][5] Citons en particulier le dossier de Losego, P. et Arvanitis,... et de nombreux articles. Et plus généralement, notons qu’à cette époque, rares étaient les travaux qui liaient l’analyse institutionnelle dans les pays en développement et celle de la circulation des savoirs que proposait la nouvelle sociologie des sciences. On ne saurait donc reprocher à ces chercheurs d’avoir manqué de flair ! Publié tant d’années après sa tenue, l’ouvrage permet de mesurer ce décalage dans la réflexion : à l’heure où nous tentons de revoir les questions de politiques de recherche et d’innovation avec un regard neuf, nous ne pouvons que nous réjouir de cette analyse qui ne se satisfait pas d’un prêt-à-penser (systèmes d’innovation, société de la connaissance) et se penche sur les conditions institutionnelles du développement économique et scientifique. Malgré les 25 ans d’écart, la nouveauté des approches de ces années-là ne donne aucunement l’impression d’analyses dépassées ; au contraire, les « styles de science », l’importance des modèles institutionnels, l’accent mis sur les pratiques professionnelles, la question brûlante de la place de la recherche dans l’université, la description de la pratique de la recherche sont autant d’aspects qui demeurent d’actualité. Enfin, ce livre a le mérite de témoigner de l’existence de ce réseau de chercheurs (le réseau « Alfonso ») qui a été dissous (par le temps) mais qui a pourtant porté ses fruits : les travaux de ces chercheurs ont permis de développer les études des relations entre sciences, techniques et développement ailleurs qu’en France ou aux États-Unis. Antonio Botelho, Sari Hanafi, V.V. Krishna poursuivent dans leurs pays, alors que Jacques Gaillard, Kapil Raj, Roland Waast, Ali El-Kenz et moi-même (Rigas Arvanitis) poursuivons en France. Malheureusement, deux des participants et non des moindres, Rafael Rengifo et Hocine Khelfaoui, ne sont plus parmi nous pour célébrer cette publication. Notes [1] C’est ainsi que Ali El Kenz qualifie notre réunion dans sa postface. [2] El Kenz, A. (1996). « Prométhée et Hermès ». In R. Waast (Ed.), Les sciences au Sud. État des lieux. Paris : ORSTOM, 263-282. (disponible sur Horizon.ird.fr). Traduit en anglais sous le titre « Prometheus and Hermes ». In T. Shinn, J. Spaapen et V. V. Krishna (Eds.) (1997), Science and Technology in a Developing World. Dordrecht: Kluwer, 323-348. [3] Nous avons déjà fait écho de ces débats dans les pages de notre revue dans l’article de Thomas Brisson (Brisson, T. (2008). « La critique arabe de l’orientalisme en France et aux États-Unis. Lieux, temporalités et modalités d’une relecture », Revue d’Anthropologie des Connaissances, 2 (3), 505-521) et celui de Wiebke Keim (Keim W. (2010). « Pour un modèle centre-périphérie dans les sciences sociales. Aspects problématiques des relations internationales en sciences sociales », Revue d’Anthropologie des Connaissances, 4 (3), 570-598). [4] Gaillard, J., Krishna, V. V. et Waast, R. (Eds.) (1997). Scientific communities in the developing world. New Delhi & London: Sage. [5] Citons en particulier le dossier de Losego, P. et Arvanitis, R. (2008) La science dans les pays non hégémoniques, vol. 2, n° 3 (http://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2008-3.htm), Moity-Maïzi, P. (2011) La localisation et la circulation des savoirs en Afrique, vol. 5, n° 3 (http://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2011-3-page-473.htm) et Arellano Hernández, A., Arvanitis, R. et Vinck, D. (2012) Circulation et connexité mondiale des savoirs Éléments d’anthropologie des connaissances en Amérique latine, vol. 6, n° 2 (http://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2012-2-page-1.htm). Pour citer cet article Arvanitis Rigas, « « Sciences, techniques et sociétés » et développement », Revue d'anthropologie des connaissances 4/ 2014 (Vol. 8, n° 4), p. 833-837 URL : www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2014-4-page-833.htm
    Mots-clés : DEVELOPPEMENT, POLITIQUE, recherche.
  • Hanafi Sari et Arvanitis Rigas (2015) « Al-bahth al-`arabî wa mujtama` al-ma`rifa. Ru’ya naqdiyya jadîda [La recherche arabe et la société de la connaissance. Nouvelle approche critique] [Arab Research and Knowledge Society. A New Critical View] », Al-Mustaqbal Al-Arabi [Revue du Centre d'Etudes pour l'Unité Arabe], January, p. 139-163.

  • Hanafi Sari et Arvanitis Rigas (2015) Arab research and knowledge society : the impossible promise, Routledge, 360 p. ISBN : 978-1-138-94881-5 / 978-1-315-66943-4.
    Résumé : Knowledge Production in the Arab World étudie les politiques et certaines pratiques de la recherche dans le monde arabe pour saisir les effets de la mondialisation de la recherche dans ces pays. L’injonction à rejoindre l’économie de la connaissance concerne tous les pays non-hégémoniques mais est particulièrement forte et fréquente dans les pays arabes ; plusieurs pays tentent d’y répondre sans toutefois porter une grande attention aux institutions de recherche. Le paysage institutionnel des pays arabes en matière de recherche reste assez fragmenté, comme le montre cette analyse qui porte à la fois sur les systèmes nationaux de recherche au travers d’exemples particuliers, notamment au Liban et en Jordanie, ainsi que dans les sciences sociales. Le livre montre comment s’exprime cette tension fondamentale dans les dynamiques de la recherche des pays arabes entre l’internationalisation de la recherche et sa pertinence locale. Cette tension se résout dans une institutionnalisation faible, où la recherche est loin d’être aussi prioritaire dans les faits que dans les discours, la professionnalisation de la recherche se réalise à la marge de la croissance universitaires, dans un manque de confiance envers les chercheurs qui doivent faire face à la fois à des pratiques de gouvernements autoritaires et la pression de la mondialisation imposée par les régimes de promotion universitaire.
  • Oulion Marina et Arvanitis Rigas (2015) « Le système de recherche chinois: entre la politique planifiée du développement et le marché », in Les ancrages nationaux de la science mondiale, éd. par Mina Kleiche-Dray, Paris : IRD (to be published).
    Mots-clés : CHINE, GEOSCIENCE, INNOVATION, recherche.
  • Arvanitis Rigas (2015) « Le contexte institutionnel d'ODYSCE » (Communication orale), présenté à Deuxième séminaire de l'Observatoire des dynamiques sociales, culturelles et économiques, éd. par ODYSCE, Beyrouth.
    Mots-clés : COLLABORATIONS INTERNATIONALES, COOPERATION INTERNATIONALE, MEDITERRANEE, ODYSCE, POLITIQUE DE RECHERCHE, recherche.

  • Sanna Serena et Arvanitis Rigas (2015) « Update of Medspring Survey for Euro-Mediterranean Observatories » (communication orale), présenté à Policy, Societal Challenges and Cooperation Observatory - 2nd Observatory Networking Meeting, Beyrouth. file://localhost/Users/rigasarvanitis/Dropbox/Public/LAAS_2013_Arvanitis.pptx.
    Mots-clés : COLLABORATIONS INTERNATIONALES, COOPERATION INTERNATIONALE, MEDITERRANEE, MEDSPRING, POLITIQUE DE RECHERCHE, recherche.

2014

  • Arvanitis Rigas (2014) Analysis of the innovation survey 2011 in Lebanon. An exploratory investigation, Research report, Beirut : CNRS Lebanon, 107 p.
    Mots-clés : BANQUE MONDIALE, ENQUETE INNOVATION, ESCWA, INNOVATION, POLITIQUE D'INNOVATION, POLITIQUE DE LA RECHERCHE.


  • Arvanitis Rigas, Villavicencio Daniel et Zhao Wei (2014) « L'apprentissage technologique dans les pays émergents : Au-delà de l’atelier et de l’entreprise », Revue d'Anthropologie des Connaissances, 8 (3), p. 495-521. DOI : 10.3917/rac.024.0495. http://www.cairn.info/revue-anthropologie-des-connaissances-2014-3-page-495.htm.
    Résumé : Version finale après la soumission "L'apprentissage technologique et les savoirs productifs collectifs des entreprises. Réflexions à partir de travaux empiriques (Venezuela, Mexique et Chine)" L'article propose une réflexion théorique fondée sur des travaux empiriques menés en Amérique latine et en Chine visant à identifier et caractériser l'apprentissage technologique des entreprises. Nous rappelons les différentes conceptions de l'apprentissage dans la littérature sur les entreprises et le travail et présentons une définition de l'apprentissage technologique. Abandonnant les perspectives fondées sur une caractérisation basée sur l'entreprise dans son ensemble, notre interprétation se démarque des travaux précédents en ce qu'elle propose de fixer la focale sur l'identification des activités technologiques à la fois internes et externes ainsi que sur les connaissances qualifiées de « techniques » qui les accompagnent, plutôt que sur la gestion ou les décisions économiques qui les concernent. Fonder ce point de vue permet un réexamen des questions concernant la mondialisation et l'irruption d'entreprises innovantes dans les pays émergents. Technological learning : beyond the shopwork and the enterprise This article proposes a theoretical reflection based on empirical investigations in Latin America and China in order to identify and characterize technological learning. After reviewing the literature on various approaches of learning in firms, we propose a definition of technological learning. Leaving aside the perspectives based on characterizations realized at the level of the firm, our interpretation differs from previous work in that it proposes to focus the analysis on the identification of internal and external technological activities and on joint knowledge qualified as « technical » rather than on management and commercial decision that target them. Grounding this view allows the re-examination of globalization and the appearance of innovative firms in emerging economies. El aprendizaje tecnológico : más allá de los límites del taller y de la empresa El artículo propone une reflexión teórica basada en trabajos empíricos en América Latina y China cuyo objetivo estaba de identificar y medir el aprendizaje tecnológico de las empresas. Después de revisar la literatura sobre el aprendizaje en las empresas y el trabajo, proponemos nuestra definición del aprendizaje tecnológico. Nuestra interpretación se distingue de precedentes propuestas teóricas en lo que propone de centrar el análisis sobre las actividades internas y externas de los talleres productivos así como los conocimientos usualmente cualificados de « técnicos » en vez de la empresa en su conjunto o los conocimientos de gestión o las decisiones económicas. Este punto de vista permite re-examinar la globalización productiva y la aparición de empresas innovadoras en los países emergentes.
    Mots-clés : APPRENTISSAGE TECHNOLOGIQUE, APRENDIZAJE, CHINE, MEXIQUE, VENEZUELA.

  • Gaillard Anne-Marie, Gaillard Jacques et Arvanitis Rigas (2014) « Hacia una cooperación más equilibrada. entre la búsqueda de excelencia y de financiamiento », in Cooperación, colaboración científica y movilidad internacional en América Latina, éd. par Mina Kleiche-Dray et Daniel Villavicencio, Buenos Aires : Clacso/IRD, p. 19-48. ISBN : 978-987-722-031-5.

  • Gaillard Jacques et Arvanitis Rigas, ss la dir. de (2014) Research Collaborations between Europe and Latin America: Mapping and Understanding Partnership, Paris : Archives Contemporaines, 196 p. ISBN : 9782813001245.

  • Gaillard Jacques et Arvanitis Rigas (2014) « Science and Technology Collaboration between Europe and Latin America: towards a more equal partnership? », in Research collaboration between Europe and Latin America: mapping and understanding partnership, éd. par Jacques Gaillard et Rigas Arvanitis, Paris : Ed. des Archives Contemporaines, p. 1-23. ISBN : 878-2-8130-0124-5.

  • Gaillard Jacques, Gaillard Anne-Marie et Arvanitis Rigas (2014) « Determining factors of international collaboration in science & technology: results of a questionnaire survey », in Research collaboration between Europe and Latin America: mapping and understanding partnership, éd. par Jacques Gaillard et Rigas Arvanitis, Paris : Éditions des Archives Contemporaines, p. 107-156. ISBN : 878-2-8130-0124-5.

  • Hanafi Sari et Arvanitis Rigas (2014) « The marginalization of the Arab language in social science : structural constraints and dependency by choice », Current Sociology, 62 (5), p. 723-742. DOI : 10.1177/0011392114531504.
    Résumé : This article aims at questioning the relationship between Arab social research and language by arguing that many factors including the political economy of publication, globalization, internationalization and commodification of higher education have marginalized peripheral languages such as Arabic. The authors demonstrate, on the one hand, that this marginalization is not necessarily structurally inevitable but indicates dependency by choice, and, on the other hand, how globalization has reinforced the English language hegemony. This article uses the results of a questionnaire survey about the use of references in PhD and Master's theses. The survey, which was answered by 165 persons, targeted those who hold a Master's or PhD degree from any university in the Arab world or who have dealt with a topic related to the Arab world, no matter in which discipline.
    Mots-clés : Arab social science, citation index, English as hegemonic language, internationalization of research, research practice, scientific publication.
  • Hanafi Sari et Arvanitis Rigas (2014) The broken cycle between research, university and society in Arab countries: proposals for change, Beirut : Report presented at ESCWA (United Nations) / CNRS (Lebanon) / IRD (France), 108 p.
    Mots-clés : BIBLIOMETRIE, COLLABORATIONS INTERNATIONALES, POLITIQUE DE LA RECHERCHE, POLITIQUE DE LA SCIENCE, recherche.
    Note Note
    The following values have no corresponding Zotero field:<br/>Label: Ouvrage<br/>
    Note Note
    <p>MM</p>

  • Gaillard Anne-Marie, Gaillard Jacques et Arvanitis Rigas (2014) « Las colaboraciones científicas internacionales entre América Latina y Europa: hacia una cooperación más equilibrada, entre la búsqueda de excelencia y de financiamiento », in Cooperación, colaboración científica y movilidad internacional en América Latina, éd. par Mina Kleiche-Dray et Daniel Villavicencio, Buenos Aires : CLACSO, p. 19-48. http://biblioteca.clacso.edu.ar/clacso/posgrados/20141028014136/cooperacion.pdf.
    Mots-clés : AMERIQUE LATINE, Collaboration internationale, ENQUETE, EULAKS.
  • Arvanitis Rigas (2014) « Les objets de recherche aux frontières des usages : objets frontières au Liban » (communication orale), présenté à Premier séminaire de l'Observatoire des dynamiques sociales, culturelles et économiques, éd. par ODYSCE, Beyrouth.
    Mots-clés : COLLABORATIONS INTERNATIONALES, COOPERATION INTERNATIONALE, MEDITERRANEE, ODYSCE, POLITIQUE DE RECHERCHE, recherche.
  • Zhao Wei et Arvanitis Rigas (2014) « L’ « atelier du monde » peut-il évoluer ? Le cheminement des entreprises chinoises de l’émergence à l’innovation », Marchés et Organisations, 2014 (21), p. 33-56.
    Résumé : Si la Chine a connu une rapide croissance dans les 25 dernières années, en partie due aux politiques proactives du gouvernement qui a su exploiter l’avantage d faible coût de la main d’œuvre, cela a permis de créer un environnement économique dans lequel les entreprises sont dépendantes des technologies fournies par leurs clients étrangers, sous une variété de formes de « Joint-ventures », sous-contratation, production OEM, etc. La croissance future dépendra de l’amélioration technologique qui va devra s’appuyer moins sur la capacité propre des entreprises que sur les politiques industrielles. Cependant, développer une base technologique nationale constitue un véritable défi pour l’industrie chinoise que nous détaillons dans ces pages. Mots clés : Chine, politique industrielle, entreprises, capacité d’innovation, apprentissage technologique, développement technologique. Although China’s rapid industrial development in the past 25 years is due to the government’s policy push which successfully exploited China’s cheap labour base, it also created an environment in which Chinese firms become path-dependant on acquiring technology from foreign companies as their clients, under the forms of JV, subcontracting and OEM production, etc. From now on, China’s upgrading performance will count more on firms’ own innovative catch-up strategies than the government’s industrial policy. However, developing indigenous innovation capacity at firm level is the biggest challenge to the Chinese industry Key words: China, industrial policy, enterprise, innovation capacity, technological learning, technological development.
    Mots-clés : APPRENTISSAGE TECHNOLOGIQUE, CHINE, ENTREPRISES, INNOVATION, POLITIQUE D'INNOVATION, POLITIQUE INDUSTRIELLE.
  • Zhao Wei et Arvanitis Rigas (2014) « Chine cherche tête chercheuse », éd. par C. Lequesne, Alternatives Internationales, HS no 14, p. 134-135.
    Mots-clés : CHERCHEUR, ENTREPRISE, EXPORTATION, INDUSTRIE, INNOVATION, INVESTISSEMENT, POLITIQUE DE LA RECHERCHE, PUBLICATION SCIENTIFIQUE, RECHERCHE DEVELOPPEMENT, RECHERCHE SCIENTIFIQUE, SOCIOLOGIE DE LA SCIENCE.

2013

--- Exporter la sélection au format